fin du cododo
P'tits bouts de vie

Vers l’autonomie partie 1 : la fin du cododo

Au cas où vous ne vous en rappeleriez pas, j’adore les grandes sagas bloguesques ! Et pour commencer celle-ci on va parler fin du cododo.

J’avais déjà abordé le thème de l’autonomie dans ce billet, qui commence à dater. Mais les changements de ces derniers mois m’ont donné envie de faire un nouveau petit point sur le sujet (c’est pas comme si je vous avais annoncé que je parlerai moins de mon fils…)

Ces derniers mois j’ai l’impression de le voir changer sans cesse ! Tous les jours j’ai l’impression qu’il a acquis de nouvelles compétences. Le plus marquant pour nous, en tant que parents cododoteurs (oui, depuis mon retour je m’offre la liberté d’inventer des mots) ce sont les nuits… totalement complètes !

Soyons honnêtes, ce n’étaient pas gagné ! Depuis ses 7 ou 8 mois il finissait systématiquement la nuit dans notre lit (enfin quand je dis finir… il débarquait vers 1h du matin donc tout dépend ce qu’on qualifie de fin de nuit…). On l’a toujours couché dans son lit le soir et on restait près de lui jusqu’à ce qu’il s’endorme (ce qui est toujours le cas en fait). Ensuite il nous appelait quand il se réveillait et on le prenait avec nous. Jusqu’à presque 3 ans il a dormi dans notre chambre, ceux qui se sont lancés dans la rénovation d’une maison ancienne comprendront… Puis un escalier nous a séparé mais cela ne me gênait pas spécialement, tant que je bénéficiais d’une bonne dose d’endorphine grâce à l’allaitement je me rendormais directement.  

Et puis doucement mais surement les nuits se sont allongées. À partir du printemps dernier, il arrivait que petit Lu dorme toute la nuit dans son lit. Mais depuis septembre et notre retour de vacances, c’est devenu de plus en plus fréquent. Et puis, sans qu’on ne s’en aperçoive vraiment, toutes les nuits, à de rares exceptions (coucou les cauchemars !), furent complètes. On ne sait pas trop à quel moment on a basculé du côté nuit complète de la force mais c’est fait ! 

Le cododo ne m’avait jamais vraiment dérangé. Malgré tout, ces derniers mois j’éprouvais un peu plus de difficultés à me rendormir pour cause de chute d’hormone lié à ma baisse de lactation. J’avoue donc que je ne regrette pas la fin du cododo. Pour l’homme c’est différent, je sais que la présence d’un petit bonhomme tout chaud au milieu du lit lui manque. 

En revanche, il faut bien l’avouer, niveau grâce matinée c’est tout pourri d’avoir un enfant qui dort toute la nuit ! A 7h30 maximum il se réveille, assez logique puisqu’il n’a pas bénéficié des rendormissents dont il avait l’habitude. Bref, j’ai investi dans un réveil qui lui indique quand il peut se lever. Ça ne fonctionne pas à tous les coups, mais on progresse tout de même. 

A l’aube de ses 5 ans mon petit Lu dort donc toute la nuit, paisiblement, dans son lit, sans que nous n’ayons rien fait de particulier et j’aime voir dans cette (presque) nouveauté, la preuve que cododo ou pas cododo, bonnes habitudes ou mauvaises habitudes, c’est un fait, un jour les enfants dorment seuls et puis c’est tout (et je n’ai même pas eu besoin d’attendre qu’il ait 18 ans et une copine !). 

Au prochain épisode autonomie, je vous parle sevrage !

 

Suivez maman chamboule tout !
Pin Share

Un commentaire

  • Nanakie

    Oh, chouette !
    Comme quoi en effet, tout vient à point à qui sait attendre… !

    Ici on n’a pas eu l’occasion d’attendre qu’elle soit prête, l’arrivée de BB2 couplée au télétravail (donc, un criant manque de pièces !) a rebattu les cartes du dodo. Longtemps j’ai cododoté avec mes 2, mon Mari dormant dans un autre lit. Mais depuis quelques temps, l’une réveille l’autre et c’est infernal pour les cycles de chacunes : alors mon aînée s’est vu raccompagnée dans sa chambre de façon un peu forcée… mais elle ne s’en porte pas trop mal, évidemment, à 4 ans et demi c’est tout de même abordable 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.