P'tits bouts de vie

Répartition des rôles dans le foyer, ce que je voudrais transmettre à mon fils

J’ai grandi dans les années 90´, à l’époque où, la plupart du temps, les femmes faisaient la lessive, le ménage, s’occupaient des enfants, se levait la nuit pour, encore, s’occuper des enfants et avaient déjà gagné le « droit » de travailler à temps plein. En somme elles menaient une double vie, mais vachement moins excitante que celle de James Bond.

Mais elle à l’air d’y prendre tellement de plaisir !

Je n’ai jamais trouvé ça normal et je ne me suis jamais imaginée dans cette posture. Déjà toute petite j’avais décidé que mon mari participerait. Et puis j’ai grandi, j’ai entendu dire que les hommes prenez de plus en plus part aux tâches du quotidien et je l’ai assimilé. Il faut dire qu’à priori je suis tombée sur la perle, enfin disons sur ce qui devrait être la norme

Quand j’ai emménagé avec l’homme je ne savais pas faire grand chose de mes dix doigts dans une maison, sauf peut-être en cuisine. Il m’a apprit a faire tourner une machine, m’a donné des cours sur l’importance de mettre les grandes assiettes bien au fond du lave-vaisselle et m’a même expliqué qu’il fallait toujours plier le linge avant de passer l’aspirateur (cf les poussières de tissus). Bref, mon homme c’est le cador du ménager (féminin de ménagère, je le précise, y’a pas de raison qu’on se tape autrice mais que ménagère n’ait pas de féminin).

Mais c’est que lui aussi à l’air heureux avec son balais !

Tout en étant consciente que c’était franchement cool qu’il soit plus doué que moi dans ce domaine, cela ne me paraissait pas non plus incroyable, les mœurs ont changé qu’on m’avait dit. 

 

Ce que je croyais VS la réalité

Crédit https://emmaclit.com/

Et puis j’ai été confrontée à la blogosphère et aux réseaux sociaux. C’est alors que je me suis demandée si l’image que j’ai de la répartition des rôles dans un foyer correspond vraiment au quotidien de la majorité des français de mon âge. Dit comme ça, ça ressemble vachement à l’énoncé d’un problème, d’ailleurs ça en est peut-être un… 

Partout la question de la charge mentale des femmes me semble omniprésente. Elles se plaignent (à juste titre), de tout faire (ou presque) d’être bien souvent les seules à gérer le quotidien ou tout du moins à toujours devoir faire office de chef d’orchestre. Bien entendu, je lis aussi des témoignages de foyers ou la charge est partagée mais ils me semblent bien peu nombreux face aux autres.

Et moi, avec ma charge mentale franchement partagée (à moins que ça ne soit celle de l’homme qui le soit ?) et bien je tombe des nues. Pour de vrai. 

 

De l’importance de leur montrer l’exemple

C’est ce constat qui me pousse à m’interroger sur ce que je veux transmettre à mon fils. 

Depuis tout petit il passe l’aspirateur “comme papa”, cuisine, jardine, étend le linge ou met une machine à tourner indifféremment avec papa comme avec maman. De manière générale la cuisine c’est plutôt mon domaine et le ménage celui de l’homme mais nous sommes interchangeables dans pas mal de situations. Nous essayons d’associer petit Lu aux tâches du quotidien. D’abord parce qu’il est demandeur (et comme il parait que ça ne durera pas on en profite), ensuite parce que je ne veux pas qu’il pense que tout lui est dû et que c’est aux parents de tout faire.

Mais surtout, j’en suis bien consciente, parce que c’est un garçon. Si j’avais été maman d’une petite fille je sais que ça ne m’aurait pas autant tenu à coeur de la faire participer. 

J’ai envie de transmettre à mon fils que l’homme à un rôle aussi important que celui de la femme à la maison et dans l’éducation des enfants. Je ne veux pas qu’un jour il “aide” sa femme, j’aurais l’impression qu’on a franchement raté un truc niveau éducation.

 

Aider sa femme…

si il y a bien un concept avec lequel j’ai du mal c’est celui-ci ! D’où les hommes doivent-ils aider leurs femmes, la seconder, pourquoi serait-elle forcément l’actrice principale de la tenue de la maison et de la gestion des marmots ? Cette idée que tout reposerait sur elle mais qu’elle peut être chanceuse d’avoir un conjoint qui l’aide me hérisse. 

Il y a peu, une connaissance qui venait d’avoir un bébé m’a dit : “Je suis épuisée mais j’ai de la chance, j’ai un mari en or qui se lève la nuit quand j’ai besoin de dormir.” Hummm, mais si on considère que c’est autant son enfant que le tien, n’est-ce pas juste normal qu’il se lève aussi la nuit ? Par contre, je n’ai encore jamais entendu un homme clamer sa chance d’avoir une conjointe qui l’aide… 

Ce que je souhaite transmettre à mon fils c’est cette notion d’égalité face aux tâches du quotidien. Qu’il se sente autant impliqué que la personne qui partage sa vie. Je crois que nous lui montrons le bon exemple, j’espère que ça s’ancrera quelque part… 

Il me semble que cette notion de partage, non seulement des tâches, mais de la charge mentale en générale est primordiale pour atteindre une égalité des sexes.

***

Et chez vous, quelle répartition des rôles ? Que souhaitez-vous transmettre à vos enfants ?

 

Suivez maman chamboule tout !

19 commentaires

  • Marine

    Vraie question. Chez nous en ce moment je fais plus que mon conjoint, mais comme on a décidé d’un commun accord que pour l’instant je ne travaillais pas, ça me paraît un peu normal. Ce n’est pas pour ça qu’il ne fait rien, en fait quand je regarde certains hommes autour de moi, je pense qu’il fait même beaucoup ! Je te rejoins sur le fait que c’est important de transmettre ce regard à nos enfants. J’essaie de les faire participer aux tâches ménagères, tout simplement parce que ça doit faire partie de leur vie, comme ça fait partie de la nôtre ! J’ai grandi avec une maman qui faisait tout et ce n’est épanouissant pour personne…

    • Maman chamboule tout

      En effet, chaque foyer à son organisation propre en fonction des impératifs de chacun. Malgré tout l’idée c’est, je pense, de vraiment transmettre cette notion de partage des tâches, et des responsabilités, à nos enfants.

  • Charlotte - Enfance Joyeuse

    Mais oui, oui, oui, oui et re-oui ! Ils n’ont pas à nous aider (mais à faire au même titre que nous) ! On n’a pas à leur dire de penser à faire telle ou telle chose (ils devraient le faire d’eux-mêmes). Ca devrait être des choses que tout un chacun ferait. Homme ou femme. Qu’importe ! Et inversement dans le jardin ou avec les voitures du foyer… Super article Amélie !

    • Maman chamboule tout

      Merci beaucoup Charlotte ! Si on s’y met toutes et qu’on élève nos enfants dans ce sens je pense que ça peut réellement changer la donne.

  • une mummy

    Ici c’est assez partagé. Quand l’un a envie de passer l’aspirateur, il le passe. La cuisine, c’est plus mon domaine et, depuis notre drame, c’est beaucoup beaucoup moi qui m’occupe de notre fille. En revanche, l’administratif, c’est lui qui gère tout. Le jardin, on y travaille à deux. En somme, on fait au feeling et si Mini Loup avait vécu plus longtemps, je l’aurais intégré à tout ça exactement de la même manière que sa soeur.

    • Maman chamboule tout

      Votre organisation me semble assez similaire à la notre… au feeling en somme. J’avais cru comprendre, à travers tes écrits, que tu t’occupais beaucoup la Tornade en ce moment, peut-être qu’avec le temps la situation se rééquilibrera.

  • Dinde De Toi

    Ici je fais une grosse partie du travail. Le ménage, le linge, la vaisselle, c’est uniquement moi. Mais je savais que ça allait être ainsi en le rencontrant, lui qui a grandit avec plusieurs employés de maison autour de lui. Le jardin c’est aussi moi, fut un temps où il passait la tondeuse, maintenant je m’en occupe. Les couches lavables il n’en a jamais touché une, et même ume jetable il ne saurait pas bien la mettre. Les allers retours à l’école c’est moi aussi. On n’est jamais mieux servi que par soi même, et étant moi même très à cheval sur la routine cela me convient la plupart du temps. L’administratif c’est tout moi aussi, vu qu’il n’est pas français, et ce doit être ce qui m’agace le plus car il est très pointilleux.

    • Maman chamboule tout

      Huummm… alors franchement là, je ne sais pas quoi répondre à ton commentaire ! La partie un peu féministe en moi à envie de crier à l’injustice, mais en même temps j’ai l’impression que cette routine vous convient et ça ne me regarde pas. Alors je vais continuer à tenter d’éduquer mon fis dans ce qui me parait être la voie de l’égalité en espérant que les moeurs évoluent vers plus d’équité.

      • Dinde De Toi

        Oui vu de l’extérieur c’est pas fameux 😅. Mais il ne changera pas, c’est peine perdue, alors autant accepter tel quel et éviter les prises de tête. Il cuisine très bien ceci dit, pas tous les jours. La descendance bébé il me cherchait dans la maison pour me dire “il faut changer la couche” 😂. Mais hormis pour quelques cacas explosifs cela ne me dérangeait pas. Je crois que notre rythme de vie est globalement bien plus doux que pour ceux qui travaillent à l’extérieur à temps complet car au final on ne travaille vraiment que 5 mois par an, ce qui doit nous éviter bien des tensions. Après ce n’est pas parce qu’il n’aide pas dans les tâches ménagères qu’il ne fait rien de ses journées, au contraire… Et puis quand ledit homme a une belle maison bien vaste au coeur de la nature cela me fait oublier ses quelques défauts 😉 (ça fait matérialiste mais tant pis !).

        • Maman chamboule tout

          Ok, le coup de la belle maison ça change tout ! Le principal c’est que ça vous convienne à tous les deux, moi ce qui me pose problème c’est de voir des femmes épuisées qui sont victimes de ce schéma.
          Cela dit en parlant de belle maison… tu nous avais pas promis, il ya fort longtemps (dans un billet “envers du décors” si je ne m’abuse), de nous raconter comment vous étiez devenu propriétaires de cet habitat particulier ?

  • Docteur Mamangue

    C’est vrai qu’on n’entend pas souvent un homme dire “heureusement que ma femme m’aide”!
    Au niveau de la pratique, c’est équilibré chez nous avec des préférences plus ou moins marquées. Plutôt la cuisine pour moi mais il fait quand je ne suis pas dispo. Plutôt le bricolage pour lui parce que je ne suis pas très manuelle! Le ménage assez partagé quand on travaille pareil sinon celui qui a le plus de temps.
    C’est le côté organisationnel (planning, vacances…) qui repose entièrement sur moi. Parfois j’en ai marre mais la plupart du temps, cela me convient ainsi. Je savais dès que je l’ai rencontré que se projeter et anticiper ce n’est pas son truc alors que moi j’adore (la plupart du temps)!

  • Dinette & Paillettes (Maman Pétille)

    Je te rejoins totalement sur l’importance de la transmission de cette notion de partage.
    D’ailleurs, je tiens à intégrer l’asticot tout autant que ses grandes soeurs le sont/seront à notre organisation quotidienne.
    Ici, c’est assez aléatoire. D’une manière générale, l’homme gère l’entretien extérieur (en très grande partie) : poules, potager, espaces verts et moi l’intérieur (cuisine, entretien courant, linge….). Mais nos “rôles” sont facilement et naturellement interchangeables.

  • Maman de 3 (mais pas que)

    Je me retrouve beaucoup dans ton post. Je reconnais bien ma vie d’il y a 10 ans quand je n’avais qu’un enfant, qu’il était petit et que j’avais encore plein d’espoir sur la capacité de mon couple à être parfaitement égalitaire…
    Aujourd’hui j’ai 3 fils (grosse pression pour en faire des féministes convaincus), et clairement le piège s’est refermé sur moi : au boulot petit à petit j’ai accepté des postes moins exposés / temps partiels après mes grossesses, mon homme lui a monté sa boite et consacre beaucoup de temps à son travail. Comme il n y a que 24h dans une journée je me retrouve à tout organiser dans la maison : ménage/administratif/taxi pour les enfants/ vie sociale de tout le monde… En plus de mon travail bien sûr que j’ai repris à plein temps avec des heures sup parce que cette année le grand veut faire un stage de voile (rien que ça). Bref, j’ai une conscience féministe très forte et je sais que quelque chose ne va pas mais la situation s’est installée insidieusement sans qu’aucun choix ne me soit imposé. Malgré tous nos beaux discours mes fils voient ça tous les jours et intériorisent cette répartition des rôles. Le plus jeune a 3 ans et parle du “grand travail” de papa et du “petit travail” de maman… y a du boulot!

  • JEAN

    Chère madame, une amie qui milite, et donne quelques petits conférences, pour la revalorisation du “métier” de femme au foyer, m’a envoyé le lien de votre article avec le commentaire suivant : “quand je te dis que les bobos se féminisent, ils finiront pas s’éteindre d’eux même !”. Pour tout vous dire, au début je pensais qu’il s’agissait de second degré, que votre Blog, comme beaucoup, se voulait humoristique. Mais non, à la fin de la lecture j’en ai déduis que vous étiez sérieuse….

    Voyez-vous, vous niez, par convenance personnelle et idéologie, le sens des rôles. Que vous le vouliez ou non, comme le soleil se lève le matin, instinctivement, génétiquement, la femme a certaines dispositions, et l’homme d’autres. C’est ce que l’on appelle la complémentarité, et, ma foi, la nature étant bien faite, la femme et l’homme se complète au sein du couple. Dans ces dispositions il y a la gestion du foyer, et la gestion de la vie (les enfants). Une femme donne la vie, il lui est difficilement concevable de la retirer, elle n’est pas “programmée” pour cela, ce qui explique, entre autre, que l’on retrouve très peu de femme dans l’armée, environ 15%, et presque aucune dans des unités combattantes (moins de 1%). Par contre, vous trouvez actuellement en 3 année de médecine plus de 60% de femme. Idem pour le foyer, c’est le domaine féminin, l’environnement protecteur de la famille. Ces rôles se sont répartis et affinés au cours des 20 000 dernières années. Qui êtes-vous pour prétendre aller ainsi contre nature et contre l’inspiration des gens ?

    Avec mon épouse, nous avons eu la chance d’avoir 6 enfants, dont 4 garçons. Notre aîné a actuellement 25 ans et est jeune officier, mon second en faculté de médecine, mon troisième en mathématique supérieur pour présenter comme son frère le concours d’officier, et mon dernier, qui vient d’avoir son bac rentre en école d’ingénieur. Mes deux filles sont encore mineures. Nous avons élevé nos enfants dans le sens de leur sentiments innés, et, une garçon n’a rien à voir avec une fille… Chez nous, les garçons n’intervenaient pas dans le foyer, ma femme refusait, par contre, plus jeunes ils participaient au travaux extérieurs, chassaient (ma femme prépare très bien le gibier), et ont rempli leur rôle de protection dudit foyer, car en 2016 nous avons été victime d’une tentative de cambriolage avec violence, j’étais en déplacement, et mes 3 aînés présents ont “explosé” les 3 malfaiteurs… Pour ma part, je ne me souviens pas avoir passé une fois l’aspirateur ou pliez le linge, je ne sais pas et je m’en fous, alors même que c’est important pour mon épouse et qu’elle apprécie d’avoir une maison propre et bien rangée. Idem pour la fiancée de mon aîné. Mais, rassurez-vous, je fais d’autres choses, dont beaucoup de déplacements pros pour nourrir ma famille (si dans votre gestionnaire vous avez mon adresse IP vous verrez que je suis actuellement aux USA pour affaire). Et pdt ce temps, je sais que ma femme s’occupe des arrières. C’est ça une équipe.

    Bref, je ne vous convaincrai pas et vous non plus, mais continuez donc comme vous le faite à contraindre et tordre, les sentiments intimes et testotéronés de votre fils, et vous en ferrez très probablement, car nul ne peut prévoir l’avenir, quelqu’un capable de repasser et ranger le linge comme une jeune fille de maison, mais qui ne sera pas adapté à gérer et défendre son foyer. Après tout, c’est vous que cela regarde, mais l’adage “on ne choisit pas ses parents” dit bien des choses !

    Note : les enfants ne sont pas des cobayes….

    • Maman chamboule tout

      Cher Monsieur,
      Je pense qu’il y a une ligne qui vous a échappé dans ce texte. Je parle des femmes qui « travaillent » à l’extérieur, une grande majorité dans notre pays, et assument également toutes les tâches domestiques. Il me parait fou qu’une femme fatiguée comme son conjoint par sa journée soit la seule à préparer le diner, faire le ménage et s’occuper des enfants. Ce texte milite bien pour la revalorisation des tâches du foyer, mais pas uniquement par les femmes sachant qu’elles travaillent autant que les hommes à l’extérieur du foyer.
      Une répartition des tâches différentes de celle dont je parle ne me pose aucun soucis, si j’avais eu les moyens de ne pas travailler à l’extérieur pour m’occuper de mon fils je l’aurais fait. Mais il me semble que de nos jours c’est rarement le cas donc puisque les habitudes de vie changent l’organisation doit changer également.
      Je ne nie absolument pas le spécificités des hommes ou des femmes, j’ai mis mon fils au monde, je le nourris de mon lait et je suis la seule à pouvoir le faire. Les travaux physiquement difficiles sont effectués par mon conjoint puisqu’il a plus de force que moi (pour ce qui de la vaisselles il semble constituer pour pouvoir l’effectuer, j’ai vérifié, il a deux mains tout comme moi).
      Ce qui me pose soucis, ce contre quoi je milite, c’est l’épuisement des femmes qui assument plus de tâches que les hommes dans beaucoup de cas et doivent souvent penser à tout.
      Dans votre commentaire vous citez le taux important de femmes en études de médecines, pensez-vous également qu’elles devront, en plus de leur emploi à plein temps, effectuer seules les tâches domestiques ?
      Le monde évolue chaque jour, comme vous l’avez si bien dit les rôles s’affinent, rien n’est fixe (on peut d’ailleurs se rappeler une époque pas si lointaine, à l’échelle de l’histoire de l’humanité, ou l’école était réservée aux garçons). Je n’ai pas pour ambition de faire de mon fils une femme, juste un homme adapté à l’avenir et capable de participer à la gestion de son foyer comme son père le fait, sans y être ne contraint ni forcé (et rassurez-vous, il secrète toujours autant de testostérone). J’aimerais juste savoir ce que vous faites, dans votre schéma, si l’homme ou la femme n’ont pas envie de remplir les rôles qui leurs semblent dédiés ? Si vos filles ont envie de travailler à l’extérieur ou vos fils d’élever leurs enfants ? Je pense qu’il y aura toujours majoritairement des femmes au foyer, instinct et biologie obligent, mais parfois certaines personnes ont des aspirations différentes, je connais un papa au foyer qui adore son rôle alors que sa femme, elle, adore sa carrière, ne serait-ce pas les contraindre, justement, que de leur imposer un schéma différent ? Ce dont je rêve, c’est une égalité des possibilités pour les deux sexes, quelque soit leurs aspirations.

      • JEAN

        Je vous remercie pour votre réponse, dans laquelle je note une certain retenue que j’avais moins perçue dans votre article. Si j’ai donc pu vous offenser quelque peu je vous prie d’accepter mes excuses.

        J’avais bien saisi la notion de “femme travaillant en extérieur”, la notion “extérieure” est importante, car le foyer est un travail à part entière. De fait, je vous rejoins sur le fait que nombre de femmes cumulent les deux jobs si je puis dire ! Mais, à qui la faute ?

        Le système (corps législatif, exécutif, puissance médiatique), a tout fait pour arriver à cette situation sans mettre en face la moindre solution. Que les femmes travaillent en extérieur, je n’ai rien contre, cela était très rependu au moyen âge (il y avait des femmes médecins), puis moins à la Renaissance, puis la Révolution a interdit toute vie sociale en France (plus de femme médecin au XIXe et début XXe). Des époques où l’on courrait moins après le temps et où l’argent pilotait moins les vies. Mais, la situation moderne nécessiterait de nombreux aménagements que le législateur se refuse à faire, comme par exemple : cotisation retraite pour toute femme souhaitant rester une partie de sa vie s’occuper de son foyer, heures de ménages pour toute femme travaillant plus de 28 heures pour une entreprise, affectation de personnel pris en charge (Caf ou autre) pour les foyers où la femme travaille en extérieur, garde d’enfant adaptée et automatique, etc.

        Ce que je veux dire, c’est que le système à poussé la femme à travailler, car il faut rembourser les nombreux crédits, et pour des raisons idéologiques, sans mettre les structures adéquates en face ! Et aussi sans prendre en compte celles restant au foyer. Dès lors, c’est le “demmerdez-vous” qui prime, avec une tentative de report sur les hommes, qui eux aussi travaillent, statistiquement plus (en volume horaire)… Une aberration ! Et au bout du compte, je vous rejoins pour dire que se sont les femmes qui “trinquent”…

        Quelles solutions ? Faire bouger les lois, non pas pour des histoires de parités qui sont des paravents pour éviter les vrais problèmes, mais bien pour adapter les conditions de fonctionnement des foyers et apportant le plus d’aides possibles. Ajoutons que cela créerait de nombreux emplois de service.

        Que votre fils vous aide ponctuellement concernant ménage, cuisine, linge, je ne suis pas pour, mais c’est votre vie, pas la mienne, donc, vous faites ce que vous pensez être bien (même si de plus en plus de loi vous indiquent ce qui est bien ou mal… c’est un autre débat), ce n’est pas, comme vous l’avez compris, le choix que nous avons fait avec mon épouse, et nous sommes très satisfait du résultat. Mais, si je puis me permettre, ne vous trompez pas de combat…

  • Karo

    Bonjour et merci pour vos articles toujours sympathiques à lire.

    Je me permets de vous faire savoir que je ne suis pas d’accord avec vous. Chez nous, nous avons 4 enfants, et 4 garçons !! (oui je sais….), je refuse qu’ils s’occupent de la maison, je veux dire par là : cuisine, ménage, linge. Par contre, ils participent au reste, et notamment encadré par leur père, et mon grand qui a 20 ans, a fait ce WE la vidange de ma voiture, que je n’aurai jamais pu faire. Mes deux soeurs ont la même attitude.

    Bon, je sais que vous n’allez pas me comprendre, et il ne s’agit pas d’un acte antiféministe ou je ne sais pas quoi, mais pour moi c’est du bon sens. Je ne verrai pas un de mes fils être demain une “fée du logis”, cela me ferait bizarre, et je me dirai que j’ai loupé quel que chose. De plus, pour avoir 5 hommes à la maison (dont mon mari 🙂 ), et eu 3 frères dans mon enfance, je sais qu’un homme ne fonctionne pas comme une femme, et qu’il y a un décalage énoooooooorme en ce qui concerne la maison. Moi ça me tient à coeur et j’aime ça, eux n’y entendent rien. Je préfère largement favoriser leur don naturel, plutôt que de les emmener sur une voie qui n’est pas la leur…

    Bref… ce n’est que mon point de vue, pas la vérité absolue, mais je puis vous dire que nombre (d’ailleurs toutes !) mes amies se comportent ainsi avec leurs garçons, on veut que demain il soit chef de famille, pas un “homme d’intérieur”.

    Amicalement,

    • Maman chamboule tout

      Merci beaucoup, je suis heureuse de savoir que mes articles sont agréables à lire !
      Vous avez tout à fait le droit de ne pas être d’accord, ici je n’exprime que mon point de vu et moi non plus je ne détient pas la vérité absolue. De plus, j’aime les désaccords, ils nous font grandir.
      Votre situation ne me choque pas car elle semble très bien vous convenir. Ce qui me gène c’est de lire que de plus en plus de femmes s’épuisent, puisqu’en général elles travaillent à temps plein, et qu’elles n’obtiennent pas la participation qu’elle souhaite de la part de leur conjoint. La répartition biologique des rôles me semblent un fait, mais aujourd’hui, dans nos vies modernes, il y a bien moins de tâches pour les hommes me semble-t-il. Ils ne vont plus chasser pour nourrir leur famille, ne doivent plus défendre leur foyer, ne vont plus à la guerre (fort heureusement)… certains s’occupent des travaux extérieurs mais il y a aussi beaucoup de familles qui vivent en appartement et n’en ont pas… Alors que, au contraire, la femme a toujours la maison à gérer. Alors je ne cherche absolument à faire de mon fils une fée du logis, ni sont père ni moi ne le sommes, mais j’aimerais qu’il sache se débrouiller dans une maison et s’occuper de ses enfants. Je ne sais pas si les hommes ne sont pas doués pour l’entretien de la maison ou si c’est juste qu’on ne les a pas amené à s’y intéresser. Prenez l’exemple d’un jeune enfant (fille comme garçon), il aime aider ses parents dans toutes les tâches qu’ils accomplissent. Peut-être est-ce simplement nous qui les orientons…
      Juste une question, vous dites que vous voulez que vos fils soient des chefs de famille, que souhaiteriez-vous pour vos filles (si vous en aviez) ?

      • Karo

        Bonjour en cette belle journée,

        je suis d’accord sur le fait que certaines femmes peuvent s’épuiser à vouloir tout faire. Ce fut le cas d’une de mes belles soeurs, cadre dans une grosse boîte de transport, et qui est très maniaque et veut un intérieur nickel et que le linge ne s’entasse pas… Elle a une femme de ménage, mais repasse derrière elle car ce n’est pas comme elle veut, et qu’elle préfère faire. Son mari, mon frère, ne cesse de lui dire qu’elle n’a pas à autant s’investir, que tout va très bien, mais voilà, c’est son truc, elle aime ça…

        Pour ma part j’ai fait le choix dès mon premier enfant d’arrêter de travailler, nous le pouvions financièrement, même si nous ne roulons pas sur l’or, mais c’est un choix de vie. Et mon mari n’était pas pour au début (il avait peur que je m’ennuie), mais il a compris l’avantage que cela représentait. Est-ce que je reprendrai une activité en entreprise un jour ? Oui, certainement dans 5 ans je pense.
        Pour moi, mon foyer, ma famille, sont plus importants qu’une entreprise. Cela m’épanouis, et j’ai pas mal d’interaction sociale à travers diverses associations où je suis bénévole. Et pour l’éducation des enfants, c’est un sans commune mesure. Alors oui, nous avons moins d’argent et voyageons moins que certains couples, mais cela nous importe peut, notre essentiel est ailleurs…

        “Juste une question, vous dites que vous voulez que vos fils soient des chefs de famille, que souhaiteriez-vous pour vos filles (si vous en aviez) ?” Alors, effectivement je n’ai pas de fille, et je le regrette j’aurai beaucoup aimé en avoir une, mais j’ai plusieurs nièces. Ce que je souhaiterai pour mes filles, que je n’ai pas, hé bien tout simplement d’être épanouie, et de réussir leur vie et pas forcement “dans la vie”. Pour moi, le plus important est d’être une bonne épouse et une bonne mère, capable de tenir la famille, d’en être le ferment. Après, je comprends aussi les femmes carriéristes qui vont donner leur vie à une entreprise, c’est un choix intime. Mais, par expérience vers 45 / 50 ans, ces femmes ont d’énormes regrets. Donc, j’enseignerai à mes filles virtuelles (!) ce qui me semble important, a elles ensuite de faire leur choix et quel qu’il soit, je les soutiendrai. Quand je parle du chef de famille, c’est pour moi le rôle que l’homme doit tenir, cela suppose d’être capable d’assumer ce rôle qui est très difficile. Pour autant, je suis partie prenante dans les décisions, et je pense être le point d’ancrage de la famille. mais quand il y a un flou, une décision grave, je me repose sur mon mari qui prend alors la responsabilité de ce qui peut arriver…

        Y a t il un mode de vie parfait ? Non, certainement pas. Y a t il des choses essentielles dans la vie, une hiérarchie, oui je le pense, et, un des rôles de parent, est d’éclairer le chemin, pas de l’imposer….

        Au plaisir de vous lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *