P'tits bouts de vie

Nostalgie et excitation de la découverte : l’ambivalence des sentiments maternels

Si il y a bien un mot dont la maternité m’a fait prendre pleinement conscience de la définition, c’est celui-ci : nostalgie 

Nostalgie : regret mélancolique d’une chose révolue. 

Quand mon fils a eu 3 semaines et qu’il a fallu ranger le taille naissance, j’ai pleuré. Pareil pour le 1 mois. Même si les rangements des tailles suivantes ont été moins douloureux, à chaque fois, mon cœur se serre. 

mains bébé papa

Il y a aussi eu le jour, durant son quatrième mois, où je l’ai couché dans son lit à barreaux. Fini le berceau dans lequel il commençait à être sérieusement à l’étroit, mais qu’il me paraissait petit dans ce si grand lit. Je l’ai couché, ai remonté la petite clé du mobile et il s’est endormi presque immédiatement. Moi je suis descendue et j’ai, encore, versé quelques larmes. 

Il y a aussi eu le passage du cosy à la poussette.

sommeil bébé 2

Bien entendu l’entrée à la crèche m’a déchiré, la nostalgie de nos journées entières ensemble m’a assailli avec une violence que je n’aurais pas cru possible.

Il y a eu le jour où, mi soulagée-mi attristée, vers ses 20 mois il me semble, je renvoyais mon tire-lait pour qu’il accompagne d’autres mamans dans leurs aventures lactées.

allaiter un grand bébé 1

Des souvenirs nostalgiques, j’en ai plein mon giron maternelle. Ils sont là, comme une composante à part entière de mes sentiments pour mon enfant. 

“Le temps est assassin et emporte avec lui les rires de enfants”, disait Renaud et qu’il avait raison. 

sommeil bébé
sommeil bébé

Mais il y a aussi l’autre moitié des sentiments, l’excitation de la découverte. L’excitation et le bonheur à la vu du premier sourire de son enfant.

L’envie de le voir réussir à stabiliser cette position assise pour qu’il puisse voir le monde différemment. L’envie, aussi, de lui tendre les bras pour qu’il marche jusqu’à nous quand il est encore aussi instable qu’un petit culbuto.

allaitement long et autonomie

Le bonheur de lui proposer pour la première fois de la nourriture solide, celui des premiers mots puis des premières phrases prononcées. 

Enfin, la joie de le voir gagner en autonomie de jour en jour.

motricité libre 1

Quoi qu’il apprenne, quoi qu’il découvre, j’ai l’impression que ces deux sentiments sont là, jamais bien loin l’un de l’autre. Bien entendu, il y en a généralement un qui prend le pas sur l’autre et je ne passe pas mon temps à pleurer mon petit nourrisson. Mais tout de même, la nostalgie aime pointer son nez à tout moment, même quelques secondes, pour nous rappeler à quelle vitesse le temps passe. 

place papa allaitement

Peut-être que devenir parent c’est aussi cela, découvrir que deux sentiments si opposés cohabitent si souvent dans nos cœurs. Peut-être que la nostalgie nous permet aussi de réaliser la chance qu’on a de vivre chaque instant, même si ils semblent nous glisser entre les doigts… 

***

Et chez vous, cette ambivalence fait-elle aussi parti du quotidien ?

 

Suivez maman chamboule tout !

19 commentaires

  • 3 kleine grenouilles

    Je n’ai jamais été très nostalgique, j’étais plutôt impatiente de passer à la prochaine taille, probablement aussi parce que je savais que les vêtements seraient remis par la petite sœur / les petites sœurs. Ce n’était donc pas un adieu définitif à cette période du tout petit bébé.
    Mais je crois que la maladie de ma petite m’a définitivement fait abandonner toute nostalgie. J’ai en même temps le sentiment que cette maladie nous a volé entièrement sa première année. Même encore aujourd’hui, chaque étape franchie est à la fois une grande joie (elle arrive depuis dimanche à sauter avec les deux pieds) accompagnée d’un petit pincement au cœur de le vivre seulement maintenant.
    Et puis, c’est tellement passionnant de les voir affirmer leur personnalité, leurs goûts !

    • Maman chamboule tout

      Votre situation est très particulière et j’imagine bien que dans ce cas c’est le bonheur de la voir franchir des étapes qui prime ! Mais elle a l’air très volontaire et j’ai l’impression, quand je te lis, que même si elle a besoin de plus de temps que la plupart des autres enfants, elle arrivera à franchir tout plein d’étapes à son rythme.
      Je pense aussi que le fait de n’avoir qu’un enfant et de ne pas “en prévoir” d’autre joue beaucoup, c’est certain.

  • unbrindemaman

    Oh m’en parle pas. C’est souvent quand elle fait la sieste, quand je la surprend à jouer seule ou lorsqu’elle s’endort le soir que cette bouffée de nostalgie me remonte au nez. C’est très émouvant effectivement.
    Gros bisous à toi.

    • Maman chamboule tout

      Ravie de te voir par ici ! L’heure de la sieste, ici c’est aussi la plus propice à la nostalgie. Souvent il s’endort contre moi et alors j’ai tout le loisir de laisser vagabonder mon esprit…
      Moi aussi je t’embrasse

  • Docteur Mamangue

    Je partage à 100 % cette ambivalence. Et avec la nostalgie, j’ai aussi le flou des souvenirs qui me rattrape. J’ai du mal à me rappeler comment c’était avec Goyave ou Kiwi bébés par exemple.
    Mais c’est aussi cette ambivalence qui je crois, me rend capable de plus en plus de vivre le moment présent à fond.

    • Maman chamboule tout

      J’imagine qu’avec la fatigue occasionnée par les enfants rapprochés les souvenirs doivent se flouter un peu. Déjà qu’avec un seul ça arrive fréquemment. Quand il était bébé je notais frénétiquement tout ce qui me paraissait important de peur d’oublier. Mais tu as raison, cette ambivalence nous offre la chance de comprendre encore plus à quelle point c’est important de vivre le moment présent.

  • Dinde de Toi

    Zéro nostalgie ici, jamais je n’ai pleuré en rangeant ses vêtements trop petits 🤔. Plus elle grandit et plus le spectacle de sa personnalité qui s’affirme est magnifique. Je l’ai adoré bébé, bien sûr, mais vu que j’ai la sensation de l’avoir vécu à fond cela n’entraîne pas de nostalgie, plutôt un sentiment d’accomplissement et de fierté.

    • Maman chamboule tout

      Tu as sans doute mis le doigt sur un point sensible… j’ai l’impression de ne pas avoir profiter assez, j’ai tellement rêver d’un congé parental que je n’ai pas pu prendre. Peut-être que si, comme toi, j’avais été au côté de mon enfant durant ses premières années ça serait différent.

  • Nanakie

    J’ai aussi eu bien du mal à ranger les petits vêtements… Aujourd’hui je ne suis nostalgique de presque rien. Je prends plutôt les choses comme elles viennent, le spectacle de son épanouissement est tellement beau à voir !
    Et puis, son sommeil est tellement … chaotique que je me dis que c’est absolument IMPOSSIBLE que je puisse être nostalgique de cela, un jour ! 😂

    • Maman chamboule tout

      J’avoue qu’avec ce que je connais du sommeil de ta fille en effet, tu ne peux pas en être nostalgique ! C’est chouette de réussir à prendre les choses comme elles viennent.

  • petitsruisseauxgrandesrivieres

    Je ne suis pas très nostalgique. J’ai adoré les premiers mois (sauf les nuits pourries, les coliques et les reflux avec leurs pleurs que rien ne calmait), mais tous les progrès sont tellement fantastiques, leur personnalité qui s’éveille et s’affirme, je trouve ça génial. Ça prend le dessus sur les regrets du temps qui passe 🙂

    • Maman chamboule tout

      J’ai connu des premiers mois tellement facile avec mon fils et c’était des moments tellement doux que ça doit jouer dans la nostalgie. Ici pas de pleurs, de coliques ou de nuits pourries, ça aide ! Cela dit j’adore aussi le voir évoluer mais j’ai toujours l’impression de ne pas assez profiter.

    • Maman chamboule tout

      C’est certainement la clé, se le répéter en boucle mais je crois que même comme cela la nostalgie sera toujours un peu là !

  • Marine

    Je comprends tout à fait ces sentiments. Je les vis aussi même si à chaque fois je me suis dit que j’allais revivre ça pour les frères suivants. Mais je crois que le moment présent me prend suffisamment d’énergie pour me sentir nostalgique !

    • Maman chamboule tout

      Comme quoi, même le fait d’avoir plusieurs enfants n’empêche pas cette nostalgie du temps qui passe… mais c’est certains qu’avec 3 le temps doit souvent donner l’impression de passer très vite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *