P'tits bouts de vie

L’enfant et les écrans

Il y a peu, je racontais à des amis que notre fils n’avait pas accès aux écrans. Et puis, en y réfléchissant bien j’ai réalisé que ce n’était plus tout à fait exact…

Il faut savoir qu’à la base je ne suis pas une grande fan des écrans. Je pourrais tout à fait vivre sans la télé. Si je suis seule je n’ai pas le réflexe de l’allumer, j’ai toujours autre chose à faire. J’aime regarder certains reportages et pour les films nous avons un grand écran et un projecteur donc, clairement, ce gros rectangle noir et moche au milieu du salon je m’en passerais (je crois que c’est surtout la laideur de la bête qui me chagrine).

 

Le choix de l’exposer aux écrans le plus tard possible… sauf en voiture ! 

Même avant la naissance de mon fils je n’étais pas franchement favorable aux écrans pour les enfants. Quand je vois l’effet hypnotique qu’ils ont sur eux je me sens particulièrement mal à l’aise. 

D’un commun accord avec papa d’amour nous avions donc décidé de ne pas exposer notre fils trop tôt aux écrans. Jusqu’à l’été dernier il n’avait jamais posé les yeux sur un écran allumé. Et puis il a fallu partir en vacances et faire 3 fois 4 h de route en quelques jours. Je vous avais confié ici à quel point les trajets en voiture pouvaient être l’angoisse. A cette époque petit Lu se mettait à hurler au bout de 20 minutes de voiture jusqu’à notre arrivée. Dans le but d’éviter un accident dû au stress (ou un abandon d’enfant ficeler dans son siège auto sur le bord de la route) nous avions décider de le droguer à l’iPad durant les trajets. Ce fut un choix salvateur.

Depuis nous ne sommes pas partis bien loin donc je crois qu’à part à l’occasion d’un week-end en Touraine et il n’en a pas eu. 

 

Prise de contact avec la télé et le cinéma

Notre fils a regardé son premier dessin animé sur la télé après Noël dernier, à presque 3 ans. Il était malade, rochon et difficile à occuper alors pour faire passer le temps papa d’amour l’a mis devant Petit Ours Brun. J’aurais sûrement fait pareil (on sait jamais, je préfère préciser des fois qu’il me lise en secret).

Et puis, juste avant le confinement nous sommes allés tous les 3 au cinéma. C’était la grande fête ! Il a adoré et nous le réclame souvent depuis. Nous avions choisi le programme avec soin. Le cinéma de la ville voisine passe régulièrement des séries de courts-métrages ne durant jamais plus de 40 minutes et vraiment bien adaptés aux jeunes publics.

Depuis, peut-être 4 ou 5 fois pendant le confinement, on a regardé la télé tous ensemble. Des court-métrages la plupart du temps et aussi Robin des Bois de Disney. Il n’a pas tout saisi mais il a adoré !

 

Du coup un peu d’écran exceptionnellement ok, mais bien encadré 

Je ne regrette pas du tout d’avoir quasiment tenu le fameux “pas d’écran avant 3 ans” (n’oublions d’ailleurs pas que cette limite est purement commerciale, à partir de 3 ans les enfants deviennent réceptifs aux messages publicitaires , ça serait bête de louper de bons pigeons #onnousprendvraimentpourdescons). Nous continuerons d’ailleurs à limiter drastiquement l’usage de l’engin vu l’excitation et l’état hypnotique qu’il génère. Mais j’ai aussi constaté que c’est une vraie fête pour petit Lu de regarder un programme adapté de temps en temps. Ce que je veux éviter coûte que coûte c’est que cela devienne la solution de facilité pour m’en débarrasser quand j’ai besoin de calme (attention, aucun jugement de porté ici, nous n’avons qu’un enfant en bas âge et pas mal de temps à lui consacrer, j’imagine que dans un autre cas de figure ça aurait sûrement été différent). Nous regardons toujours avec lui pour transformer ce moment en un temps de partage en famille. Cela permet aussi d’être là pour le rassurer car les images l’impressionnent vite. J’ai remarqué qu’il faut que mon fils soit dans de « bonnes dispositions » pour profiter de ce moment. S’il est fatigué ou énervé l’écran empire son état. Dans ce cas là une histoire sur la Lunii a un effet plus positif et l’apaise

Après chaque exposition aux écrans nous remarquons tout de même beaucoup l’état de dépendance qui peut en découler. À la fin il en redemande systématiquement, et après une exposition il réclame les écrans pendant plusieurs jours d’où le choix de vraiment donner à ces moments des allures de petites fêtes pour bien les différencier du quotidien.

La petite bête est maline est tente aussi de nous amadouer :

“Je voudrais les trois petits cochons sur l’Ipad maman, parce que je suis un peu fatigué.

Mais l’Ipad ce n’est que dans la voiture pour les longs trajets mon amour, c’est la règle.

Un tout petit peu maman, en plus papa l’a rechargé !”

Dans l’ensemble il est quand même assez cool et ne fait pas de crise. Il essaie de temps à autre d’assouplir les règles, mais après tout qui ne tente rien…

En général après ses demandes je lui propose de lui mettre une histoire à écouter dans sa chambre sur le poste offert à son anniversaire par sa tata. Il reste souvent une bonne heure la-haut à jouer sans même s’apercevoir que l’histoire est finie.

 

Ce qui se fait ailleurs… 

Pour terminer ce billet vous pouvez également aller lire ce qui se fait aussi ailleurs (la famille Chamboule Tout n’a pas la science infuse) :

Ici, Nanakie nous raconte comment ils ont fait des compromis entre principes et envies.

Sur le blog Happynaiss Maman Poule nous livre aussi une façon sympa de gérer le rapport aux écrans et le temps d’exposition. Sa sélection de dessins animés intelligent et bienveillants pourra aussi en aider certains. 

Marie du blog PRGR propose aussi une très bonne synthèse des risques liés aux écrans et aux réseaux sociaux en s’appuyant sur deux ouvrages :

La Fabrique du Crétin Digital de Michel Desmurget

et La civilisation du poisson rouge de Bruno Patino

 

***

Et par chez vous, quels sont vos choix quant à l’exposition des enfants aux écrans, et pourquoi ? 

 

Suivez maman chamboule tout !

18 commentaires

  • Maëliss

    Et d ce que j’ai pu lire sur les écrans (notamment les livres de Desmurget ) je pense que c’est une consommation qui ne doit pas être problématique mais qui te permet avec justesse je trouve de souligner les effets des écrans.

    • Maman chamboule tout

      Merci Maëliss ! En effet, notre consommation ne me parait pas problématique mais même comme ça on remarque vite les effets pernicieux des écrans.

  • Docteur Mamangue

    Je partage globalement ta vision.
    Goyave a commencé à regarder de courts dessins animés en début d’année donc à un peu plus de 3 ans et demi. De l’ordre de 15 min une fois par semaine. Nous sommes un peu les extra terrestres dans notre bande d’amis.
    Puis presque quotidiennement pendant le confinement mais maximum 20 minutes par jour. Elle les réclamait souvent avec insistance mais s’en détache très bien à la fin. Kiwi a commencé à regarder un peu avec elle à cette occasion donc un peu plus de 2 ans mais nous privilégions de les mettre pendant sa sieste. C’est plus dur pour les deuxièmes et plus de limiter.
    Depuis la reprise de l’école, elle a dû en regarder à trois reprises je crois. Et si elle ne demande pas, nous ne proposons pas.
    Elle est très impressionnable je trouve. J’ai voulu lui montrer Robin des bois mais elle a demandé à arrêter après moins de 15 min car peur du serpent. Et même dans de petits dessins animés type Simon et Gaspard elle peut avoir des frayeurs.

    • Maman chamboule tout

      Le soucis de la limite pour les seconds enfants et plus revient souvent et j’imagine que c’est partout pareil, on lâche un peu de leste dans ce cas là.
      Du côté de petit Lu il n’est pas trop impressionné par les méchants, en revanche, la détresse émotionnelle l’affecte tout de suite et il se panique à l’idée que l’histoire puisse mal finir.

  • petitsruisseauxgrandesrivieres

    mes enfants sont comme le tien : dès qu’on lâche un peu la bride, c’est la débandade et ils en demandent toujours plus. du coup on reste assez stricts pour ne pas être débordés. Le zéro écran est difficile, car nous-mêmes adultes y passons du temps. Mais si c’est strictement contrôlé, que les enfants ont l’exemple de la lecture par les parents, je pense que ce n’est pas un problème. Merci pour la citation 🙂

    • Maman chamboule tout

      Je te rejoins sur la difficulté du zéro écran à partir d’un certain âge. Les parents qui donnent l’exemple de la lecture en lisant eux-mêmes je trouve ça super important aussi, je regrette de ne pas me donner plus le temps de lire quand je relève ta remarque !

  • Charlotte - Enfance Joyeuse

    Merci de nous partager ton retour et de nous expliquer pourquoi tu agis ainsi. Je comprends tout à fait pourquoi tu as pris ces décisions et je suis certaine que ce partage d’expérience va donner des pistes concrètes à d’autres parents (ou futurs parents) qui se posent la question des écrans…

  • Marine

    La gestion des écrans est une vraie question. Je suis en train de lire un livre dans lequel il est clairement dit que pendant qu’un enfant regarde un écran, son cerveau est en mode de stupéfaction. Ca va tellement vite qu’il n’assimile pas : il subit. Bon. Après il y a la réalité. Mon premier n’a pas eu accès à un seul écran avant ses six ans. Le petit dernier, lui, à 5 ans, regarde déjà des films avec ses frères. C’est donc difficile à doser ! La règle chez nous c’est pas d’écran pendant la journée, et un film tous ensemble le mardi soir et le week-end. Je trouve que c’est déjà beaucoup, mais en même temps ce sont des moments partagés en famille qui font des souvenirs positifs et font du bien à tout le monde !

    • Maman chamboule tout

      J’ai l’impression que c’est toujours plus compliqués pour les suivants que pour le premier ! De quel livre parles-tu ? Je partage complètement ton avis quant au fait que, bien dosé, regarder la télé en famille c’est aussi partager un bon moment.

  • Nanakie

    Merci pour le clin d’oeil 😉

    Hélas chez nous, avec le confinement le temps d’écran a augmenté et nous sommes en train de réguler “vers le bas” petit à petit. Jamais de “chaîne de télévision” puisqu’on n’a pas d’antenne TV, uniquement des choses validées par mes soins, des temps courts, exemptes de publicités et avec une fin bien définie (c’est à dire que les épisodes ne défilent pas en boucle).
    Lorsque ma fille demande un épisode, elle sait désormais dire “c’est finit, on éteint” à la fin de cet épisode et ça se passe plutôt bien… sauf aux moment critiques tels que la fatigue ou la faim : ce sont des heures où l’on n’accède pas du tout à sa demande car on sait qu’elle sera débordée par l’arrêt dudit écran.

    On regarde parfois aussi, des petites vidéos reportage, qui m’aident à lui expliquer quelque chose ou à répondre à ses questions : sur les abeilles ou sur les volcans par exemple. Elle adore !

    • Maman chamboule tout

      Le confinement a été une période particulière et les enfants apprennent vite à différencier l’ordinaire de l’extraordinaire, vous réussirez à revenir au temps d’écran qui vous convient rapidement.
      Nous aussi on utilise des petits reportages comme supports d’explication. Petit Lu est passionné par les châteaux forts et les catapultes et on lui a montré des vidéos pour qu’il comprenne leur fonctionnement.

  • 3 kleine grenouilles

    Chez nous aussi, l’accès aux écrans est limité. Nous n’avons pas de télé et donc l’accès aux écrans n’est possible que par nos ordinateurs ou smartphones. La petite n’est pas du tout intéressée par les écrans. Quand les deux grands regardent un dessin animé ou un reportage sur l’ordi, elle vient voir mais repart très vite. Les deux grands ont davantage demandé pendant le confinement et j’ai lâché du lest, notamment pour pouvoir travailler plus efficacement. On a alterné dessins animés et reportages. En moyenne, on a dû être à 3-4h par semaine. Depuis la fin du confinement, nous perdons progressivement cette habitude. Ils essaient un peu de négocier mais comme nous faisons des sorties le week-end, il reste peu de temps. De toute façon, les vacances arrivent et nous n’avons pas de télé dans nos locations…

    • Maman chamboule tout

      Le confinement a été une période vraiment spéciale, tu as fait comme tu pouvais. Télé-travailler avec 3 enfants devrait mériter une médaille ! J’aurais bien aimé que mon fils soit peu intéressé par les écrans mais ce n’est pas le cas.
      Les vacances sans télé c’est génial je trouve, petite nous ne l’avions jamais et ça nous permettait d’être vraiment tous ensemble.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *