P'tits bouts de vie

La couette qui questionne mes principes

Et quand j’ai voulu lui en refaire une pour illustrer cet article il n’a jamais voulu !

Cela fait un certain temps que j’avais envie de vous relater cette anecdote. J’hésitais, je ne savais pas si c’était une facette de moi que je voulais dévoiler. Finalement j’ai décidé que si, que cette expérience était assez riche pour être partagée. Maintenant que j’ai éveillé votre curiosité, que le suspens est monté jusqu’à atteindre de vertigineux sommets, je ne vous fait pas languir plus longtemps… 

Il y a de ça deux mois environ, en allant chercher petit Lu a la crèche, je l’ai retrouvé avec une couette sur la tête. Une petite queue de rien du tout, trois poils blondinets dans un élastique à cheveux que je reconnaissais comme étant issu de mon tiroir de salle de bain (mais passons sur ce délit). Il était super heureux de me montrer sa couette, je lui ai dit qu’il avait une belle coiffure mais je sentais bien que quelque chose me gênait. Les auxiliaires m’ont expliqué que son papa l’avait déposé coiffé ainsi le matin même. Il avait demandé une couette à sa tata pendant qu’elle le préparait et il en était tellement content qu’il ne voulait pas l’enlever. Les auxiliaires l’ont tout de même décoiffé pour la sieste mais lui ont refait sa queue de rat au réveil, à sa demande insistante.

J’ai d’ailleurs noté leur bienveillance et la façon dont elles ont considéré cette couette : comme une coiffure qui faisait plaisir à un enfant et non comme un attribut féminin dont il n’aurait pas dû se parer.

Sauf qu’après nous avions rendez-vous au cabinet médical d’à côté et que je sentais bien que, moi, elle me dérangeait cette queue sur le crâne de mon fils. 

Drôle de sensation pour une maman qui a envie de se battre pour que son fils puisse faire la même chose que les filles si il le souhaite.

Toujours est-il que, je n’en suis pas fière, mais pour je ne sais plus quelle raison bidon, j’ai réussi à la lui faire enlever dans la salle d’attente du cabinet médical.

 

Mais alors, qu’est-ce qui m’a vraiment dérangé avec cette fichue couette ?

Pour mon fils elle n’est absolument pas un attribut de genre, il n’a pas conscience que dans les esprits (en tout cas quelques uns au moins) certaines choses sont réservées aux individus de sexe féminin et inversement.

Mais alors quoi bon sang, qu’est ce qui me gêne ? Et si c’était simplement le regard et le jugement d’autrui ? 

La peur « qu’on », a ce fameux « on », se dise que je ne suis pas une bonne maman de laisser mon fils porter ce palmier de mèches blondinettes sur sa tête. Peur également que les gens se demandent si je suis à l’initiative de cette coiffure et pourquoi. 

Et puis aussi, et peut-être même surtout, peur que mon fils soit jugé. Peur de tout ce qui pourrait être pensé, voir formulé, de ce petit garçon innocent qui voulait juste une couette parce que tata en avait une et que ça lui plaisait, sans aucune autre considération derrière. Les stéréotypes de genre sont encore bien ancré dans les esprits, dans le mien aussi visiblement, contrairement à ce que j’aurais pu penser.

 

L’interrogation qui s’impose à moi est donc la suivante :

Dois-je transmettre ces stéréotypes de genre à mon fils pour ne pas qu’il en souffre (en mode chat qui se mord la queue), dois-je le prévenir que certaines personnes raisonnent comme cela et qu’il faut s’en méfier ? Ou encore ne rien faire ? Après tout, peut-être qu’il croisera plein de personnes moins arriérées que moi qui ne verront pas cela d’un mauvais œil ? 

Voilà donc où j’en suis de mes considérations en matière de coiffure de petit garçon… 

Nous noterons tout de même la grande ouverture d’esprit de papa d’amour qui, lui, n’a absolument pas été gêné de déposer son fils à la crèche coiffé d’une couette. Y’a pas, cet homme est génial ! 

***

Et vous, quelle aurait été votre réaction ? Qu’auriez-vous pensé à la vu d’un petit garçon à couette ? Suis-je complètement arriéré ? Vous avez 1h pour répondre à ces questions sous la forme thèse, antithèse, synthèse. Sinon vous pouvez aussi tout me raconter en commentaire !

 

Suivez maman chamboule tout !

36 commentaires

  • Charlotte - Enfance Joyeuse

    Dans ton texte, je relève des choses géniales : ton chéri qui coiffe ainsi ton fils, la crèche qui respecte cela et tout le raisonnement que cela a généré en toi !
    C’est vrai que bien souvent, même si on peut avoir des valeurs profondes, la question du “quand dira t’on?” prend parfois le dessus. Et là, c’est souvent notre propre éducation qui prend le dessus ! Et qu’il faut à nouveau questionner ! 😉

    • Maman chamboule tout

      En effet, je suis vraiment heureuse de la façon dont les auxiliaires ont réagit et aussi de l’attitude de papa d’amour ! Je pense que les choses peuvent changer, même si ce n’est pas toujours simple de se remettre en question…

  • Dinette & Paillettes (Maman Pétille)

    Bonne question ! Pour quand doit-on rendre le devoir ? ^^
    Je suis la première à reprendre Cracotte lorsqu’elle me dit que le rose c’est pour les filles, que les garçons ne peuvent pas mettre de vernis aux ongles. Mais comment réagirais-je si j’avais un garçon et qu’il me demandait du vernis ? Je pense que je le ferais… mais peut-on réellement savoir sans être confronter à la situation… Bref, ça fait beaucoup de “si” tout ça !

    • Maman chamboule tout

      Mon fils n’a vraiment pas la notion de ce qui est « pour les filles ou pour les garçons ». Il me demande de lui faire une « robe serviette » quand il sort du bain et voudrait bien me piquer mon maquillage (je ne cède pas pour le maquillage mais une fille serait loger à la même enseigne). Mais en effet, tant que l’on ne fait pas face à la demande de l’enfant on a toujours l’impression qu’on y accédera sans soucis alors que, finalement, ce n’est pas toujours si facile !

  • 3 kleine grenouilles

    C’est dans ce genre de situations qu’on remarque qu’il y a les principes que l’on revendique… et parfois la réalité qui nous rattrape et nous fait un petit clin d’œil. Il est encore petit, je ne pense pas que les gens t’auraient jugée parce que ton fils a un palmier sur le haut de la tête d’autant qu’il y a beaucoup d’hommes qui ont les cheveux longs et qui se les attachent (bon ok pas en palmier). Quand il était petit (4-5 ans), mon fils adorait un jogging violet qu’une amie m’avait donné. Il le portait à la crèche dès qu’il était propre.
    Si, maintenant, mon fils me demandait de porter quelque chose vu comme féminin, je pense que je le préviendrai à l’avance qu’il risque de faire face à des moqueries et à des remarques d’autres enfants, voire d’adultes et je le laisserai décider. S’il s’agit d’un vêtement, je le laisserai prendre un change dans son cartable, au cas où il souhaiterait se changer. Mais il est plus grand, il a 8 ans et à cet âge, ils commencent à s’affirmer en tant que garçons ou filles.

    • Maman chamboule tout

      Tu as peut-être raison, je me fais sans doute des noeuds au cerveau un peu tôt ! Mais ça m’a vraiment surprise de réagir comme ça alors que justement j’ai souvent l’impression que les garçons sont un peu « brimés » et n’ont pas la même facilité à faire ce que font les filles que l’inverse. Visiblement je dois travaillé ma tolérance ou lâcher prise sur l’impact du regard des autres. J’aime bien ton idée de prévenir que des moqueries peuvent être formulées et en même temps j’ai peur qu’en attirant son attention là dessus ça le bloque dans ces envies…

    • Vic

      Je ne suis pas une habituée des commentaires mais j’avoue être dans le même cas que vous! Et pareil je tâtonne, et je m’en veux, mais je tâtonne quand même, et je culpabilise…
      Mon petit garçon de 2 ans me
      Réclame une couette presque tous les matins (normal, je viens de faire 2 tresses à sa sœur) alors je ne vais pas lui dire non! Il adore piquer la robe reine des neiges de sa sœur aussi et quand « Oh fête » on sort le vernis, bon ba pareil je ne me vois pas lui dire non alors que je suis la première à lutter contre le « quoi le bleu c’est que pour les garçons et le rose pour les filles».
      Alors bon je le dépose à la crèche avec sa couette et le récupère souvent avec des petites couettes aussi (merci à la crèche qui gère bien mieux que moi et à mon mari qui le récupère sans ciller!)
      Et je me permets de gentiment 🖕🏻😜 les adorables parents d’enfants du même sexe qui me donne gentiment du « ah mais te prends pas la tête avec ça on s’en fiche » ok ✌🏻

      • Maman chamboule tout

        En effet ça serait compliqué de ne pas le laisser porter les mêmes choses que sa sœur ! Mais c’est vraiment là qu’on s’aperçoit de nos limites, on est prête à lutter mais quand ça se passe chez nous c’est un peu plus compliqué 😉 je remarque quand même que la crèche que fréquente ton fils et ton mari réagisse bien, comme ici et je trouve ça chouette, ça avance, ça évolue et on finira par ne plus se prendre la tête justement 😉

  • Docteur Mamangue

    Chez un petit bonhomme comme le tien, ça ne me perturbe pas. Il n’a pas encore conscience de tous les standards sociaux donc j’y vois juste des goûts personnels.
    Mais je me demande ce que j’en penserai chez un enfant plus grand? Honnêtement, je ne sais pas trop.

    • Maman chamboule tout

      J’ai conscience qu’il est encore petit et n’en a pas conscience et pourtant ça m’a gêné alors que je ne l’aurais jamais pensé… parfois on croit se connaître et on découvre des aspects qui nous embêtent un peu !

        • Bordez

          Bonjour votre réflexion m a interpellée…sans doute parce que j ai mis au monde un enfant qui est né 2 fois.il est venu au monde il y a 20 ans et il est né il y a 14 ans.je m explique Raphaël est né fille et très tôt (3ans)il a voulu être qui il était. Comme vous (à l’inverse de par le fait) mon enfant voulait être le contraire de son genre et croyez moi nous n avons pas eu affaire à des personnes aussi compréhensives que celles qui gardent votre enfant.Je ne me suis jamais posée vraiment la question du qu en dira t on mais plutôt de où va t on lui et moi?alors sans vous présager un changement de genre à cause d une couette (j entend déjà les récriminations à mon egard)je vous en conjure laissez vos enfants porter des couettes des jupes des pantalons les cheveux courts longs bref laisser les vivre.il y aura toujours quelqun pour juger critiquer se sentir agressé. J ai donné la vie à mon enfant mais c est sa vie.je dois juste m assurer qu elle soit belle et pleine d amour.

          • Maman chamboule tout

            Merci beaucoup pour ce partage de votre expérience. J’imagine qu’il y a 20 ans la situation devait être compliquée et pourtant j’admire votre ouverture d’esprit ! Merci pour ce message positif qui invite à la tolérance !

  • Marine

    Mon fils, en entrant en maternelle, a été subjugué par les robes des filles. Je ne sais pas pourquoi, il a trouvé ça tout de suite magnifique ! Alors à la maison, il a beaucoup joué à se déguiser avec des robes. Ca m’a un peu perturbé mais finalement, son papa lui a dit : “Tu as raison d’aimer les belles filles” ! C’est vrai après tout. J’ai aussi déjà vu des petits garçons avec des cheveux longs. Je ne crois pas que ça me perturbe plus que ça chez les autres, mais en même temps je te comprends, j’aurais peut-être fait la même chose que toi avec la couette de ton fils ! La peur du jugement des autres est parfois tenace…

    • Emilie

      Bonjour,
      Ce témoignage tombe à pic car j’ai moi-même fait une expérience semblable à la crèche de mon enfant.
      Un des petits garçons a souvent une coiffure assimilée à celle d’une petite fille… Demi queue de cheval avec élastique rose!
      L’autre jour je l’ai félicité pour sa jolie coiffure en voulant avoir la même réaction que j’aurais pu avoir avec une petite camarade.
      L’assistante maternelle présente a été dans le même sens.
      En sortant de la crèche je me suis interrogée… Est ce que j’aurais été capable de faire comme cette maman avec mon petit garçon? Accepter son souhait de coiffure et surtout l’assumer hors du domicile?
      Je n’en suis toujours pas sûre… mais ce qui ne fait aucun doute, c’est le poids du référentiel collectif et donc du jugement qui pèse sur les parents avant tout qui au lieu d’être vus comme défaillants, font part au contraire d’une formidable ouverture d’esprit et d’un bon sens pédagogique!
      Aucun reproche pour ces parents, ni pour ceux qui ne sont pas convaincus de pouvoir faire la même chose… Le fait de se questionner, je trouve que c’est déjà faire un pas vers l’acceptation! On n’est pas parents du 1er coup… on le devient!

      • Maman chamboule tout

        Merci pour ce commentaire et cette tolérance ! En effet, qu’on soit en capacité d’assumer ou seulement de s’interroger, chercher à se remettre en question est déjà un grand pas. Je pense sincèrement que les mentalités peuvent mais pour cela je dois déjà changer la mienne !

    • Maman chamboule tout

      Mon fils aussi joue à se déguiser avec des robes parfois… à la maison ! Du coup ça ne me gêne pas car je vois à quelle vitesse il passe du déguisement de princesse à celui de chevalier en passant par l’éléphant ! Mais c’est toujours différent à l’extérieur lorsqu’on se sent juger même si ce n’est peut-être même pas le cas.

  • petitsruisseauxgrandesrivieres

    Mes garçons aiment bien mettre des colliers, des bracelets, et me réclament souvent des vêtements roses. Il se trouve que je déteste le rose. Mais je leur prends des polos, des Tshirts, car je les comprends, les vêtements pour garçons sont souvent ternes et peu attirants.
    Concernant la coiffure, tout petits ils avaient les cheveux plutôt longs et les grands s’amusaient parfois à leur faire des petites couettes. Je n’ai pas de souvenir qu’ils soient sortis avec des couettes (et remarquons qu’une couette, c’est différent de deux qui sont associées à une petite fille) mais franchement je crois que j’aurais trouvé ça rigolo. Chez un tout petit c’est tellement éloigné de tout concept féminin / masculin…

    Sans aller jusqu’à “favoriser” des habits féminins chez un garçon, je laisse assez libre pour certaines choses, et je mets mon veto pour d’autres. Par exemple, je voyais Mme Captain sur IG qui avait acheté un blouson rose pâle et or métallisé à son fils. Moi je ne l’aurais pas fait tout simplement parce que même pour une fille, j’aurais refusé. Après, les Tshirts et le reste… pas de problème.

    Cela dit je fais partie des personnes qui pensent que le genre n’est pas qu’une construction mais qu’elle a une base biologique. C’est pourquoi je suis assez mitigée sur les fameux dépliants “un garçon peut avoir les cheveux longs, se maquiller, mettre des bijoux” etc… car les hommes montrés sont quasiment tous excentriques (chanteurs, acteurs) ou des personnages historiques et ne sont donc absolument pas représentatifs d’une réalité quotidienne. Les hommes peuvent en effet avoir les cheveux roses et des colliers, mais dans un cadre précis : celui de la performance artistique, en général.

    A côté de cela, il y a quand même une avancée sur l’acceptation de la singularité je trouve, avec les coupes de cheveux, les piercings et les tatouages, les looks moins uniformes qu’avant (dixit la meuf qui est toujours en jean et pull gris). On ne peut pas dire que cela n’évolue pas.

    • Maman chamboule tout

      Ça me rassure de savoir que je ne suis pas la seule à considérer qu’il y a une base biologique au genre. J’ai parfois l’impression d’être une extra-terrestre lorsque ce sujet est abordé.
      En effet, je sais qu’à cet âge c’est juste une façon de copier ce que les personnes qu’il connaît font, qu’il n’y a pas encore de considération de ce qui est sensé être pour les filles et vice versa.
      Ce qui est drôle c’est que je lui achète volontiers des vêtements roses ou avec des touches de rose car j’aime bien cette couleur. Cette été il avait une chemise saumon que j’adorais, on m’a fait la réflexion que ça faisait fille, et bien ça m’a encore plus donner envie de la lui mettre. Esprit de contradiction quand tu nous tiens… mais la, je ne sais pas, j’ai vraiment bloqué sur la couette ! Mais ça me rassure de lire que dans plein d’esprit le genre n’est absolument pas marqué à cet âge !

      • Nanakie

        J’avoue que moi je suis du genre à séparer sexe (donc masculin ou feminin) et genre (donc … euh bah ce que tu as envie d’être. Garçon, fille, trans, que sais-je encore. Et pourquoi vouloir qualifier ce qu’on veut être, d’ailleurs). Pour moi c’est vraiment nos habitudes et nos regards qui sont biaisés, et c’est extrêmement difficile de s’en affranchir car c’est ancré en nous depuis des lustres.

        En fait, je me demande pourquoi on se pose des questions pareilles au final ! Je suis partisante du “on s’en fout de qui se maquille et qui porte quoi”

  • Nanakie

    Ayant une petite fille, je n’arrive pas à me projeter dans ce genre de problématiques.
    Ceci dit, ma choupette a les cheveux très courts (parce qu’ils ne poussent pas !) et est habillée indifféremment rayon garçon et fille. Eh bien, très régulièrement, on me dit qu’il est beau mon p’tit bonhomme ! Ca n’est pas prêt de s’arrêter puisque depuis Septembre, elle refuse les jupes, robes, collants. Comme quoi les gens sont quand même formatés je pense, pantalon + cheveux courts = garçonnet.

    Ton article me fait penser à celui-ci : https://babyfactory.fr/education/notre-integrite-de-parent-face-a-lepreuve-de-la-robe/
    Je l’ai lu il y a longtemps, ça m’avait pas mal bousculée dans mon affirmation du féminisme, et ma pensée finalement pas encore si libre que cela. J’en ai profité pour le relire aujourd’hui, et finalement… je suis subjuguée par la beauté de l’innocence des enfants !

    • Maman chamboule tout

      Merci pour le conseil de lecture, j’ai adoré cet article ! Franchement je ne sais pas si j’en aurais été capable… mais je trouve ce geste et ce choix génial. Clairement les enfants sont complètements innocents à ce niveau, quand je vois à quelle vitesse il peut passer d’un déguisement « de garçon » à un déguisement « de fille » je m’en rends vraiment compte.
      Je note ta remarque sur ta fille qui est parfois prise pour un garçon et je me demande aussi si cette association vestimentaire au genre de l’enfant ne tient pas, tout bêtement, à la difficulté qu’on a parfois à différencier fille et garçon quand ils sont petits. Peut-être que si les parents se vexent moins vite quand on se méprend sur le sexe de leur enfant les habitudes vestimentaires changeront…

  • Juflo

    Je trouve ça génial de faire un billet sur ce sentiment : nous avons toutes nos contradictions et nos points de faiblesses et je suis convaincue que les partager nous aide à les dépasser – pu pas si vraiment ça sonne faux pour nous. Et puis c’est très difficile, même quand on le veut, de se défaire complètement de ces schémas et stéréotypes : ils sont tellement bien ancrés ! Donc avant tout, merci : partager les difficultés me semble faire aussi partie du travail 🙂
    En revanche, si je ne peux pas me projeter car j’ai une fille et pas de fils (et je suppose qu’on sait toutes et tous qu’une fille qui porte des couleurs ou attributs considérés comme masculins est moins critiquée ou moquée que l’inverse) donc je ne peux pas trop me projeter. Mais ce post me fait penser à une amie dont le fils porte régulièrement des couettes ou une queue de cheval, parce qu’il aime et sa maman aussi, mais surtout parce qu’il a des cheveux magnifiques ! Et c’est là qu’on peut peut-être trouver une troisieme voie, celle de la fierté : des cheveux de tout petit assez longs pour tenir en couette, fille ou garçon, c’est tellement génial 😍 Perso, je dirais : profitez bien de cette innocence qu’il a encore par rapport aux stéréotypes et amusez vous avec sa coiffure : il sera rattrapé assez vite par les cheveux courts des garçons ! Et les gens qui trouvent que ça n’est pas masculin n’ont qu’à regarder ailleurs 💪🏻💪🏻💪🏻😊

    • Maman chamboule tout

      Merci beaucoup pour votre commentaire ! J’aime partager ici car je rencontre toujours des réactions riches et tolérante qui m’ouvrent d’autres voies.
      C’est vrai que les petites filles sont souvent vu différemment, j’ignore pourquoi et je souhaite qu’un jour garçons et filles bénéficient de cette chance de pouvoir faire ce dont ils ont envie sans considération de genre.
      J’aime beaucoup l’idée de cette troisième voie de l’enfant fière de ses cheveux, je n’y avais pas pensé !

  • Anaïs

    mon fils a flashé sur une draisienne rose, de toutes celles du magasin il voulait celle-la… il a donc une draisienne rose et personne ne m’a jamais fait le moindre commentaire. Mais tres honnêtement, j’y ai réfléchi et j’ai décidé de ne pas lui expliquer quoique ce soit tant qu’il ne sera pas confronté à la bêtise humaine… en même temps il a bc de jouets de recup dont quelques trucs roses, du coup c’est une couleur « normale » pour lui. Je crois qu’il y a un peu d’instinct de protection dans les questions que tu te poses, en plus du « qu’en dira-t-on » : j’en ai parlé à un ami pedopsy (pour les possibles moqueries) qui m’a dit de tout simplement lui expliquer qu’il y a des gens gentils et des gens méchants. (Et qu’il ne faut pas se moquer des autres si il veut etre un gentil.. ) et que temps qu’il respecte les règles à la maison et à l’école il peut faire ce qu’il veut.

    • Maman chamboule tout

      Peut-être en effet que personne ne m’aurait rien dit, j’aime d’ailleurs beaucoup cette idée que je me trompe et que les gens sont plus ouverts d’esprit que moi ! A la maison mon fils joue avec les jouer de sa sœur, princesse, poupée, maison de poupée rose, cela ne m’a jamais posé de problème. Les vêtements avec des touches de rose non plus, seule cette couette m’a interpellé ! En tout cas j’aime beaucoup cette explication simple du pédopsychiatre, merci pour le partage !

  • Camille

    Témoignage et questionnement très intéressant. Je n’ai pas d’enfant moi même mais j’ai été un petit garçon avec des couettes aussi ! J’ai passé mes 7 premières années avec les cheveux longs (blond, avec des anglaises), et je m’appelle Camille de surcroit, autant dire que j’ai cumulé. Mes parents m’ont raconté le nombre de personnes (aussi bien les instituteurs que les parents d’élèves ou même de simple passants) qui les arrêtaient pour leur faire la morale, à coup de “vous vous rendez compte le pauvre, il ne pourra jamais être un homme” etc. On leur reprochait même une sorte de frustration de ne pas avoir eu de fille et de faire un transfert sur moi (alors que je viens d’une familles de 6, 3 garçons 3 filles donc aucune frustration sur ce point !). Je subissais moi aussi pas mal de moqueries, si bien qu’à 7 ou 8 ans j’ai demandé à ma mère de me raser la tête, alors je me suis fondu dans la masse, on a arrêté de se moquer de moi. Est-ce que j’en ai été malheureux ? On ne peut pas vraiment dire ça, mais frustré, oui, car je les aimais mes cheveux. Personne n’a alors pensé à me demander pourquoi je tenais tant à mes cheveux longs : mon père avait lui même les cheveux très long, jusqu’en bas du dos, très bruns et très lisses (c’était un espèce de babacool sur le tard) et c’était mon modèle masculin, mon héro à moi, c’était ma façon de me rapprocher de lui. Sur lui, cela donnait un style biker, sauf que moi et mes boucles blondes ça ne donnait pas le même résultat. Ça m’a toujours fait un pincement au coeur de me dire que je vivais dans un monde ou on interdit à un enfant de vouloir ressembler à son héro, et où, quand un enfant est différent, il faut demander à l’enfant d’arrêter d’être différent plutôt que d’expliquer aux autres qu’il ne faut pas rejeter quelqu’un pour sa différence ! J’ai maintenant 35 ans, je me considère comme un homme complètement équilibré, et depuis un an je me laisse à nouveau pousser les cheveux (je me fais parfois des queues de cheval 😉 ). On me regarder bizarrement parfois, mais quand je me regarde dans la glace, j’aime ce que je vois, ce que je suis devenu, je vois mon père, et ça c’est le plus important ! Tout ça m’a rendu plus fort !

    Tout ça pour dire que vous avez un petit garçon extraordinaire qui n’a pas peur de s’exprimer comme il le souhaite. Les stéréotypes sont durs à mettre de coté mais c’est par des petites actions comme aider son petit garçon à assumer sa couette que les choses, petit à petit, avancent !

    • Maman chamboule tout

      Merci beaucoup d’avoir partager votre histoire ! Elle propose un point de vu différent et positif que j’aime beaucoup puisque vous en sortez grandi et décidé de faire ce dont vous avez envie. J’aime l’idée que la société évolue et de pouvoir faire un petit geste dans ce sens en expliquant et réexpliquant que les différences sont loin d’être des problèmes, qu’elles peuvent même être des forces !

  • Maëliss Doula

    Je me retrouve beaucoup dans ce que tu écris! La volonté, l’engagement vers l’ouverture… et en même temps de craintes notamment du rejet de mon enfant…

    J’ai déjà eu des situations comme cela, ça a toujours été de sacré invitation à travailler sur moi et faire le point. Qu’est-ce que cela signifie pour moi. Quel est ma pire crainte? Et si elle se réalise, je fais quoi? J’accueil comment?

    Merci pour ce partage déculpabilisant! 🙂

    • Maman chamboule tout

      Merci à toi pour ce commentaire ! En effet, c’est clairement une invitation de la vie à travailler sur ma façon de voir les choses, sur la façon dont je perçois le monde et les gens puisque visiblement pour plein de personnes cette couette n’aurait pas été un problème !

  • Workingmutti

    C’est THE question je dois avouer. A son âge je ne pense pas que ça pose trop de problèmes vis-à-vis de ses camarades. Mais l’entrée à l’école peut-être brutale en termes de stéréotypes de genre. Alors le laisser faire maintenant pour lui expliquer que bientôt ce ne sera plus possible ?

    Un de mes fils adore le rose et se faire des coiffures. Mais il me parle tout de même de “ce qui est pour les filles” et de “ce qui est pour les garçons”. Bref, ce qu’on lui “”apprend””” à l’école.

    Je pense que comme toi, malgré mes beaux principes, j’aurais été dérangée par cette couette. Je pense que j’aurais essayé de faire un deal avec lui. Il y a pas mal d’icônes masculine qui portent des espèces de mini chignon/boules de cheveux à l’arrière. Pourquoi pas tenter ça ? Il y a quelques garçons qui en ont à l’école de mes fils et ça passe bien. Une histoire de joueur de foot du PSG je crois.

  • Workingmutti

    Ah oui, j’ai oublié de dire: de laisser pousser mais de trouver un système pour les attacher bien derrière. Mais encore une fois, je n’ai jamais été confrontée directement à la situation, donc difficile de dire ce que j’aurais fait en vrai de vrai.

    • Maman chamboule tout

      En effet, je te rejoins sur le fait qu’à son âge les autres enfants de la crèche s’en fiche (enfin je crois). Je ne me suis même pas projeter jusqu’à l’école maternelle et ce qui m’a effrayé c’est plus les réflexions qui pourraient être adressées par les adultes parce que justement, je n’avais pas l’impression que les enfants de son âge puissent lui en faire. Cela dit, depuis ce jour la il n’en a plus jamais réclamé donc je n’ai pas eu a trop me creuser les méninges pour solutionner ce « problème ». L’idée des cheveux un peu long si vraiment il en avait envie pour pouvoir les attacher je n’ai rien contre, en revanche l’association avec le PSG ne m’enchante pas mais ça c’est un autre sujet 😉

  • Zenou

    Bonjour 🙂 quel bel article sur votre histoire ! Je comprend complètement que l’on souhaite être ouvert d’esprit et casser tout les stéréotypes mais ce n’est pas facil! Car on a grandit aussi avec on est influencé facilement même si on ne le souhaite pas 😕 de toute façon même les footballeurs ou autre on des couettes sur la tête 😀 même les motards bien viriles hihihi. Mais en tout cas j’y crois, on est sur la bonne voie pour nos enfants pour les faire évoluer de la plus belle des façons ❤️

    • Maman chamboule tout

      Merci beaucoup pour ton commentaire ! En effet, il y a toujours cette forte dichotomie entre ce dont on a envie et la façon dont on réagit face à la situation. Mais moi aussi j’y crois à cette belle évolution !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *