P'tits bouts de vie

Des nouvelles du front

Juste avant la rentrée j’ai posé là mon désespoir, submergée par mes émotions à l’idée du mal-être qui pourrait être celui de mon enfant à l’école.

LA vérité c’est qu’il s’agissait surtout de faire sortir le mien, de mettre des mots sur mes maux d’enfant, de faire sortir cette angoisse sourde et étouffante de ma poitrine pour reprendre une bouffée d’oxygène.

Cette explosion de désespoir m’a remué, a fait ressortir des sentiments enfouis très profondément en moi, que j’avais tenté d’étouffer pour les oublier.

Mais elle m’a aussi fait du bien.

Regarder en face cette peur panique de l’école, poser des mots dessus, m’a permis de l’exorciser, un peu.

Même si je le savais déjà, cela m’a permis d’intégrer que cette peur est la mienne et que, si rien ne nous garantit que mon fils aime l’école et s’y plaise, l’inverse est aussi vrai.

Le vendredi précédent la rentrée, juste après avoir écrit ces quelques lignes, je me suis rendue, boule au ventre, à la réunion de rentrée, celle qui n’avait pas pu avoir lieu avant pour cause de covid.

La directrice m’a paru douce, humaine, emphatique. Elle a précisé que c’était normal que les enfants pleurent, que les maîtresses les laisseraient exprimer leurs émotions et seraient à l’écoute. Elle nous a conseillé de parler aux enfants des bons côtés de l’école mais aussi des mauvais, de ne pas idéaliser l’école, mais de ne pas la diaboliser non plus.

Je suis sortie de cette réunion un peu moins stressée (détendue n’est pas encore le terme adéquat).

Le lendemain nous visitions l’école avec petit Lu. Il faut savoir que si l’école était ma bête noire enfant, pour l‘homme je crois bien que c’était encore pire (oui, c’est possible). Bref, on en menaient pas large en arrivant devant la porte.

La visite s’est bien passée, nous avons trouvé l’école super bien équipée. La salle de motricité m’a même (presque) donner envie de redevenir enfant. Nous avons aussi rencontrer les maîtresses de notre fils qui nous ont paru très douces et à l’écoute des enfants.

En sortant de la visite petit Lu était ravi du parcours de motricité et frustré de na pas avoir pu assez jouer dans la cour. De notre côté le trouillomètre redescendait doucement.

La veille de la rentrée nous avons tous mal dormi. Malgré tout, sur la route de l’école que nous avons la chance de parcourir à pied, petit Lu été de bonne humeur et sautillait.

Tout s’est bien passé jusqu’à ce qu’on le laisse dans la classe. La dernière image que j’ai de mon fils est celle d’un petit garçon pas rassuré nous envoyant des bisous puis, nous avions à peine le dos tourné, qu’on l’a entendu se mettre à pleurer. C’était dur de retenir mes propres larmes. J’étouffais sous mon masque et j’avais l’impression que mes jambes allaient se dérober et refuser de me porter jusqu’à la sortie.

La première semaine a été particulièrement difficile le matin. Beaucoup de larmes et un papa qui sortait de l’école complètement chamboulé d’avoir laissé un petit garçon pleurant (comme beaucoup d’autres cela dit).

Mais chaque soir les maîtresses annonçaient qu’il passait des journées plutôt bonnes malgré quelques pleurs ponctuels.

La seconde semaine se passa un peu mieux que la première, avec moins de larmes le matin.

Et puis hier, rien. Pas une larme. Juste un « bisous papa à ce soir ».

Les maîtresses font des comptes rendus de journée de plus en plus positifs. il nous dit moins qu’il a peur d’aller à l’école. Mais quand il le dit on le rassure, en lui répétant que c’est normal d’avoir peur des situations qu’on ne connait pas bien, qu’on est là pour l’aider et qu’il peut nous raconter tout ce qui le chagrine à propos de l’école.

Alors, pour conclure ce billet des nouvelles de rentrée, je vais m’autoriser à rêver que mon enfant aime (même rien qu’un tout petit peu) l’école.

 

Suivez maman chamboule tout !

12 commentaires

    • Maman chamboule tout

      Malheureusement, je crois que cela rappelle des souvenirs à pas mal de monde… Mais j’ai tout de même l’impression que l’approche des écoles et des enseignants évoluent.

    • Maman chamboule tout

      Oui, on est vraiment soulagés et je suis heureuse de l’accompagnement de l’école, ce n’est pas facile d’apprendre à de venir élève !

  • petitsruisseauxgrandesrivieres

    Bravo pour ce chemin en famille ! J’imagine à quel point ce doit être dur de mettre son enfant à l’école quand on a été soit même traumatisée, et que Papa est dans le même état d’esprit. Cela fait trois enfants à consoler, en fait 🙂 Je suis certaine que petit Lu se plaira dans sa classe, et ce d’autant plus qu’il vous verra sereins ! Courage !

    • Maman chamboule tout

      J’aime bien ta formulation, en effet, il faut consoler trois adultes. Mais, avec un peu de chance, l’expérience de petit Lu nous aidera à faire la paix avec l’école. Merci beaucoup pour ton soutien.

  • Nanakie

    C’est super de lire une note finale positive, j’espère que le sentiment général poursuivra dans ce sens ! Petit Lu a réussit à vous exprimer les raisons de ses pleurs ?
    Courage et soutien ♥

    • Maman chamboule tout

      J’espère aussi de tout coeur que ça continuera dans ce sens.
      Il nous a dit qu’il avait peur car il n’était pas avec nous. J’ai l’impression que l’école représente beaucoup d’incconnus et qu’il se sentait très seul face à tout ça.
      Merci de tout coeur pour ton courage et ton soutien.

    • Maman chamboule tout

      Tu as raison, on a déjà fait du chemin, je n’espérais d’ailleurs pas en faire autant en si peu de temps. On essaie d’être le plus à l’écoute possible, j’ai l’impression qu’à l’école c’est aussi le cas, j’espère que ça continuera de payer. J’aimerais tellement qu’il y aille ne souriant !

Répondre à 3 kleine grenouilles Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *