Si tu continues je vais jeter ton doudou à la poubelle !

doudou chantageNous sommes mercredi soir et je viens de récupérer bébé Lu à la crèche. Comme il fait beau, que c’est l’été et que les oiseaux chantent, nous flânons au parc avant de rentrer à la maison. Direction le toboggan, qu’il adore faire tout seul comme un grand ! Je reste derrière lui pendant qu’il monte les marches, prête à le rattraper mais sans le tenir, pas toujours facile de trouver le bon équilibre. Bref, on joue tous les deux, on passe un bon moment entre éclats de rire et descente du toboggan la tête en bas, quand soudain, j’entend une phrase qui me fait l’effet d’une claque ! “Si tu continues, je jette ton doudou à la poubelle !”.

Ma réaction ? Me retourner pour voir à qui était destinée cette menace teintée de sadisme. Une dame s’adressait à un petit garçon, âgé de 3 ans environ, et tenait le fameux doudou au dessus d’une des poubelles du parc. L’enfant, accroché à sa jambe, pleurait et suppliait pour qu’elle ne mette pas sa menace à exécution. Ce petit garçon m’a fait tellement de peine que j’ai eu envie d’aller le prendre dans mes bras pour le réconforter et de dire ses 4 vérités à cette dame qui n’avait pas l’air de connaître les définitions des termes pédagogie constructive et encore moins bienveillance. Bien sûr, je n’ai rien fait de tout cela et j’ai essayer de me rappeler, au passage, qu’il ne fallait pas juger, que je ne connaissais ni cette femme ni son enfant et que j’ignorais pourquoi elle en était arrivée là. Peut-être que cette maman était très fatiguée, qu’elle n’a pas mesuré la portée que ses mots pouvaient avoir. Ce n’est pas toujours facile d’être parents, j’en ai conscience et je suis bien placée pour le savoir. Gros progrès pour moi qui, avant d’être maman, avait toujours tendance à trop juger, et trop vite, les parents que je rencontrais et leur façon d’agir avec les enfants.

Mais alors, pourquoi cette phrase m’a-t-elle paru si terrible et destructrice ? Est-ce moi qui disjoncte ? Ai-je lu trop d’ouvrage et d’articles sur la bienveillance éducative ? Aurais-je été aussi choquée il y a quelques années ? Je sais, ça peut paraître bête, mais cette menace m’a vraiment perturbée. Je pense qu’elle m’a rappelée des souvenirs d’enfance. Des souvenirs de quand je préférerais garder les choses pour moi plutôt que de prendre le risque de me faire disputer, moi qui ai tellement peur des conflits. Ce souvenir de la peur de l’adulte et cette impression de tellement bien comprendre ce que pouvait ressentir ce petit enfant sont, je pense, à l’origine de mon malaise face à cette situation.

J’ai donc tenté de dépasser ce mal être pour comprendre ce qui me gênait tant dans cette menace et pourquoi, jamais, je ne la profèrerai à mon tour. Je pense que la réponse est, tout simplement, parce que c’est une trahison de la confiance de son enfant. Je me suis mise, sans vraiment réfléchir, à la place du petit garçon. Quelle tempête peut se lever dans la tête d’un jeune enfant à l’écoute d’une telle menace ? Ce doudou est certainement l’un des objets auxquels il tient le plus. Il l’accompagne dans le sommeil, le réconforte si il a un malheur… le menacer de s’en débarrasser c’est le menacer de lui enlever quelque chose qui compte tellement pour lui.

Sûrement que cette technique fonctionnera très bien au début. La terreur s’emparera de l’enfant qui obéira sans se poser de question de peur de voir son doudou disparaître. Mais il ne se demandera pas pourquoi il faut obéir. Il le fera uniquement pour ne pas être privé de son doudou. Et puis, un jour, il s’apercevra que sa maman ne met pas sa menace à exécution et elle perdra en plus sa crédibilité.

À la prochaine bêtise qu’il fera, au prochain problème qu’il rencontrera, ira-t-il chercher de l’aide auprès d’elle ou préférera-t-il lui cacher au risque de se voir puni de la sorte ? À mon sens, la relation de confiance parent/enfant est le fondement de l’éducation. Je veux que bébé Lu sache que, quoi qu’il arrive, nous serons là pour lui, nous l’aiderons et le soutiendrons. Même si nous faisons parfois souvent des erreurs, il pourra toujours compter sur nous. Et là, face à cette situation, j’ai eu l’impression qu’une telle menace pouvait rompre ce lien de confiance. Peut-on avoir confiance en quelqu’un si on en a peur ? Je ne crois pas. Sans compter les effets contraires que cela peut avoir sur le comportement de l’enfant. Je sais que, lorsque j’étais petite fille, j’aurais baissé la tête pour me fondre dans le moule, parce que je ne suis pas une rebelle. Mais d’autres enfants auront envie de se venger, de crier de plus en plus fort pour tenter de contrer l’adulte.

Ces réflexions flottaient dans ma tête pendant que bébé Lu descendait le toboggan en riant aux éclats. Ses grands yeux bleus plein d’amour m’ont confortés, encore plus, dans mon envie d’agir différemment avec lui. Je ne veux pas que mon fils ait peur de moi, même si c’est pour qu’il m’obéisse en contre-partie. Je veux qu’il fasse confiance à ses parents, qu’il puisse, aujourd’hui mais aussi dans l’avenir, savoir qu’il peut compter sur nous, que nous sommes là pour l’aider et pas pour l’enfoncer. L’éducation bienveillante est le meilleur chemin à emprunter pour créer et entretenir une relation saine basée sur la confiance avec son enfant, j’en suis convaincue.

Cette phrase m’a également rappelé qu’en tant que parent nous sommes tout puissants. Bien sûr, la loi nous interdit de battre nos enfants, mais à part ça, nous avons carte blanche. Et il ne faut pas oublier que cette toute puissance s’accompagne de grandes (très grandes) responsabilités.

Suivez maman chamboule tout !

13 Comments

  1. Ta conclusion est si belle et si vraie. Je partage sans surprise ton point de vu.
    EM.

    • Maman chamboule tout

      25 juillet 2018 at 9 h 15 min

      Merci EM ! Ce que j’aime avec la plupart des commentaires c’est que je me rends compte qu’en fait je ne suis pas la seule à voir l’éducation d’un oeil différent et cela me donne confiance en l’avenir !

  2. Je suis loin d’être toujours bienveillante mais cette menace me donne des frissons dans le dos. Le doudou est pourtant un objet transitionnel si je me souviens bien. Il est extrêmement important pour l’enfant car il contribue à le rassurer alors qu’il maitrise difficilement ses émotions. C’est vraiment cruel.

    On peut limiter le doudou vers l’entrée à l’école, mais ca reste une limite, pas une interdiction.

    • Maman chamboule tout

      25 juillet 2018 at 20 h 48 min

      Moi aussi je ne suis pas toujours bienveillante, tu n’es pas la seule Workingmutty… tout à l’heure j’ai crié sur bébé Lu qui venait de renverser la gamelle d’eau du chien pour la 5e fois en 30 minutes… ça m’a échappée car j’étais crevée et que j’en avais assez d’éponger ! Mais je me suis excusée d’avoir crié et je lui ai expliqué que j’étais fâchée de devoir encore nettoyé et que le chien allait être malade si il n’avait pas d’eau par cette chaleur… mais n’empêche que j’ai quand même commencé par crier !

  3. Cette phrase m’aurait fait exactement le même effet! Quelle horreur! En devenant maman, j’ai spontanément adopté l’habitude de me glisser dans la peau de l’enfant lors d’une situation délicate. Comme tu as tout bien dit, je ne répéterai pas mes conclusions: la menace de lui enlever ce qu’il a de plus cher au monde, une altération de la relation de confiance et un encouragement à obéir par peur. Génial. Enfin, cela rejoint l’article que j’avais écrit il y a quelques mois sur les aires de jeux… On apprend tant que faire se peut à fermer ses oreilles aux mots des autres parents.

    • Maman chamboule tout

      25 juillet 2018 at 20 h 51 min

      Tu as raison la mummy, on apprend à fermer ses oreilles aux mots des autres parents mais parfois j’ai un peu honte de ne pas intervenir… hier j’ai eu honte de ne pas oser dire à cette femme qu’il existe d’autres alternatives… alors je me rattrape avec le blog, en me disant que, je l’espère, il pourra aider d’autres parents comme certains blogs traitant du même sujet m’ont aidés avant…

  4. Comme toujours un article bien construit et plein de réflexion !

    Dernièrement nous avons appris que lorsque l’on faisait preuve de colère notre QI diminuait énormément au point de réfléchir comme une personne ayant trop bu !

    Derrière cette expérience scientifique nous ne pouvons que réfléchir à notre attitude envers nos enfants et de manière globale !

    Devenir parents est un long apprentissage !

    Au plaisir de vous lire

    🙂

    • Maman chamboule tout

      25 juillet 2018 at 20 h 52 min

      Merci M. Hibou pour cette précieuse info concernant le QI en situation de colère, je n’étais pas au courant ! Cela dit ça prend tout son sens quand on se rend compte à quel point la colère peut nous rendre bête…

  5. Tes mots sont très justes, c’est tout à fait ça. Et bravo pour le non jugement, je chemine dans cette vois mais c’est encore bien difficile…

    • Maman chamboule tout

      25 juillet 2018 at 20 h 55 min

      Merci happy Sunny baby pour ce commentaire. Je n’arrive pas encore à vraiment être dans le non jugement, j’ai toujours tendance a d’abord juger et après je me rétracte en me disant que je ne connais pas la situation, que je ne sais pas ce que je ferais à la place des personnes que je juge mais ce n’est pas toujours simple. Mais j’ai une très grande confiance en la capacité de l’être humain à progresser, on y arrivera à force de persévérer 😉

  6. Un magnifique article qui invite à la réflexion…

  7. Je comprends tout à fait ton ressenti… Cette phrase m’aurait également beaucoup questionné, sachant l’importance que représente un doudou pour un jeune enfant. Ton article donne à réfléchir et à se questionner sur notre « puissance » d’adulte. L’impact de nos mots. (Et les maux qu’ils créent). Ce n’est pas évident d’être sans cesse dans la remise en question personnelle mais cela me semble fondamental pour s’élever au niveau des enfants. Sans avoir besoin de se juger les uns les autres, je pense qu’il revient à chacun de se questionner pour faire de son mieux. Chaque jour. 🙂 Merci pour ce très beau billet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *