P'tits bouts de vie

Quand éducation bienveillante rime avec développement personnel

Le fameux développement personnel, celui qui semble très à la mode en ce moment et dont je me moquais il y a encore deux ans, celui qui peu à peu transforme ma vie, doucement mais sûrement… Allez, on en parle ?

Je suis une personne a peu près zen, plutôt bien dans sa peau et je n’ai pas l’impression d’avoir de problème important. De cette analyse très poussée de ma petite personne découlait une évidence, pas besoin de me remettre en question, dans l’ensemble tout allait à à peu près bien. Et puis… mon fils est né et la suite vous la connaissez, il a chamboulé ma vie et ma façon de voir l’éducation, tout ça tout ça.

Quand tous vos principes éducatifs s’écroulent comme un château de cartes, qu’on se prends une grande claque dans la gueule car la vie vient de nous offrir le plus beau des cadeaux, mais aussi au passage de nous faire réaliser qu’on est capable de ressentir des émotions qu’on ne soupçonnait même pas, et bien finalement le développement personnel ne paraît plus si superflue que ça.

Je m’explique : une fois que je me suis dis que dispenser à mon rejeton une éducation bienveillante était la voie que je voulais suivre, il a fallu mettre en pratique. Et le problème, lorsqu’on choisit une parentalité « en conscience », c’est que ça ne vient pas tout seul (enfin pas chez moi en tout cas).

je ne sais pas trop à quel moment j’ai compris que si je voulais guider mon fils vers la voie qui me paraissait la bonne, je devais l’accompagner « pour de vrai » en appliquant moi même les principes que je souhaiter lui inculquer. C’est la que ça se corse car il faut d’abord se les approprier et pour ce faire, travailler sur soi s’avère nécessaire. Je crois que cette prise de conscience s’est faite au fur et mesure que je réalisais que le meilleur outils pédagogique s’avère être l’exemple. Quand j’entends bébé Lu répéter ce que je dis, que le vois reproduire tous mes faits et gestes je sens le poids de cette responsabilité sur mon dos.

C’est en réalisant ça que j’ai également compris que j’avais mis les pieds dans ce qui semble s’appeler le développement personnel (ça fait très marketing mais je n’ai pas trouvé d’autre dénomination).

Alors point de coach dans mon cas (sauf peut être papa d’amour qui est bien plus irréprochable que moi d’un point de vu humain), mais une grosse prise de conscience de la quantité de changements qu’il allait falloir opérer pour m’améliorer.

J’ai commencé à vraiment remarquer de mes défauts au fur et à mesure que bébé Lu grandissait (ou alors j’ai juste accepté de les voir…). J’ai réalisé que j’étais bien trop critique et peu compréhensive, que je jugeais bien vite les gens, que ma façon de m’exprimer était loin d’être toujours positive, et j’en passe…

Alors, doucement mais surement, j’ai commencé à évoluer. Pas à la vitesse de la lumière, certes, mais tout de même. Je suis bien moins critique et j’essaie de ne pas porter de jugement sur mes congénères (je n’y arrive pas toujours, les mauvaises habitudes ont la peau dur). J’ai toujours été d’un naturel positif mais j’évolue encore dans ce sens, j’essaie de trouver des points positifs à chaque situation, de réaliser ce qu’elles m’ont appris et de voir le verre à moitié plein. Et surtout, ne me prenez pas pour un bisounours mais j’essaie de donner le plus d’amour possible, pas seulement à mes proches mais à toutes les personnes que je côtoie, je tente d’être douce et compréhensive, bref… j’essaie tout simplement d’être une personne bienveillante au quotidien, et lorsque j’échoue je m’efforce d’être tolérante avec moi-même.

 

Le pire c’est que ça fonctionne !

J’étais franchement sceptique sur le « tout positif » avant de devenir maman mais je vais vous confier un secret : ça fonctionne plutôt pas mal ! Je réalise que je me sens de mieux en mieux dans ma tête. Je suis plus joyeuse et je passe de bonnes journées la plupart du temps. Je prends plaisir à une grande partie de mes activités quotidiennes là où, avant, je faisais les choses par habitudes sans même y réfléchir.

 

Le positif apporte du positif

C’est ce qui ressort de tout ce que je vous ai raconté et ça paraît assez logique. Des chercheurs s’intéressent d’ailleurs de plus en plus à ce que l’on appelle « le pouvoir /la loi d’attraction », mais je vous en reparlerai…

 

Et voilà comment on se retrouve, sans même le vouloir vraiment au début, à se remettre en question, s’améliorer et finalement se sentir mieux. Je suis encore loin du résultat escompté mais je progresse et je deviens, un peu plus chaque jour, la maman que je voulais être et par la même occasion une femme un peu meilleure. Si c’est pas beau ça !

 

Si ça vous tente, dans de prochains articles, je développerais les techniques, astuces ou encore lectures qui m’aide à m’améliorer au quotidien (même si ça ne vous tente pas en fait, de toute façon j’ai envie d’en parler…).

 

Et chez vous, ça se passe comment niveau développement personnel, remise en question et tout le tralala ?

Suivez maman chamboule tout !

10 commentaires

    • Maman chamboule tout

      Merci Charlotte ! Je trouve que niveau positif tu t’en sors pas mal du tout 😉
      Je vais essayer de préparer la suite pour la semaine prochaine (si mon fils se décide a guérir de sa vilaine gastro…).

  • Docteur Mamangue

    Je découvre ton blog et je m’y retrouve bien! C’est sûr que quand on commence à se remettre en question en tant que parents et dans l’éducation qu’on veut donner à nos enfants, on se retrouve vite à se remettre en question soi même en tant que personne.
    Je partage ton avis du positif qui engendre le positif. Je trouve que notre façon d’appréhender la vie conditionne en partie notre bonheur.
    A bientôt

    • Maman chamboule tout

      Merci beaucoup, je suis très heureuse que mon blog te plaise et que tu partages certains de mes avis. Ta phrase « Je trouve que notre façon d’appréhender la vie conditionne en partie notre bonheur. » me parait tellement vrai, c’est très bien dit !

  • Workingmutti

    La remise en question c’est le truc qui m’est tombé dessus lorsque j’ai réfléchi à l’éducation que je voulais donner à mes fils, et à pourquoi ce que je faisais jusqu’à lors ne marchait pas.

    Mais il y’a toujours un obstacle dans ma tête. Par exemple, je suis hyper timide. J’ai envie que mon enfant soit tout le contraire. Raisonnablement, je ne serais jamais la nana super à l’aise en public, même si je fais des modestes efforts. Comment faire pour que mon enfant ne soit pas timide s’il n’a pas de modèle parental à qui se référer ? Je pose la question mais j’ai pas de réponse, sinon c’est pas drôle hein XD.

    • Maman chamboule tout

      Je pense qu’il ne faut pas chercher à changer ton caractère, tu ne serais plus toi même ! Je pense que ce qu’il faut faire évoluer c’est notre façon de voir le monde et accroître nos qualités humaines. En étant la plus juste et la meilleure possible tu les aideras à devenir des personnes bien dans leur peau et le reste ira de lui même.

    • Maman chamboule tout

      Merci Marie ! Je vais essayer d’écrire la suite rapidement mais comme bébé Lu a été malade toute la semaine j’ai pris du retard 😱

  • Pachamaman

    C’est très important le développement personnel’car Tout au long de sa vie on apprend, désapprend réapprend, on change on évolue, nos idées ne sont plus les mêmes… Ne dit on pas qu’il n’y a que les c*ns qui ne changent pas d’avis ? Cette phrase me parle, je me suis sentie moi-même parfois assez bête à être bornée ou têtue sur des idées qui au final ne m’appartiennent pas forcément puisque ce sont celles d’autres personnes qui nous ont influencés.
    Si tout le monde en étant conscient pour le coup il y aurait moins de c-*-n-s 😂
    J’ai lu un super livre dont je parle sur mon site qui m’a beaucoup aidée à m’ameliorer 🙂

Répondre à Charlotte - Enfance Joyeuse Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *