expérience crèche

Beaucoup de jeunes parents cherchent à obtenir une place en crèche et ce mode de garde me semble souvent présenté comme le “must” ! Nous ne faisions pas exception, et j’avais inscrit bébé Lu sur la liste d’attente de la micro-crèche de notre village bien avant sa naissance. Lorsque nous avons reçu la réponse positive nous étions vraiment contents !

Mais finalement, avec le recul et notre expérience, je trouve que la crèche n’a pas que des points positifs, notamment en ce qui concerne l’accueil de petit bébé. Il s’agit bien évident de notre retour d’expérience et chaque crèche est différente, mais voici un “petit point” concernant notre vécu.

Bébé Lu est accueilli dans une micro-crèche. C’est un organisme privé avec une capacité d’accueil de 10 enfants présents en même temps au maximum, pour trois auxiliaires de puériculture. C’est donc un lieu à taille humaine où les enfants et ceux qui s’en occupent se connaissent tous bien.

 

Pourquoi le choix de la crèche ?

Avant même d’être enceinte, j’ai toujours eu envie qu’un jour mon enfant soit gardé en crèche. Pourquoi ? Parce que moi j’ai été gardé par ma grand-mère ! Je vous explique, c’était génial, d’autant que ma mamie est merveilleuse, mais je m’étais toujours dis que c’était très certainement à cause de cela qu’enfant je n’étais pas du tout sociable. Aussi loin que remonte mes souvenirs l’école à été un calvaire, et ce jusqu’au collège. Je ne savais pas interagir avec les autres enfants et je passais une grande partie de mon temps seule. Maintenant, je pense que cela venait principalement de mon caractère, et que les liens sociaux n’étaient pas innés chez moi.    

 

Les débuts difficiles…

Bébé Lu a commencé la crèche à 5 mois. Malgré l’adaptation, les débuts ont vraiment été difficiles. Il avait l’habitude d’être tout le temps avec moi et se lassait très vite du tapis d’éveil. Le soir, le compte rendu que l’auxiliaire me faisait n’était pas brillant. Il avait pleuré et refusait de s’éveiller tout seul ! Hummm, ça veut dire quoi, s’éveiller tout seul ? Il me semble bien que pour s’éveiller l’enfant à besoin d’interaction, non ?

J’ai assez vite compris que d’une auxiliaire à l’autre le compte rendu de la journée était bien différent, ou tout du moins, était présenté bien différemment. Il s’est finalement avéré que l’une des auxiliaires est assez peu pédagogue et met toujours en avant ce qui n’a pas été dans la journée, contrairement aux autres. Mais au début, entre le manque d’envie de laisser mon bébé pour aller travailler (je rêvais et je rêve encore d’un congé parental !) et cette sensation que l’auxiliaire critiquait mon bébé, et par là même, son éducation, je passais mes journées à m’inquiéter pour lui. Nous avons bien failli changer de mode de garde et nous adresser à une assistante maternelle, justement pour le côté plus “maternelle”. Et puis un jour, cette fameuse auxiliaire qui voit tout en noir s’est plaint, encore une fois, que bébé Lu ralait et réclamait beaucoup les bras. Sauf qu’il s’est avéré qu’il avait 39° de fièvre. Là, papa d’amour s’est fâché ! Le lendemain, en le déposant, il a expliqué qu’il était normal qu’un enfant malade réclame les bras sur un ton très sec. Depuis ce jour, les transmissions que nous fait cette auxiliaire sont bien différentes. On ne va pas dire qu’elle est devenue positive, ce serait exagéré, mais en tout cas elle a fait des efforts !

De plus, à peu près au même moment, bébé Lu s’est mis à se déplacer à quatre pattes. Pouvoir aller où il souhaitait et faire ce dont il avait envie a transformé ses journées de crèches. Il y passe maintenant de très bons moments !  

 

Les point négatifs

Je pense que la crèche n’est pas adapté à un petit bébé, totalement dépendant de l’adulte qui ne sait pas encore se déplacer et s’occuper seul. On sait que le très jeune enfant à besoin de calme et d’être près d’une figure d’attachement. Or, à la crèche ce n’est pas toujours la même personne qui s’occupe de bébé et l’enfant perd alors le cocon maternel dont il a tellement besoin.

Dans le cas de bébé Lu, qui a toujours voulu gigoter et se mettre assis ou debout, je pense qu’il y avait aussi une énorme frustration de voir les grands jouer et bouger alors qu’il était cloué au tapis d’éveil ! Je suis tout à fait consciente que le personnel de la crèche n’y pouvait rien.

Un autre inconvénient majeur de la crèche, auquel je n’avais pas pensé avant, c’est que l’on ne choisit pas qui s’occupe de notre bébé ! Et oui, contrairement à une assistante maternelle que l’on sélectionne parce qu’on a un bon feeling avec elle, à la crèche les employés sont là et il faut faire avec. Si on se sent en confiance, c’est bien, sinon tant pis ! C’est un peu ce qui s’est passé pour nous… Après il faut voir le bon côté des choses, deux sur trois avec lesquelles le feeling passe, c’est déjà pas mal !

Dans le cas de la micro-crèche, le prix entre aussi dans les points négatifs. Pour 9h par jour/5 jours cela coûte la bagatelle de 1300 euros. Je ne dis pas que le prix n’est pas justifié compte tenu de la structure et du personnel, mais quand on les débourse ça pique ! Bien sûr, au final il n’y a “que” 250 à 300 euros de la poche des parents, mais il faut avancer la totalité de la somme en début de mois. De plus, sur ce que l’on paye, 2000 euros seulement passent en crédit d’impôt et on peut vite les dépasser !

 

Ce que l’on aime !

peinture crèche

Et oui, il y a tout de même de beaux points positifs dans cette aventure, sinon nous aurions dit stop ! Tout d’abord, une fois que la priorité de l’enfant n’est plus le calme et le maternage, c’est génial qu’il puisse jouer avec d’autres enfants d’âges différents. Il évolue et grandit en échangeant avec les grands et se responsabilise en prenant soin des plus petits.

Il apprend à faire plein de chose tout seul comme un grand et les auxiliaire mettent un point d’honneur à aider les enfants à aller vers l’acquisition de l’autonomie.

Son rythme est à peu près respecté (sauf quand d’autres le réveillent). Il n’est pas réveillé pour aller chercher des extrascolaires comme il pourrait l’être avec une assistante maternelle. De plus, il est couché lorsqu’il est fatigué et non pas à heures fixes.

La crèche est un espace où tout est pensé pour les enfants. Il peut aller partout et toucher à tout sans risquer de se faire mal ou de s’entendre dire qu’il ne faut pas faire telles ou telles choses. Le mobilier est adapté à sa petite taille, et même les toilettes et le lavabo le sont !

Pour conclure ce petit topos sur notre expérience de la crèche, je dirais que, ce qui me semble idéal, c’est de commencer la crèche aux alentours de 9 à 12 mois, lorsque l’enfant commence à acquérir de l’autonomie. Mais il est fort probable qu’un changement de mode de garde vers cet âge déstabilise l’enfant. Le “must de l’idéal” (oui, j’ai osé…) serait donc d’avoir la chance de s’arrêter de travailler assez longtemps pour prendre soin de son bébé, le materner jusqu’à ce qu’il commence à être autonome, mais je suis consciente qu’en France c’est très difficile, je n’ai moi-même pas eu cette chance.

Suivez maman chamboule tout !

6 thoughts on “Notre expérience de la crèche”

  1. Ton compte rendu est intéressant !
    Enceinte je comptais mettre ma descendance en crèche dès 4/5 mois puis après sa naissance je me suis rendu compte qu’elle allait juste rester avec moi et que j’allais travailler avec elle 🤗. J’ai laissé la place à la crèche, pour le moment on se dêbrouille sans même si c’est compliqué parfois 😉.

    1. J’vais envie de démystifier un peu l’idée que beaucoup se font de la crèche ! J’aurais tellement aimé faire comme toi et pouvoir travailler avec mon bébé « dans les pattes » mais quand on a un boulot bien chiant dans un bureau c’est impossible !

  2. Je confirme pour le prix de la crèche ! C’est encore pire en crèche municipale classique …

    Effectivement je ne suis pas sure que ce soit le meilleur mode de garde pour un enfant jeune. J’ai de la chance d’être dans une crèche d’une petite commune où les bébés sont dans une section spécifique jusqu’à un an. Une personne s’occupe de 4 bébés seulement. Ils sont dans une pièce à part, au calme. J’ai bien cette formule.

    Mais dans mon rêve mes enfants seraient gardés dans une maison d’assistantes maternelles (MAM).

    1. Dans la crèche de bébé Lu il y a une personne pour 3 enfants mais malgré ça j’ai trouvé que les bébés ne bénéficiaient pas d’assez de contact physique !

  3. C’est très intéressant de te lire! Nous voulions une crèche et nous avons finalement du prendre une assistante maternelle. Je ne regrette absolument pas. Mon bébé a toujours été pris en charge comme je le souhaitais. Alors c’est vrai, parfois, je me dis que ce côté sociabilisation serait bien avant l’école mais je suis certaine qu’elle s’en sortira quand même.
    Et question tarif… Dis-toi que le reste à charge de mon ass mat me revient à beaucoup plus cher… Donc la crèche n’est pas forcément le mauvais plan sur ce point 😉

    1. Merci beaucoup ! Je pense en effet que l’on peut rencontrer des assistantes maternelles formidables ! Par contre j’étais persuadé que le coût à charge d’une assistante maternelle était moins important du fait que son taux horaire est plus bas que celui de la crèche, du coup il faut que je revois ma copie 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *