Mode transition écologique activé

Mode transition écologique activé #10 Confinement et modification de notre consommation alimentaire

Si il y a bien quelque chose que ce confinement m’ait offert, c’est du temps. Du temps à passer avec mon fils, du temps en famille et donc des journées à occuper, CQFD.

Seule ou juste en couple j’aurais parfaitement su comment occuper ces journées à base d’activités rien que pour moi, lectures, jardinage, bricolage et lecture encore. Mais il s’avère que mon petit greffon a besoin d’être un minimum occupé au risque de passer sa journée accroché à ma jambe en gémissant toutouille. L’allaitement ça fonctionne aussi quand on s’ennuie, ceux qui savent savent. 

L’une des activités qui fonctionne le mieux pour occuper petit Lu, c’est la cuisine. Il adore cuisiner avec moi, traduisez par la goûter à tous les aliments possibles et imaginables pendant que je me débats avec mes recettes. Du coup, durant ce confinement presque tout ce que nous avons mangé à été fait maison de A à Z. A part quand trouver de la farine relevait de l’impossible tous les goûters ont été fait maison, les pâtes à tarte, quiche et pizza également (on a aussi connu quelques ratés). J’ai même songé à sortir la vieille yaourtière de ma mère de la cave, mais le regarde de l’homme m’en a dissuadé… pour l’instant ! 

Le temps dont je dispose en ce moment m’a permis de faire le pas en avant écologique dont j’ai envie depuis longtemps : diminuer nos déchets de cuisine !

Je ne vise pas le zéro déchet, je suis lucide sur notre situation. En revanche, j’aimerais diminuer considérablement la quantité d’emballages, notamment en plastique, que nous jetons au quotidien. 

L’accès plus compliqué que d’habitude aux denrées alimentaires (coucou la longue file à l’entrée du supermarché !) Nous a poussé à faire les courses autrement.

 

Les légumes de la ferme 

Je travaille près d’une ferme qui propose presque exclusivement des produits locaux mais je ne prends pas forcément le temps d’y aller, d’autant que la corvée des courses reposent généralement sur l’homme de la maison. 

D’habitude nous ne sommes pas forcément très organisés en ce qui concerne les courses et les menus. Mais en cherchant à réduire au maximum nos sorties nous avons planifiés les repas sur deux semaines. Belle initiative, sauf que niveau fruits et légumes ça ne fonctionne pas. C’est comme ça que j’ai commencé à les commander, chaque semaine, sur le drive mis en place par la ferme du coin. 

Les légumes sont bons, pas spécialement plus chers qu’au supermarché mais surtout ils sont de saisons et produits dans un rayon de 150 km autour de chez nous. 

 

Le presque tout fait maison

Une fois que j’avais de beaux légumes frais sous la main il fallait bien en faire quelque chose. J’ai raté quelques recettes, jeté des béchamels informes qui ne ressemblaient en rien à celle de ma mère mais à force de tâtonner j’ai tout de même trouvé pas mal de recettes assez simples et relativement rapide à préparer. 

Vous remarquerez mon goût prononcé pour le sucré…

En fouillant loin au fond de ma mémoire j’ai retrouvé les gestes de mon enfance, lorsque j’aidais mamie a faire la pâte brisée de la tarte du dimanche et, au fil du confinement, je me suis mise à faire les pâtes des tartes, quiches et pizzas moi-même. 

L’air de rien, les emballages de fruits et légumes, gâteaux et pâtes brisées du commerce représentent une belle quantité de déchets que je réussis maintenant à éviter en grande partie. 

Notons également l’aspect économique de la chose : une bonne pâte à pizza du commerce avoisine les 2,5€, une maison les 0,5€…

 

Une question d’organisation 

Ce temps béni qui me manquait pour me lancer m’a permis de trouver mes recettes et mes habitudes de base même si je tâtonne encore. Je pense qu’une fois la machine en marche je ne pourrais plus l’arrêter maintenant que j’ai réalisé que c’était possible.

Je suis tout de même consciente qu’il va nous falloir mettre une solide organisation en place pour faire perdurer ces bonnes habitudes une fois que le cours de nos vies sera revenu à la normale. Mais je sais maintenant que c’est possible et je crois bien que j’ai pris l’élan et la confiance nécessaires pour me lancer, il ne reste plus qu’à l’adapter au quotidien. D’ailleurs, pour ceux et celles qui mettent en pratique le tout maison ou presque, si vous avez des astuces d’organisation n’hésitez pas à me les partager en commentaire !

Je terminerais ce billet par un petit coup de gueule contre le magasin bio du coin, La Vie Claire pour ne pas le nommer. Ayant sous évalué la quantité de légumes dont nous avions besoin lors de mon dernier drive à la ferme j’ai voulu compléter dans cette boutique. Les prix des fruits et légumes sont exorbitants mais là n’est pas mon propos. Ce qui m’a choqué c’est que la moitié de leur rayon primeur vient du bout du monde. Oui oui, il y a bien le label bio dessus mais le bilan carbone du déplacement dudit légume me fait frémir et j’ai vraiment du mal à comprendre comment on peut parler d’éthique dans ces conditions. Bref, bio pourquoi pas mais nous privilégions surtout l’agriculture locale et raisonnée.

***

Voilà pour ces changements dont je suis plutôt fière, qui me tentaient depuis longtemps. Et par chez vous, quelle est votre organisation alimentaire ? Des tentatives de réduction des déchets ? Des astuces à partager ? N’hésitez pas à me les partager en commentaire !

 

Suivez maman chamboule tout !

10 commentaires

  • Docteur Mamangue

    Super ces nouveaux changements!
    Petite astuce, certaines préparations type pâte à pizza, à tarte… se congèlent bien. J’en prépare le double et j’en met la moitié au congélateur pour gagner du temps une autre fois.
    Pour nous, c’est plus compliqué en ce moment d’acheter en vrac car refus des contenants perso à la biocoop et marché interdit. Donc à l’inverse de toi, nos déchets augmentent un petit peu.

    • Maman chamboule tout

      Merci pour l’astuce, je pense qu’au fur et à mesure je vais beaucoup pratiquer ainsi : faire plus et congeler pour les jours ou j’ai moins de temps.
      C’est frustrant ce refus des contenants mais ça ne durera pas trop longtemps (enfin j’espère !).

  • Marine

    Bravo pour tous ces changements ! C’est vrai que quand on a découvert qu’on pouvait faire ses pâtes à tarte soi-même on a du mal à faire marche arrière. Je partage ton point de vue sur les légumes des magasins bio, c’est pas toujours hyper local. Après quand on achète des bananes, c’est pas toujours hyper local non plus (je parle pour moi !). Chez nous la cuisine est une grande source de déchets en ce moment car avec le confinement, plus moyen de faire 3 ou 4 magasins pour faire ses courses, on fait avec l’épicerie du coin !

    • Maman chamboule tout

      Oui, clairement je pense que je ne ferais plus marche arrière !
      C’est drôle parce qu’ici le confinement a eu l’effet l’inverse du fait que je cuisine beaucoup plus mais il faut dire qu’en région parisienne c’est peut être plus simple d’accéder à différents types de commerces (pour moi supermarché et ferme) sans se déplacer loin. Ne t’inquiète pas, j’achète aussi des bananes 😉 ce qui m’a choqué c’est qu’une très grandes parties des fruits et légumes venaient de très loin !

  • Nanakie

    En matière d’astuce, indéniablement le planning des menus à la semaine est une aide précieuse pour gagner du temps en courses et en préparation : On achète vraiment ce dont on a besoin ; au moment de cuisiner on a tous les ingrédients sous la main donc pas de mauvaise surprise ; on peut jongler entre les DLC courtes et longue pour remplir sa semaine ; au moment de se mettre à la cuisine, on exécute ce qu’on a prévu sans réfléchir !

    Tu as raison, certains magasins bio n’ont pas une éthique exemplaire… A côté de chez moi il y en a 3, seul l’un d’entre eux commercialise plus de 3/4 des produits de mon département et du département voisin. Pour les produits étrangers (avocats, bananes, ananas), ils assurent que l’import a lieu en bateau ou camion, zéro avion.

    • Maman chamboule tout

      Merci pour ton commentaire qui me conforte dans l’idée que le planning joue beaucoup, à la fois pour les courses et le gain de temps en cuisine (et surement aussi le gain économique puisque l’on achète que ce dont on a besoin).
      J’aime bien l’idée que ton magasin bio précise de quelle façon les fruits et légumes importés sont transportés, ça devrait être obligatoire !

  • Dinde de Toi

    Tu as aussi le vrac plus cher qu’avec un contenant plastique, tous les deux bio et origine France… Les magasins bio sont aussi là pour gagner des sous, quitte à prendre le consommateur pour un pigeon.
    La pâte à pizza / quiche maison c’est tellement meilleur, plus épais, bien plus solide et craquant. J’ai dans le congélateur de vieilles pâtes industrielles et à chaque fois que nous en mangeons pour enfin vider ce stock je suis consternée par leur fadeur, leur mauvaise qualité… et tout ce plastique pour 200 grammes de pâte !!

    • Maman chamboule tout

      Oui, les magasins bio sont là pour gagner de l’argent, c’est certain. Mais, même si c’est peut-être idéaliste, je pense qu’on peut aussi gagner de l’argent tout en respectant une éthique, je crois sincèrement que c’est possible.
      Je t’avoue que maintenant que j’ai pris le plis des pâtes maisons je ne reviendrais plus en arrière !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *