bébé explore 2
P'tits bouts de vie

Maman poule et maman maternante, non ce n’est pas la même chose !

Il y a peu, en commentaire, on m’a dit que j’étais une maman poule. Cela m’a un peu gênée sur le coup. Je n’ai pas l’impression d’avoir une attitude de maman poule, je ne me sens pas “maman poule”, alors j’ai commencé à m’interroger. D’abord il me fallait définir le terme. Pour moi, la maman poule est toujours inquiète pour ses rejetons, les couve plus que de raison, a du mal à les laisser prendre leur envol. Sauf que j’ai beau tourner cette définition dans ma petite tête, je trouve que ça ne colle pas. En fait, je pense qu’il y a facilement un amalgame de fait entre maman poule et maman maternante.

bébé explore
Quand bébé Lu part explorer le monde sans se retourner

Oui je suis une maman pratiquant le maternage proximal autant que possible mais non je ne pense pas être une maman poule.

Le maternage proximal consiste à garder avec son bébé, après sa naissance, la relation la plus proche possible physiquement tant qu’il en manifeste le besoin. J’ai toujours dormi près de mon fils, dans le même chambre, selon ses besoins (et la vitesse à laquelle je me rendors !) dans le même lit, d’ailleurs je vous en parle ici. Je l’ai allaité à la demande jusqu’à ses 5 mois, moment où il a commencé la crèche, puis j’ai tiré mon lait pour qu’il en bénéficie en mon absence tout en maintenant l’allaitement à la demande qui nous est si cher dès que nous étions ensemble.

Je l’ai porté des heures et des heures en sling, en mid tai, en porte-bébé. D’ailleurs je le porte toujours quand il a envie de l’être durant nos promenades. Je ne le laisse pas pleurer, je l’accompagne dans le sommeil quand il en a besoin. Bref, je réponds à tous ses besoins affectifs en essayant de le faire attendre le moins possible. C’est, à mon sens, la meilleure façon de lui donner confiance en notre amour et aussi en lui pour que, au fur et à mesure, et à son rythme, il puisse s’éloigner de nous sereinement, en ayant acquis des bases affectives solides.

Mais non, je ne pense pas être une maman poule. Je le laisse grimper et escalader tout ce qu’il rencontre au cours de nos balades, du gros caillou au tronc d’arbre, tout y passe. Je mets un point d’honneur à le laisser faire seul ( tout en étant pas trop loin quand même au cas où), et je lui fait confiance. D’ailleurs il tombe assez rarement, surtout quand on voit tout ce qu’il entreprend. Le laisser faire les choses seul comme grimper, monter les escaliers, mettre la table (c’est un bien grand mot, je lui donne les choses et il les pose sur la grande table) ne me stresse pas du tout (si il casse une assiette ou survivra). Quand les arrière-grand-parents assez stressés passent leur temps à me dire “attention il va tomber”, je leur répond que non, qu’il faut lui faire confiance, et qu’au pire, même si il tombe, il s’en remettra ! Je le laisse faire sa vie dehors dès qu’il fait beau sans être systématiquement derrière lui. Je jette un œil assez souvent et si il se passe quoi que ce soit de suspect je l’entend (on a pas un parc !) mais je le laisse faire ses découvertes et gérer le degré de mise en danger dans lequel il se met. J’ai toujours un œil qui traîne (ne m‘accusez pas plus de maltraitance !) mais force est de constater qu’il ne prend pas de risque inutile et fait très attention quand il s’élance dans des projets un peu périlleux comme se mettre debout sur son pousseur ou son cheval à bascule, par exemple.

bébé explore 2

Je le laisse aussi goûter à plein de choses qui nous ouvrent l’appétit dès qu’on y pense du style feuilles mortes, terre, fleurs, … et j’en passe. Si l’enfant passe par la période où il veut goûter à tout, même ce qu’on ne consomme pas à table, c’est bien qu’il y a une raison. Cela lui permet de construire son système immunitaire, pour en savoir plus c’est par ici (oui je sais, je vous ai déjà mis ce lien dans un autre billet, mais j’aime beaucoup cet article de Dinde de Toi). Alors temps qu’il ne s’agit pas de produits chimiques, on laisse faire !

Bref, nous essayons de lui laisser une marge de manœuvre assez large pour qu’il puisse évoluer à son rythme sans avoir tout le temps un parent sur le dos qui lui assène de faire attention au moindre mouvement. Nous ne craignons pas particulièrement les maladies et les chutes.

Donc, définitivement, je pense qu’il faut bien différencier les parents poules des parents maternants car on peut tout à fait être l’un mais pas l’autre !

Et chez vous, comment ça se passe ? Plutôt parents poules ? Maternants ? Les deux ?

Suivez maman chamboule tout !

19 commentaires

  • unbrindemaman

    Coucou ! Moi je suis une vraie maman poule ce qui fera d’ailleurs sans surprise l’objet d’une gamme complète sur la boutique 😉 Je suis deux en un. Maternante, poule … même louve parfois ! ^^
    Super article comme toujours 🙂
    EM.

    • Maman chamboule tout

      Merci EM 😊
      En effet c’est ce qui ressort de tes articles, à la fois maman poule et maternante ! J’ai hâte de découvrir tes gammes de produits !

  • Nanakie

    Ah oui, je suis bien d’accord avec ta description ! Je me reconnais dans la maman maternante, aujourd’hui ma fille de 14 mois fais moultes expériences avec son corps et l’espace (grimpettes, roulades, acquisition de la marche…) et je la regarde de loin (d’ailleurs j’adore l’observer). Elle est si fière quand elle réussit ses trucs abracadabrantesques !
    Je me demandais comme réagir en cas de chute, peur, pleurs … J’avais lu un article à ce propos (mais où ?), et maintenant, si elle tombe et se fait mal, je m’accroupis et lui propose de venir me faire un câlin si elle le souhaite. Souvent, elle vient se consoler dans mes bras. Mais parfois, reste à terre et calme ses pleurs seule.
    Du coup, je suis curieuse de connaitre ta façon de faire dans ces moments-là ? Car j’avais lu que se précipiter pour consoler, c’est plutôt apparenté à « poule » qu’à « maternante » (sans être péjoratif du tout bien entendu!).

    • Maman chamboule tout

      Et bien comme toi je ne me précipite pas pour le consoler, sauf si je vois qu’il a vraiment mal ! J’attend un petit peu et je lui dis que si il a besoin il peut venir faire un câlin ou une tétée pour se remettre de ses émotions. En général il prend la tétée et repart gaiement réessayer ce qu’il avait déjà entrepris ! Mais tout comme toi, quand je parle de « maman poule » ce n’est pas du tout péjoratif, juste une constatation.

  • ODILE BIDAULT

    coucou Mimi, je suis d’accord avec toi être une maman maternante n’est pas une maman poule. Je pense sincèrement que tu as raison et je suis trés fière de toi !!!
    gros bisous

  • WorkingMutti

    A la naissance de Samuel, j’ai découvert une nouvelle façon d’être maman, en étant plus proche physiquement de mon bébé. Je me fais encore critiquer aujourd’hui lorsque je ne laisse pas mon fils de 11 mois pleurer. Bon je ne suis pas dans le maternage proximal non plus, mais étant donné mes difficultés avec mon corps + difficultés d’attachement c’est déjà un grand pas pour moi. Mais ce n’est pas pour autant que, comme toi, je ne le laisse pas jouer en autonomie et mettre pleins de choses à la bouche.

    Je pense qu’on peut être maman poule sans être maman maternante d’ailleurs tellement la pression de la société est forte pour limite mettre les bébés et les enfants sous des cloches de verre. Ils me regardent bizarrement à la sortie de l’école quand un des grands à une petite égratignure suite à une petite chute. Eh oui, les enfants ça bouge 😉 . Souvent un petit coup d’éosine et un gros bisou magique et ça passe tout seul. L’avantage avec les jumeaux c’est qu’ils ont un bisou magique même à l’école vu que le frère est là pour le donner !

    • Maman chamboule tout

      Comme tu dis on a souvent l’impression que la société voudrait mettre les enfants sous cloche et d’ailleurs on nous fait facilement culpabiliser à la moindre égratignure comme si on ne les avait pas assez surveillé ! À la crèche, les rares fois où bébé Lu se fait mal les pauvres auxiliaires prennent des gants pour me l’annoncer comme si j’allais les accuser de mal s’être occupé de mon fils. En général je me contente juste de hausser les épaules en disant qu’il en verra d’autres !
      Tu as raison de ne pas laisser Samuel pleurer 😉 et tant pis pour ce que pense les gens !

  • Dinde De Toi

    Dans le concept du continuum les mamans sont maternantes mais certainement pas poules !! L’enfant n’est jamais le centre des attentions (sauf s’il le réclame via une tétée, s’il veut être porté etc), il n’est pas observé/surveillé en continu et on le laisse vivre sa vie autour de la notre.
    Être maman poule est valorisé par la société de nos jours car on ne retient que l’investissement important de la maman. Le problème c’est que l’enfant, le bébé, est perçu comme idiot, suicidaire, trop fragile 🤔.
    Merci pour le lien, c’est vraiment que l’article en question est divin 😝 !

    • Maman chamboule tout

      Mais de rien 😉
      Je n’ai pas lu le concept du continuum mais il va vraiment falloir que je remédie à cette lacune ! D’un côté j’ai peur de mal réagir en pensant à ce qu’on ne peut pas offrir à nos enfants dans notre monde… mais je pense que la curiosité va l’emporter !

  • Nolts

    J’aime beaucoup cette analyse très pertinente.
    Je pense personnellement faire partie des mamans maternantes également car, tout comme toi, ma fille est libre de « tester la vie » à sa façon, de faire ses expériences, on l’averti, on la guide, on l’aide si elle en montre l’envie ou le besoin, mais elle aussi semble connaître ses limites et ne pas tenter le diable seule.

  • elisa

    Tout à fait d’accord je pense être pareil…et pourtant je n’ai jamais dormi avec lui, je me suis même parfois empêchée de l’accompagner dans ses émotions au début à cause du jugement de mes proches…et même comme ça on disait que j’était une maman poule. Alors que je lui ai toujours laissé explorer tout ce qu’il voulait, je l’accompagne seulement. en revanche mon homme lui est un vrai papa poule et il se soigne…vraiment. Il n’ose rien laisser faire à fiston, va vérifier 7 fois par soirée qu’il respire bien (et fiston a plus de 2 ans et demi…). mais voilà pour lui aussi c’est une souffrance alors il y travaille, il se fait violence pour devenir justement un papa « paternant » 🙂

    • Maman chamboule tout

      Merci pour ce partage d’expérience ! Ce qui est drôle c’est que quand tu es un papa poule les gens trouvent souvent ça mignon alors que les mamans poules sont critiquées car elles « étouffent » leurs enfants, comme quoi, niveau égalité il y a encore du progrès à faire ! Courage à ton mari papa poule, ce n’est pas toujours facile de se défaire de ses mauvais réflexes !

    • Maman chamboule tout

      Merci 😊
      Je trouve ça tellement important justement qu’ils osent expérimenter. Il y a tellement d’enfants qui ont peur à force de s’entendre dire de faire attention !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *