periode sensible

Aujourd’hui je vous propose un nouvel article sur le thème montessorien (bien sur que si ça se dit !). Je vous avais déjà parlé ici de la transformation de son travail en arnaque commerciale, merci aux marques sans scrupule prêtes à tout pour faire du bénéf, mais maintenant c’est un autre aspect de Montessori que j’ai envie de mettre en exergue.  

Quand, épuisée d’entendre parler de Montessori, j’ai entrepris quelques recherches sur la femme et son œuvre, je suis tomber sur le livre L’Enfant à la bibliothèque. Mon esprit de contradiction en éveil, j’ai eu envie de le lire afin d’en apprendre un peu plus pour mieux clouer le bec à ceux qui ont du Montessori plein la bouche sans même avoir feuilleté ses ouvrages. Il s’est avéré que ce livre, qui traite du développement de l’enfant, m’a vraiment intéressé. Une partie m’a particulièrement passionné : celle traitant des périodes sensibles chez l’enfant.

Vous savez probablement déjà ce qu’est une période sensible vu la popularité du sujet mais, au cas ou, voici tout de même une petite piqûre de rappel, ça ne fait jamais de mal.

Entre 0 et 7 ans environ, l’enfant traverse plusieurs périodes, limitées dans le temps, durant lesquelles il est particulièrement attentif à certains aspects de la vie et développe des attitudes particulière en lien avec ses aspirations à ce moment précis. Et quand je dis « particulièrement attentif » je pèse mes mots car ça peut même ressembler à de l’obsession.   

On discerne 6 périodes sensibles :

  • la période sensible du langage (plus ou moins entre 2 mois et 6 ans)
  • la période sensible de la coordination des mouvements (plus ou moins entre 18 mois et 4 ans)
  • la période sensible de l’ordre (plus ou moins de la naissance à 6 ans)
  • la période sensible du raffinement des sens (plus ou moins entre de 18 mois et 5 ans)
  • la période sensible du comportement social (plus ou moins entre 2,5 ans et 6 ans)
  • la période sensible des petits objets (très courte période au cours de la 2e année)

En lisant L’enfant j’ai donc trouvé cette définition des périodes sensibles très intéressante quoiqu’un peu tiré par les cheveux. Je ne pensais pas qu’un parent lambda pouvait les identifier et je me disais que la petite Maria avait surement exagéré la description de certaines périodes et de la façon dont les enfants réagissaient. Et puis je suis venue, j’ai vu, j’ai vaincu, non en réalité j’ai juste observé et subi…

Et bien, grand scoop, ces fameuses périodes sensibles existent bel et bien ! D’ailleurs, votre enfant peut se transformer en monstre si vous ne le laissez pas aller au bout de ses aspirations et de ses découvertes, comme l’explique justement Maria Montessori.

Voilà comment se sont traduits les périodes sensibles chez nous pour l’instant…

Je ne vais tout vous développer au risque que vous trouviez cet article légèrement barbant donc je choisis celles qui m’ont le plus marqué !

Bébé Lu et la période sensible du langage

En ce moment nous sommes en plein dedans ! Bébé Lu nous répète inlassablement les mêmes syllabes, encore et encore avec une application proche de la psychose. Il sur-articule chaque mot et dès que l’on s’installe sur le canapé il vient à l’assaut de nos genoux armé de son imagier ! Après nous avoir escaladé, et écrasé au passage, il ouvre son livre et nous désigne du doigt les images une à une pour qu’on lui nomme ce qu’elles représentent. Et comme le décrit si bien Maria Montessori, dans ces moments là il peut nous demander de recommencer 100 fois sans jamais se lasser (mais nous si !) et il répète, avec plus ou moins de succès, la plupart des mots après nous.

Ce qui est drôle c’est que certains mots semblent plus lui plaire que d’autre. C’est le cas de “tartine” qu’il nous rabâche durant tout le petit déjeuner avec application et concentration.

La période sensible des petits objets

Elle a juste duré quelques semaines mais on s’est demandé si notre bébé n’avait pas des yeux à rayons X pour distinguer des détails pareils ! Il était capable de passer 5 minutes à tenter d’attraper un cheveux dans ses petits doigts puis 5 autres à l’étudier, idem avec les poils de chien ! Il repérait la moindre petite poussière et s’en emparait pour l’examiner. Malgré la difficulté pour ses petits doigts de bébé d’attraper toutes les petites choses qu’il voyait il s’obstinait jusqu’à réussir.

Dans ses moments de concentration il ne fallait pas l’empêcher de faire ses découvertes au risque de le voir se transformer en bébé dragon ! Si on voulait lui enlever le poil de chien, pour raison d’hygiène par exemple (même si, grâce à ce très bon article on sait maintenant que c’est totalement inutile !) on s’exposait aux foudres de la bête, comprenez par là roulage et cognage de tête par terre (comment ça mon français n’est pas au mieux de sa forme aujourd’hui ?).

Donc voilà, je passe du côté montessorien de la force, j’assume, et je reconnais que les périodes sensibles ne sont pas un mythe ! Mais le fait de connaître leur existence nous aide, je pense, à appréhender en étant attentif au comportement de son enfant pour éviter le plus de crises possibles. Cela nous permet également d’observer le fonctionnement des enfants qui découvrent la vie tout en le comprenant un peu mieux et je trouve tout de même que c’est assez magique.

Et grâce à l’attention que j’ai porté au développement de bébé Lu (enfin certaines fois c’est tellement gros qu’il n’y a même pas besoin d’y prêter attention !) j’ai remarqué tout plein d’autres phases rigolotes telles que la phase de découverte du renversement de la gamelle d’eau du chien, oui, oui, 5 à 8 fois par jour ! La phase de compréhension du fonctionnement du robinet extérieur, …

Et vous, avez-vous remarqué les périodes sensibles ? Ou de nouvelles phases en plus de celles de Maria (y’a pas de raison qu’elle soit la seule à faire de grandes découvertes) ?  

Suivez maman chamboule tout !

8 thoughts on “Les périodes sensibles de Montessori, ça existe pour de vrai !”

  1. Super interessant ! Oui, j’ai identifié une phase bien précise de compréhension d’acquisition de tout ce qui tourne autour de l’équilibre (ce tenir en équilibre sur un cube de bois ou même faire tenir un Kapla à la vertical sans le faire tomber…) C’est très particulier et super passionnant à regarder ^^
    A bientôt, bisous ;*
    EM.

    1. Merci EM ! Comme tu le dis c’est passionnant d’étudier l’enfant qui travaille sur une phase en particulier… En plus c’est moins compliqué de ranger les kaplas que de nettoyer l’eau de la gamelle du chien qui a coulé partout 😂
      Bisous et bonne soirée EM

  2. J’adore la manière dont tu abordes les concepts de Maria Montessori, sans les déformer (ce qui est assez rare de nos jours comme tu le soulignais dans un précédent article :p ).
    J’ai trouvé ton article super clair et avec tous tes exemples c’est hyper facile de compréhension. 😉
    Je vais le recommander cet article, c’est sur !!!
    A bientôt 😉

    1. Merci Charlotte ! J’ai essayé de faire simple pour que l’article ne se transforme pas en pavé. Et encore merci pour les recommandations 😉

  3. J’avais lu quelques livres sur l’oeuvre de Montessori avant d’accoucher et j’ai été ravie d’observer cela chez ma Bête! Elle nous a fait plusieurs périodes sensibles du mouvement: elle passait son temps à s’entraîner (à s’asseoir, à se lever, à marcher) et ne faisait presque rien d’autre. On sent aussi passer les périodes sensibles de l’ordre lors desquelles elle est très dérangée par le moindre changement dans son environnement et nous harcèle avec (on a longtemps eu une patte de mouche qui traînait au plafond et Chéri a fini par l’aspirer. Ce fut un long deuil pour La Bête, crois-moi)! Plus tard sont apparues les périodes sensibles du langage, on est en plein dedans: elle s’entraîne patiemment à prononcer certains mots (hier, c’était yaourt) et nous demande sans cesse de tout nommer en désignant les choses du doit avec un « ça! » qui ne laisse pas de place au doute. Je trouve cette observation passionnante et d’une grande aide pour être en phase avec son enfant.

    1. J’adore l’histoire de la patte de mouche ! Moi je n’ai pas encore observé de période sensible de l’ordre et quand je vois l’état de mon salon après le passage de bébé Lu et ses Duplo j’aimerais qu’elle arrive vite !

  4. J’avais entendu parler des périodes sensibles mais je n’avais pas réussi à trouver une explication aussi détaillée ! Merci ! J’avais tenté de me fader des publications en anglais et à part deux ou trois notions, j’avais juste compris que je devais prendre un doliprane.

    lci nous sommes en pleine période sensible du comportement social. Les expérimentations se font avec plus ou moins de succès. Ils vont finir pas donner des cours à leurs parents en matière de relations humaines XD. Mais ils arrivent maintenant à citer le nom de leurs copains.

    1. Mais de rien 😉 si tu veux en savoir encore plus tu peux lire le livre, promis il ne donne pas mal au crâne ! J’imagine en effet que la rentrée à l’école se prête à cette période sensible en particulier. Plein de courage aux jumeaux pour cette adaptation pas toujours évidente…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *