Allaitement

l’allaitement nourrit la confiance des parents : c’est leur force ! 

Si vous me suivez, c’est que l’allaitement maternel vous est plus ou moins familier (si vous vous êtes égarés, ne fuyez pas de suite, promis, j’écris des choses intéressantes, en toute objectivité bien entendu). Il ne vous aura donc pas échappé que nous sommes en pleine Semaine Mondiale de l’Allaitement Maternel. En réalité, elle ne se déroule pas en même temps dans tous les pays, mais l’important c’est bien qu’elle ait lieu, quelqu’en soit la date. 

J’aime relayer les informations liées à l’allaitement, je vous avez d’ailleurs déjà parlé de la SMAM de l’an dernier par ici. Pour 2020, le thème choisi m’a tout de suite conquise : 

l’allaitement nourrit la confiance des parents : c’est leur force !

La vérité c’est que je n’ai pas attendu cette SMAM pour m’en rendre compte, mais quelle meilleure occasion que cet événement pour vous en parler ?

La promotion de l’allaitement se fait très généralement autour de son importance pour la santé de l’enfant et… et c’est tout quand il s’agit d’une promotion institutionnelle la plupart du temps. 

Alors certes, c’est l’idéal pour la santé, ce n’est pas moi qui vous dirais le contraire, mais malgré tout je ne crois pas que cela soit le plus important. En tout cas, ce n’est pas ce dont je parlerais en premier lieu à une maman qui m’interrogerai sur mes motivations pour allaiter.

Non, ce que je lui dirais c’est à quel point c’est magique, fou, merveilleux, de nourrir son enfant au sein. À quel point cette aventure est intense et quel lien elle crée entre le petit mammifère et ses parents. Il y a un secret que l’on ne divulgue pas facilement car il va à l’encontre du marketing et de tout ce que la société cherche à nous inculquer :

l’enfant n’a besoin que de ses parents les premiers mois de sa vie. Ses parents, sa mère principalement, ne nous le cachons pas, peuvent lui apporter tout ce dont il a besoin : amour, sécurité affective et nourriture. 

L’enfant ne demande que trois choses: la chaleur des bras de sa mère, le lait de ses seins et la sécurité de sa présence. L’allaitement réunit les trois. » Dr Gantly Dick Read.

Et quoi de mieux, question confiance en eux des parents, que de savoir que l’on est en mesure d’apporter tout cela à nos enfants ?

Quelle n’a pas été ma fierté quand, au bout de trois jours, je suis ressortie de la maternité avec un bébé n’ayant presque pas perdu de poids et qui prenait entre 50 et 70 g par jour alors que j’avais mis au monde une crevette de 2,595 kg ! Et ce n’était qu’un début… durant 6 mois mon lait seul a nourrit et fait grandir mon bébé. 

Allaiter son enfant, c’est pouvoir répondre à tous ses besoins, en toute situation et c’est cette capacité merveilleuse et puissante qui nourrit la confiance des parents. Parce qu’on ne le répétera jamais assez, allaiter n’est pas seulement l’acte de nourrir un enfant, c’est aussi rassurer, câliner, apaiser, adoucir, endormir et même soigner !

Alors certains me diront, oui mais le papa dans tout ça ?

Je la connais l’excuse bidon du “je veux que le papa participe”, le marketing la met assez en avant pour vendre des boites de lait en poudre ou des biberons. Ceux qui me suivent depuis longtemps savent que je pense qu’il est difficile, voir impossible, de réussir un allaitement sans le soutien du papa. Le père, c’est en quelque sorte la force de la mère (bien qu’elle soit naturellement une super-héroïne). C’est lui qui va soutenir sa femme quand elle a besoin, si elle  n’a pas le moral, si elle est fatiguée, si elle doute… C’est le papa qui lui apportera sa pizza, déjà coupée en petites parts, lorsqu’elle aura -encore- bébé au sein au moment du repas. C’est aussi lui qui posera la main sur l’épaule de sa femme à laquelle vient d’être adressé un commentaire désobligeant sur le fait qu’elle allaite encore leur enfant. Il remettra le malotrus auteur de la remarque à sa place, sans autre forme de procès. 

À travers l’allaitement c’est tout une complicité familiale qui née. Les deux parents s’aperçoivent vite de l’importance de la tétée pour leur petit. Même si le papa ne nourrit pas directement l’enfant, il prend conscience de son rôle dans cette aventure. 

La relation qui se crée avec et grâce à l’allaitement est tellement particulière, en tout cas chez nous, que je trouve difficilement les mots pour en parler. C’est un échange puissant où chacun offre sa confiance à l’autre. Il faudrait voir petit Lu tendre la main à son papa pendant qu’il tète pour venir participer au câlin pour comprendre toute l’intensité,  à travers nos regards, de l’amour qui nous uni dans cet acte. 

Même grande Ju participe à cette aventure, quand son petit frère a un problème elle lui dit qu’il a besoin d’une tétée et qu’il ira mieux après. Une fois qu’il est au sein elle lui caresse tendrement la tête et je fond devant cet amour fraternel. 

Alors oui, l’allaitement nourrit la confiance des parents puisqu’il leur prouve qu’ils ont en eux les clés nécessaires au bien-être de leur enfant, l’allaitement est leur force. 

Pour lire un autre billet sur cette SMAM et son thème inspirant, vous pouvez aller faire un tour chez Nanakie du blog Pieds nus dans l’herbes que je lis toujours avec grand plaisir !

***

Et vous, ce thème de la SMAM vous parle ? 

 

Suivez maman chamboule tout !

11 commentaires

    • Maman chamboule tout

      Oui moi aussi je fonds quand je l’entend parler d’allaitement. Elle m’a déjà dit que quand elle aurait des enfants c’était hors de question qu’ils aient du lait en poudre car elle trouve que ça sent mauvais !

  • Virginie Neleditesapersonne

    C’est une super jolie façon de parler de l’allaitement je trouve ! Je n’ai allaité que mon second, je n’étais pas du tout dans « le truc » pour l’ainé. Je dois reconnaitre que je regrette un peu, mais je respecte aussi cette envie qui était la mienne à ce moment là. Cela dit, je n’ai eu aucune sensibilisation, explication, aide de quelque nature que ce soit. On m’a simplement demandé : sein ou biberon ? Et c’est tout ! Quel dommage que les futures mamans n’aient pas accès à plus d’infos naturellement… Merci pour ton article qui contribuera je l’espère à rendre l’info plus accessible !

      • Maman chamboule tout

        Merci beaucoup docteur Mamangue !
        C’est une chance pour le corps médical qu’il y est des pédiatres comme toi formes sur le sujet, j’espère qu’un jour tous les soignants le seront !

    • Maman chamboule tout

      Merci beaucoup 😊
      Je pense que quand on est pas « dans le truc » comme tu dis, il ne faut pas se forcer. Le problème en France c’est que la plupart des femmes ne sont ni conseillées, ni aidées dans la mise en place de l’allaitement (tout simplement parce que les professionnels de santé ne sont pas formés). Si on a pas de mamans qui allaitent dans notre entourage c’est difficile de sortir de la culture biberon.
      C’est aussi pour ça que j’aime partager sur le thème de l’allaitement, dans l’espoir qu’un jour il sera normalisé !

  • 3 kleine grenouilles

    Bel article ! J’ai aimé allaiter mes enfants et c’est vrai qu’il y a d’autres façons pour un papa de s’occuper de son nourrisson que de lui donner un biberon. En Allemagne, l’allaitement va de soi et la grande majorité des mères vont allaiter leur bébé, au moins les premières semaines.

    • Maman chamboule tout

      J’aimerais qu’un jour ça soit pareil en France ! Non pas qu’on oblige les femmes à allaiter mais qu’elles aient suffisamment baigné dans cette culture pour que cela leur paraisse naturel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *