P'tits bouts de vie

Je me suis trompée…

Hier soir, j‘ai publié un article concernant mes craintes d’élever mon fils dans un monde “trop” féministe. Ne cherchez pas ce billet, je l’ai supprimé. Suite à plusieurs commentaires, dont un de la très pertinente Nanakie du blog Pieds nus dans l’herbe, je me suis aperçue que je m’étais mal exprimée sur mes craintes. Un lecteur ne me connaissant pas aurait pu croire que la recherche d’égalité des sexes me pose problème alors qu’au contraire c’est ce vers quoi je tends. La réalité c’est que j’ai parfois peur que le combat féministe donne une image erronée de l’homme, le présentant comme nuisant à la liberté de la femme et à sa juste prétention à l’égalité des droits. Il m’a semblé ces derniers temps, à travers mes lectures, que justice n’était pas toujours rendue aux hommes. J’ai eu envie de réagir contre cette tendance en oubliant qu’elle ne définit pas le féminisme et que ce point du vu est loin d’être partagé par tous ceux qui adhèrent à cette doctrine, et je m’en excuse.

J’ai hésité avant de supprimer ce premier billet, je pensais faire une autre article qui rectifierait le tire. Finalement, j’ai préféré le faire disparaître tout simplement, pas pour cacher mon erreur, mais plutôt pour éviter qu’elle ne fasse boule de neige. Les blogueurs sont des leaders d’opinion, bien entendu pas tous à la même échelle, je n’ai pas la prétention d’influencer des milliers de personnes, ni même des centaines, mais je ne veux pas qu’un lecteur tombant sur mon post puisse mal l’interpréter. Tenir un blog c’est chercher à amener un angle de réflexion différent sur les sujets qui nous tiennent à coeur mais c’est aussi une grosse responsabilité et lorsqu’on fait des erreurs on se doit de les corriger.

Mon mea culpa s’achève, j’espère ne pas avoir blessé ceux et celles qui auraient lu mon précédent article. Je tiens à sincèrement vous remercier pour vos commentaires toujours pertinents et particulièrement bienveillants qui me font grandir chaque jour un peu plus.

Suivez maman chamboule tout !

15 commentaires

  • Charlotte - Enfance Joyeuse

    C’est donc pour cela que je ne trouvais pas cet article !
    Je comprends que tu aies eu envie de supprimer ce billet si tu ne le trouvais pas représentatif de l’idée que tu souhaitais véhiculer. Et c’est très transparent de ta part de nous expliquer ici le pourquoi du comment.
    A bientôt pour un nouvel article,
    Charlotte.

  • 3 kleine grenouilles

    J’ai lu ton article hier et j’avoue que j’avais été assez déçue. Mon impression avait été de lire quelque chose de très conservateur et critiquant une vision caricaturale du féminisme.
    Je suis féministe, je fais attention à ce que mon fils soit élevé de façon féministe, ce qui ne veut pas dire qu’il doit être culpabilisé et opprimé mais qu’il prenne conscience que son zizi ne lui donne pas plus de valeur que ses sœurs… ni moins ! Pas de passe-droit non plus ni d’excuse !
    Les stéréotypes genrés sont déjà tellement forts, dès la petite enfance et quoi qu’on en dise, ces stéréotypes sont davantage positifs pour l’homme que pour la femme. Il n’y a qu’à regarder les livres des éditions Fleurus pour les petits.
    http://www.fleuruseditions.com/jeunesse-fleurus/0-a-3-ans/premieres-histoires-u924/
    Les collections pour filles s’appellent « petite fille », « petite princesse », « mon rêve de » et pour les garçons « petit garçon » et « petit héros » ! Les filles peuvent rêver d’être une sirène, une fée, une princesse ou si on prend un métier qui existe secrétaire, cavalière, vétérinaire ou pédiatre. Tandis que les garçons peuvent devenir des héros et sauver le monde en étant pompier, policier, aventurier ou viking, chevalier, pirate. Bref, aux garçons les muscles, le cerveau et l’aventure. Aux filles, la douceur, la patience et la gentillesse.

    • Maman chamboule tout

      Je suis désolée de t’avoir déçue et j’espère que tu as compris que je m’étais embrouillée dans mes arguments et mes explications. En revanche je ne suis pas d’accord avec toi pour dire que l’avenir que les éditions fleurus, par exemple, réserve aux filles et moins valorisant que celui des garçons ! D’où le fait de materner ne permettrait-il pas de souvent le monde ? Ce qui n’est pas normal c’est le nom de ces collections et la façon dont on présente cette répartition des rôles et c’est ce que j’avais voulu dire dans mon article très maladroit. Je veux que les garçons puissent faire des choses dites « de filles » sans que cela ne nuise à leur sacro sainte virilité ! Mais je tiens à m’excuser encore fois de l’avoir dit de façon très maladroite.

      • 3 kleine grenouilles

        Pas de souci ! On ne peut être déçue que lorsqu’on est habitué à aimer ce qu’on lit…
        Je trouve par exemple que ces petits livres sont moins valorisants pour les filles car ils reproduisent les stéréotypes et n’ouvrent pas du tout l’esprit des enfants. Les filles sont présentées dans des rôles passifs ou liés aux animaux et aux enfants alors que les garçons sont présentés de façon active et volontaire.
        Rien que les titres sont révélateurs ! Les petites filles « jouent à », elles n’en sont donc pas capables, elles font semblant, alors que les garçons possèdent « la fusée de Noé », « la grue de Lulu ». Le garçon ne joue pas à soigner ses poupées, il est « le pompier » qui éteint un feu réaliste.
        Pour moi, c’est ça être féministe, c’est apprendre à mes enfants que toutes les voies leur sont ouvertes. Que si mon fils souhaite travailler avec des enfants, il le pourra et que si mes filles veulent être pilote de chasse ou championne de boxe, elles le pourront aussi. Que mon fils n’est pas autorisé à être bruyant et à vouloir passer avant ses sœurs parce qu’il est un garçon et que mes filles ne sont pas obligées d’être douces et calmes.
        Les enfants intègrent très vite le rôle social qui les attend. Je pose beaucoup de questions à mon fils sur ses sentiments, son ressenti car la société apprend trop tôt aux garçons à cacher leurs sentiments pour pouvoir être ces hommes forts qu’on leur donne en exemple. J’apprends à mes filles à être volontaires, à s’imposer car la société apprend trop tôt aux filles à ne pas se faire confiance, sur le plan intellectuel comme sur le plan physique.

        • petitsruisseauxgrandesrivieres

          En effet, apprendre aux filles à s’affirmer et à se défendre et aux garçons à s’exprimer et tempérer leur comportement sont les deux facettes de l’éducation anti-sexiste (terme que je préfère à éducation féministe, d’ailleurs).
          Pour mes deux petits garçons, je fais attention à ce que je leur lis. Comme toi ça me choque les collections « princesse » et « aventurier », je trouve ça débile.
          Après, force est de constater que dans les playmobils garçons et filles qu’ils ont à leur disposition (puisqu’on a eu avant un garçon et une fille, il y a de tout), leur préférence va aux playmobils chevaliers et à la grosse castagne !

        • Maman chamboule tout

          Je suis tout a fait d’accord avec ta vision du féminisme même si, comme Marie, je préfère le terme anti-sexisme. Je ne connais pas les éditions pour filles de ces livres, j’avoue que mon fils en a de la collection « petit garçon » et que la première chose que j’ai dite à son père en remarquant c’est que c’était bien dommage car je ne voyais pas pourquoi ces livres n’auraient pas pu s’adresser aux filles. Ce que je regrette beaucoup c’est que la plupart plaindront les fillettes stigmatisées comme des ménagères ou des princesses mais oublieront que même si la position du petit garçon leur semble plus enviable, il est lui aussi stigmatisé. C’est vraiment sur ce point la que je voulais mettre l’accent !

  • petitsruisseauxgrandesrivieres

    Moi je trouve dommage que tu aies supprimé ton billet. C’était une vision intéressante et qui sortait un peu du lot par rapport à tout ce que l’on lit qui est « consensuel » (j veux dire, tout le monde va plus ou moins dans le même sens). Tu n’as pas à t’excuser de penser ce que tu penses et de le dire. Tu disais que la femme et l’homme ont chacun leurs spécificités dans la relation à l’enfant et je trouve cela juste. En tout cas, à ta lecture je n’ai pas eu de doute en me disant « tiens, en fait elle est machiste ». Je sais bien que l’égalité homme-femme est primordiale pour toi. Sans doute juste le titre était sujet à controverses, mais pas le contenu.

    • Maman chamboule tout

      Merci Marie pour ton commentaire, je suis heureuse de voir que tu avais saisis le sens de mon billet malgré mes maladresses. En fait, je pense que je vais me laisser le temps de la réflexion et le réécrire en présentant les choses différemment car ce que je voulais dire j’y tiens !

  • Nanakie

    Oh là là, j’espère que mon commentaire ne t’as pas blessée ou vexée! Ça n’était pas du tout le but en tout cas ! Si c’est le cas je tiens à m’excuser des mots maladroits.

    J’avais bien compris que tu était évidemment pour l’égalité des sexes tout en reconnaissant une différence immuable entre hommes et femmes : en fait, tu es féministe !!
    Je déplore surtout le traitement médiatique réservé aux féministes, qui les tourne parfois en ridicule, (tout comme est (mal)traité l’éducation positive dans les média !) Cela donne une fausse image de « tout pouvoir aux femmes » qui n’est pas du tout le but.

    Peut être renommer ton billet en « ce qui me gêne avec le féminisme » ? Parce que ta réflexion de maman d’un petit garçon était très intéressante !

    • Maman chamboule tout

      Oh non je t’inquiète pas, j’ai bien senti que tu voulais apporter des prévissions concernant le féminisme et je ne l’ai pas mal pris du tout. Mais je me suis aperçue que j’avais mal formulé mes pensées grâce à ton commentaire notamment ! Du coup je pense que je vais le réécrire, car c’est un sujet qui me tient à cœur, mais de façon différente.

  • unbrindemaman

    VoIlà comment je procède : A chaque fois qu’un nouvel article qui m’interpèle arrive dans ma boite mail, je l’ouvre et le laisse de côté pour le lire quand j’ai un moment. Je viens de lire ton article et par chance celui d’avant était déjà ouvert ! J’ai donc pu le lire (en retard) alors que tu l’as supprimé.. Chouette. Moi je comprend à 100% chacun de tes mots. Je suis très sensible au respect des femmes. Mais la forme actuel de certains féminisme me gênent profondément. Je regrette que tu aies du supprimer ton article qui n’a rien de choquant. En tout cas tu restes dans la nuance et le bon sens, à partir de là je ne vois aucun problème à exposer tes idées.
    A très bientôt :*
    EM.

  • Workingmutti

    C’est vrai qu’il est difficile parfois d’exprimer le fond de sa pensée sans donner de manière incidente une idée qui n’est pas forcément la notre.

    C’est pour ça que je trouve qu’on ferait mieux de parler d’anti-sexisme que de féminisme. Faire que chacun puisse être égal sans tenir compte de son genre social. Aucun genre « ne vaut mieux que l’autre ». Ce sont les préjugés et les carcans qui ne valent rien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *