P'tits bouts de vie

Il faut tout un village pour élever un enfant

“Il faut tout un village pour élever un enfant”

Cette citation m’est revenue d’un coup, alors que nous sommes en vacances en famille. Je suis bien incapable de vous dire de qui elle est et dans quel contexte elle a été prononcée. Et faute de wifi et de réseau, je ne pourrais pas faire de recherches pour éclaircir ce mystère ! Ce billet sera donc écrit au ressenti, doigts de pieds en éventail au bord de la piscine. 

Cette citation ne m’est tout de même pas revenue en tête par hasard. Cela fait déjà une semaine que nous sommes en vacances dans la famille. Une première halte chez les grands-parents, une seconde chez les cousins de papa d’amour. Entouré des papis et mamies, tantes, oncles, cousins et cousines je ne peux que me rendre compte à quel point tout ce petit monde est nécessaire à l’épanouissement d’un enfant. Nous ne vivons plus en communauté, du moins pas dans nos pays occidentaux, et nous ne laissons plus non plus nos enfants courir les rues des villages et encore moins des grandes agglomérations (ce qui me paraît normal hein !). Nos vie de ne sont plus adaptées pour que tout un village élève un enfant et aujourd’hui je le regrette un peu (même si, avouons le, on aurait du mal à se réhabituer à vivre avec toute la smala). 

Depuis le début de ces vacances je vois notre fils vivre tranquillement sa vie, de bras en bras. Un grand-père qui lui apprend à pêcher, une cousine à danser, un oncle à jouer au ballon. Lorsqu’on vit en communauté l’ennuie semble banni de la vie de l’enfant qui trouve toujours un genou où s’installer, une oreille attentive à laquelle babiller, un cousin ou une sœur pour courir dans le jardin. Chacun a sa méthode pour s’occuper de lui et il s’enrichit de chaque contact. Bien entendu, lorsque la fatigue gagne la partie c’est dans mes bras et à mon sein qu’il vient se ressourcer, mais entre temps il échange et se construit aussi avec d’autres personnes. Et moi j’en profite pour bouquiner et rêvasser au bord de la piscine, et ça fait drôlement du bien…

Grâce à ces vacances en famille, je me rend compte que j’évoque souvent l’importance des parents pour un enfant mais que je n’avais jamais abordé celle du reste de l’entourage (qui peut englober tellement de monde : famille, amis, voisins…). Le petit enfant a soif d’apprendre et de découvrir et même si ses parents lui apportent énormément, il a aussi besoin de s’éloigner du cocon parental pour s’ouvrir à d’autres horizons, apprendre à échanger avec d’autres personnes. 

Chez nous, les parents s’occupent presque exclusivement seuls de leurs enfants lorsqu’ils ne sont pas au travail. Toute la semaine ils sont dans la recherche d’efficacité pour réussir à être à l’heure à la crèche, à l’école, au travail, tout en accomplissant les tâches domestiques du quotidien. Cela laisse souvent assez peu de temps à consacrer « vraiment » aux enfants. Le stress du quotidien amène facilement les adultes à crier et perdre patience. En étant secondé par tout le fameux “reste du village” on peut supposer que nous serions bien plus détendus et plus à même de profiter du temps passé en famille. 

Je sais que c’est un luxe difficile à s’offrir avec nos habitudes de vies modernes mais je crois sincèrement que nous ne devons pas oublier la richesse que procure aux enfants des échanges nombreux et variés avec l’entourage. 

Allez, on part en vacances en famille et entre amis ?

Suivez maman chamboule tout !

11 commentaires

  • Charlotte - Enfance Joyeuse

    Je suis totalement d’accord avec toi ! Un enfant apprend chaque jour au contact de toutes les personnes qui prennent soin de lui, même si c’est un instant fugace ! Et je comprends que tu aies cette phrase qui te sois revenue durant vos vacances en famille ! J’espère que vous en avez bien profité 😉
    A bientôt,
    Charlotte.

    • Maman chamboule tout

      Tu es bien placée pour le savoir car te dois le constater tous les jours dans ton métier ! Et oui, on a vraiment bien profité, d’ailleurs le retour à la réalité est un peu difficile…

  • petitsruisseauxgrandesrivieres

    Ce que tu dis est tellement juste ! Je regrette aussi que le mode de fonctionnement de notre société ait évolué au point que les enfants sont privés de cette liberté. La ville, de toute façon, n’est pas faite pour les enfants, et les enfants ne sont pas faits pour la ville. Beaucoup de parents seraient moins stressés, et beaucoup d’enfants seraient moins pénibles, s’ils pouvaient jouer dehors librement, et jouir de davantage de liberté, sous la surveillance de plusieurs adultes (même s’il ne faut pas idéaliser ce mode de fonctionnement au quotidien non plus)

    • Maman chamboule tout

      Je sais bien qu’il ne faut rien idéaliser mais j’ai des souvenirs d’enfance, en vacances en Corse, les enfants jouaient sur la place du village et les grands-parents, pas forcément ceux des enfants qui jouaient d’ailleurs, s’installaient pour discuter tout en nous surveillant et c’était tellement sympa ce mode de fonctionnement…

  • une mummy

    C’est marrant car la même phrase m’est revenue quand le RGO de Numérobis a commencé à compliquer le quotidien. Je suis seule avec mes deux enfants, Chéri ayant de grosses contraintes pro, et mon dieu que la solitude me pèse! Les grands-parents sont loin, idem pour les tontons et tatas. La vie occidentale nous a enlevé des valeurs familiales qui, là, me manquent considérablement. Elever un enfant demande énormément d’énergie et de soutien. Quand l’une vacille, l’autre arrive à la rescousse, dans beaucoup de parties du globe en tout cas. Comme tu le dis, c’est également important pour le développement de l’enfant, en plus.

    • Maman chamboule tout

      J’imagine à quelle point c’est difficile de se sentir isoler comme ça quand tu aurais tellement besoin d’un coup de main. J’aimerais que l’on retrouve une partie de ce mode de vie mais en tout honnêteté, serions-nous prêt à accepter aussi les contraintes qu’il engendre ? Je m’interroge…

  • Allegretto

    Cette phrase aussi m’a toujours parlée, et quand les enfants grandissent cela devient évident que les parents ne suffisent plus ! Les copains, les parents des copains sont vraiment indispensables pour que l’enfant voie d’autres façons de faire et qu’ainsi il se situe comme individu. Les vacances sont vraiment propices à de nouvelles rencontres !

    • Maman chamboule tout

      C’est vrai que plus les enfants grandissent et plus ils s’ouvrent au monde… ils ont besoin de nouvelles expériences ! J’espère savoir lui offrir ça au quotidien quand il grandira, grâce aux amis et la famille qui n’est pas trop loin !

  • 3 kleine grenouilles

    Je suis parfois nostalgique de mon enfance à la campagne, d’avoir grandi dans un petit village où tout le monde savait de qui j’étais la fille. Je me demande aussi comment serait ma vie si mes frères et sœur et moi étions restés vivre dans notre région ou si nous étions restés à Paris où nous avons tous vécu.
    Nous aimons passer des vacances ensemble, même si nous ne réussissons qu’un Noël tous les deux ans à être vraiment tous ensemble en même temps. Les vacances entre amis, c’est vraiment chouette aussi.

    • Maman chamboule tout

      Je comprends ta nostalgie… je crois qu’inconsciemment j’ai aimé la maison que nous avons acheté aussi parce qu’elle se situe dans un village et qu’il est facile de connaître ses voisins… je pense que je recherche ce que tu décris de ton enfance !