Faire confiance à son bébé, une évidence ?

la confiance en son bébé

Faire confiance à son enfant, n’est-ce pas l’un de fondement de l’éducation bienveillante ? Et pourtant, dans notre société ou tout est programmé, y compris les heures auxquelles bébé doit manger, quelles quantités il doit manger et le poids qu’il doit prendre à la semaine près, pour la plupart des parents ce n’est plus inné de lui faire confiance pour savoir quels sont ses besoins et comment les satisfaire.

Cette prise de conscience, c’est à ma merveilleuse sage-femme que je la dois. Ayant pondu un petit gabarit, un jour ou je m’inquiétais de sa prise de poids, elle m’a dit cette phrase toute simple : “faites confiance à votre bébé, il sait ce dont il a besoin et il sait également vous le faire comprendre.” Je suis donc rentrée chez moi avec cette jolie phrase à méditer, et là, paf, grande claque, révélation, cette phrase s’est tout à coup mise à faire sens dans mon esprit.

En effet, en France, et je pense, de manière générale dans les pays occidentaux, nous avons beaucoup trop tendance à sous estimer nos bébés. Nous les considérons comme des êtres fragiles ne sachant pas encore ce dont ils ont besoin pour grandir et être en bonne santé. Des tas de scientifiques ont donc écrits des tas de manuels afin de nous enseigner comment bien nous en occuper. Combien de temps laisser entre deux tétées ou deux biberons, quel poids l’enfant doit prendre sous peine de se voir administrer des biberons de compléments, … Comment et quand coucher l’enfant, et j’en passe. Nous nous sommes donc habitués, sans même nous en rendre compte, à appliquer tous ces “principes” en considérant que c’est comme cela que l’on doit faire, oubliant ainsi d’écouter notre instinct.

En y réfléchissant, cela me paraît complètement fou d’imaginer qu’il puisse exister des règles universelles applicables à tous les bébés. Personne n’oserait mettre en doute le fait que chaque adulte est différent et sait ce dont il a besoin. Alors pourquoi les bébés seraient-ils tous conçus sur le même modèle et auraient-ils tous les mêmes besoins au même moment ?

Les bébés étant des êtres humains à part entière, ils sont donc tous différents. Mon petit gabarit allaité prend donc moins de poids qu’un plus gros gabarit au biberon mais cela ne l’empêche pas d’être en parfaite santé et d’apprendre des quantités de choses chaque jour. Il mange quand il a faim et les quantités dont il a besoin. L’allaitement est d’ailleur un premier pas vers la confiance en son enfant. On ne peut pas quantifier ce qu’il a bu, on ne peut que lui faire confiance.

Nous vivons dans une société où il est souvent question d’autonomie. Comment permettre à son enfant d’être autonome le plus vite possible est un sujet récurrent des magazines d’éducation. Mais n’y a-t-il pas un énorme fossé entre vouloir rendre son enfant autonome mais ne pas lui faire confiance pour satisfaire ses besoins primaires ?

Cette phrase m’a donc beaucoup marqué, j’ai réalisé l’importance de faire confiance à son enfant pour avancer ensemble. Cela peut paraître tout bête mais je pense que cette prise de conscience a été l’un de mes premiers pas vers une considération différente de la parentalité.

Et c’est au moment où j’écris cet article (sans trop savoir où je vais, soit dit en passant…) que j’attaque la lecture d’un passage du livre de Céline Alvarez, Les lois naturelles de l’enfant, portant justement sur le thème de l’autonomie. Et bien, sachez qu’un enfant auquel on aura fait suffisamment confiance pour le laisser se débrouiller seul et gagner en autonomie développe beaucoup mieux ses fonctions exécutives qu’un enfant auquel ses parents auront tout fait. Pour rappel, ou pour ceux qui n’ont pas encore lu cet excellentissime ouvrage, il s’agit des “compétences cognitives qui nous permettent de fonctionner”. C’est à dire la mémoire du travail permettant de se rappeler d’une information à court terme mais également de la capacité à se contrôler, à se concentrer et à détecter ses erreurs pour mieux les corriger. Bien sûr, cette petite explication n’est qu’un grossier raccourci et je vous invite à lire son livre.

Pour conclure, je dirais donc que cette confiance si importante que l’on ne doit pas oublier de donner aux enfants est la base de leur autonomie. En la leur accordant nous leur permettons de déployer leurs petites ailes et de s’envoler vers la découverte du monde car cette confiance que nous leur offrons est aussi le fondement de leur propre confiance en eux !

Suivez maman chamboule tout !

2 Comments

  1. Ces tas de manuels et diverses préconisations mettent une grosse pression sur les papas et mamans d’amour dont le petit bout ne prend pas les quantités normées. Et puis, à un moment, que ce soit au sein ou au biberon, nous lâchons prise sur ces « fameuses » données. C’est ce lâcher prise qui nous permet de faire confiance à notre bébé. Notre petit bout sait ce dont il a besoin, quand il a besoin et en quelle quantité.

    • Maman chamboule tout

      27 mars 2018 at 21 h 17 min

      Tu as complètement raison, à un moment il faut lâcher prise et simplement écouter notre bébé ! Les auteurs des manuels ne connaissent pas nos bébés…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *