P'tits bouts de vie

Et voir l’accouchement autrement…

L’acte médical qu’est devenu l’accouchement

Dans notre société, l’accouchement est généralement perçu comme un acte médical. Ce n’est pas anodin si beaucoup de femmes vous parlent de la sage femme ou du gynécologue qui les a accouché, et inversement d’ailleurs. En France, la plupart des accouchements se déroulent à l’hôpital où en clinique, bien souvent sous péridurale. Cette façon de faire est particulièrement bien ancrée dans les esprits. Essayez de parler un peu autour de vous d’accouchements différents, en maisons de naissance voir même à domicile et vous verrez les réactions. La plupart du temps la réponse est « mais tu es folle, c’est super dangereux ». En vérité, de plus en plus de pays pratiquent les accouchements à domicile, sous contrôle médical, celui d’une sage femme en générale. Les chiffres de ces pays en matière de mortalité maternelle et infantile sont plus bas que les nôtres. Ça pousse à réfléchir non ?

 

Cela dit c’était aussi mon avis

Pour être honnête, moi la première, je trouvais ça complètement dingue de vouloir accoucher différemment avant de devenir maman. Avant ma grossesse, l’accouchement était quelque chose que je trouvais particulièrement effrayant. Je m’étais même déjà demandé si il ne valais pas mieux une césarienne qu’une naissance par voie basse, c’est dire que je reviens de loin en matière de conception de l’accouchement.

 

Mais seuls les imbéciles ne changent pas d’avis

Et puis, je suis tombée enceinte après une GEU qui m’a enseigné le prix de la vie. Ma vision des choses à commencé à changer, doucement. Ma merveilleuse sage-femme y est également pour beaucoup dans cette évolution. Grâce à ses explications et sa foi en la capacité des femmes à mettre leur enfant au monde, j’ai commencé à comprendre que l’on pouvait être actrice de ce moment si particulier, et non pas seulement une spectatrice se faisant accoucher. J’ai compris comment le corps de la femme fonctionne, quels mécanismes se mettent en place au moment de la naissance. Bien entendu, j’ai souhaité accouché à l’hôpital, je n’étais pas prête à considérer d’autres possibilités. Mais c’était tout de même une belle avancée ! Le plus étonnant, c’est que plus la date fatidique approchait, plus j’étais détendue. Je souhaitais toujours accoucher sous péridurale mais j’avais envie de vivre pleinement ce moment et de ressentir les sensations folles que génère la venue au monde d’un enfant.

 

Pour la petite histoire…

Un jour, presque 1 mois avant mon terme, j’ai commencé à avoir des contractions. C’était en pleine nuit, un samedi soir, et nous étions à 250 km de chez nous en week-end chez des amis. Papa d’amour et nos amis étaient un peu inquiets lorsque nous avions fixés la date mais moi, naïve, je pensais qu’il restait du temps ! N’entend-t-on pas souvent que les premiers mettent du temps à venir ? Ça c’est comme tous les autres conseils de tatie Jeannette, just bullshit !

Bref, je n’ai rien dit, la journée du dimanche a été plus calme, sauf le retour en voiture. La nuit du dimanche au lundi les contractions ont repris de plus belle. Le lundi matin j’en étais à une toutes les 7 –  8 minutes, l’après midi toutes les 5 minutes et à 18h toutes le deux minutes (voir moins). A ce moment là, papa d’amour et mon grande amie B venue boire un thé, ont commencé à s’inquiéter et à se dire qu’il fallait peut être prendre tranquillement le chemin de la maternité. J’ai obtempéré à contrecœur. Tout ce branle bas de combat pour quelques petites contractions, si loin du terme, il n’y avait sûrement pas de raison de s’alarmer. Mais j’ai tout de même fini par aller préparer mon sac de maternité avec B pendant que papa d’amour aller déposer grande Ju chez sa maman. Oui, détendue la fille, je m’étais dis que je le ferais deux semaines avant le terme afin qu’il ne traîne pas au milieu de la chambre inutilement.

Finalement, nous sommes arrivés à la maternité à 20h. Et, à ma plus grande stupéfaction, la sage-femme des urgences gynécologiques m’a dit « c’est pour cette nuit ». Et moi j’ai répondu « mais c’est pas possible, j’ai pas encore lavé la turbulette ! » oui, j’ai le sens des priorités, c’est indéniable.

A 23h26 la sage-femme déposait bébé Lu sur ma poitrine. Après quelques complications de fin de parcours en raison du cordon que mon fils avait pris pour une écharpe, ralentissant ainsi son rythme cardiaque, et une épisio, il était bel et bien là, sur moi, en train de téter goulûment. Je l’avais fait ! Certes, j’avais passé les deux dernières heures sous péridurale et la douleur était donc inexistante.

 

Et maintenant alors, qu’est ce qui a changé ?

J’ai ainsi réalisé qu’une femme a la puissance de mettre son enfant au monde comme une grande.

Je considère l’accouchement comme un acte naturel et non plus forcément médical. Je suis consciente qu’en cas de grossesse à risque, et/ou de problème de santé particulier, l’hôpital assure la meilleure sécurité possible, bien entendu. Mais j’ai aussi compris que les accouchements peuvent se dérouler différemment, dans un environnement doux et familier à la maman, dans une ambiance de confiance en elle et en ses capacités.

Aux États-Unis, une étude a mis en avant le fait que les femmes qui accouchaient dans la confiance, accompagnées pour ce faire par une doula, réduisaient la durée de leur travail de façon significative mais aussi les risques d’instrumentalisation de l’accouchement et de césarienne.

Je pense sincèrement qu’il est urgent que le regard porté sur l’accouchement évolue. Les progrès médicaux sont une énorme avancée, c’est certain. Mais l’accouchement est avant tout un acte naturel dont toute femme en bonne santé est capable sans intervention médicale. Accoucher ce n’est pas être malade, c’est donner la vie et c’est naturel. J’ai mis du temps à le comprendre mais maintenant que j’ai franchi ce cap, j’ai envie d’en parler autour de moi et peut-être sait-on jamais, de planter quelques graines qui permettront à d’autres d’évoluer.

Et vous, quel est votre point de vu sur l’accouchement ? Pensez-vous qu’il est temps de faire un peu beaucoup bouger les choses ?

Suivez maman chamboule tout !

22 commentaires

  • 3 kleine grenouilles

    Mes trois enfants sont nés dans la même maternité, avec un service de néonatalogie. C’est une maternité plus petite que celle de l’hôpital universitaire, plus « familiale » et cela nous convenait parfaitement.
    J’ai des amies qui ont accouché à la maison ou en maison de naissance et honnêtement, ça ne me faisait pas du tout envie. Je voulais avoir la sécurité de l’hôpital au cas où mon bébé ou moi aurions eu besoin de soins immédiats. Je n’aurais pas voulu accoucher chez moi, je ne me serais pas sentie à l’aise de vivre ce moment extraordinaire dans l’ordinaire de mon appartement.
    Pour mon grand, j’ai eu la péridurale après six heures de travail et ça a été un vrai soulagement. Pour les deux filles, j’ai accouché sans péridurale (ce n’était pas une décision, ce sont les circonstances qui ont fait que cela s’est passé ainsi).

    • Maman chamboule tout

      Ton commentaire met en avant le fait que je pense ne pas avoir assez bien précisé que ce qui me gêne c’est la considération de l’accouchement comme un acte médical et non, au final, l’endroit où il se déroule. J’ai également accouché dans une petite maternité et j’ai été ravie ! Le côté cocooning et rassurant était ce dont j’avais besoin. Pour autant, j’aimerais que ça ne soit pas la seule possibilité pour les femmes qui souhaitent faire autrement. Je pense qu’en France les mentalités ont vraiment besoin d’évoluer à ce niveau là ! Niveau péridurale je t’avoue que j’étais à 300% pour avant… et puis, après quelques recherches, je me suis aperçue qu’elle pouvait engendrer quand même des gros problèmes. Du coup je pense que si c’était à refaire j’essaierai sans, mais je ne garantie pas que je ne finirais pas par la réclamer en suppliant 😂

  • Charlotte - Enfance Joyeuse

    Comme tu le sais, je partage ton point de vue !
    J’espère que bientôt, les choix de chacune (qu’il s’agisse d’un accouchement médicalisé ou non) et leurs projets de naissance pourront être respectés sans jugement.
    J’espère que les femmes pourront choisir librement le lieu où elles souhaitent accoucher (en hôpital ou à domicile).
    J’espère que les doulas seront bientôt reconnues à leur juste valeur et acceptées dans les lieux de naissance par chacun du moment que le couple désire sa présence.
    Bref, j’en espère des choses et je suis certaine que petit à petit, nous y arriverons !
    Il me tarde de te faire le retour de la conférence de Michel Odent qui traitera justement de tous ces sujets 😉
    A bientôt,
    Charlotte.

    • Maman chamboule tout

      Oui je sais que nous avons le même point de vu Charlotte 😉 et c’est important d’espérer ! Et à force de planter des petites graines par-ci et par-là j’espère que les femmes réaliseront qu’elles ont le choix et que la mentalité des hôpitaux évoluera aussi…

  • Pachamaman

    Coucou ! Et bien on dirait que ton accouchement a été rapide ! Pour moi, environ 28h à partir des premières contractions, mais les six dernières heures sous peri car je n’en pouvais plus… Je ne me rappelle pas avoir senti mon bébé passer, j’ai senti une forte envie de pousser et c’est tout ! Au départ je pensais que je pouvais aller vers un accouchement naturel, je m’étais beaucoup informée mais je n’ai pas réussi à gérer les contractions vers la fin… Je ne m’attendais pas non plus à ce que ça dure si longtemps, donc il y a un sentiment bizarre qui reste, un peu comme si je ne me sentirai jamais capable d’accoucher sans anesthésie… mais qui sait ce qui peut arriver. En tout cas quand je lis des témoignages de maman qui accouchent sans peri ou à domicile j’en ai des palpitations ! C’est super fort émotionnellement. Je pense que les choses sont en train de changer, mais que vaut Vraiment mon avis ? Il y a beaucoup de femmes qui vivent mal leur accouchement à cause justement de l’aspect médicalisé, alors c’est dur à dire que les choses vont mieux, et le jour où on n’aura plus besoin des hôpitaux pour accoucher n’est pas encore prêt d’arriver 😅 en revanche je crois quand même que les hôpitaux font des efforts pour que tout se passe au mieux pour les mamans.

    • Maman chamboule tout

      Au final entre mes premières contractions et la naissance de mon fils il s’est passé presque 48 h. Les premières 24 h ça n’était pas continue mais les secondes c’était d’abord toutes les dix minutes et ça a été crescendo. Le truc c’est que j’arrivais très bien à gérer les contractions (on est pas toutes égales devant la douleur et je sais que la position du bébé joue beaucoup également). Je pense qu’il ne faut pas non plus voir l’accouchement sous péridurale comme un échec, c’est aussi un bon moyen de soulager les femmes. Je crois juste qu’elles devraient être mieux informées des risques et que leur choix devrait être pris en considération. En fait il faudrait surtout qu’elles sachent qu’elles ont le choix !

  • Dinde De Toi

    Je me souviens encore avec émotion, le coeur tout serré de bonheur, lorsque j’ai eu la péridurale. J’ai eu tellement mal que jamais je n’aurais l’idée d’accoucher ailleurs que dans une structure où elle est disponible. Ma mère a adoré son accouchement sous morphine à l’hôpital et a détesté celui à la maison où elle a hurlé pendant des heures 😂😂. Idéalement il faut que chaque famille peut avoir plusieurs options d’accouchement : chez soi, à la maternité, en maison de naissance.

    • Maman chamboule tout

      J’adore la façon dont tu racontes cette émotion 😂
      En soi je pense que si la péridurale est souhaitée et que la patiente est informée des risques c’est un bon outils. Ce que je trouve regrettable c’est que ce soit avant tout un outils dont se sert le personnel soignant pour gérer les accouchements sans proposer d’autres alternatives à celles qui le souhaitent.

  • Docteur Mamangue

    Complètement d’accord avec toi et les commentaires précédents. A quand un vrai choix pour les femmes et les couples ? L’idée n’est pas d’accoucher à tel ou tel endroit mais d’avoir le choix en fonction de ses envies, de ses croyances, des risques particuliers de la grossesse….

    • Maman chamboule tout

      Oui c’est vraiment ce que l’on pourrait imaginer de mieux. Plusieurs propositions et le respect des choix du couple !

  • une mummy

    Tout pareil que toi! Avant, l’accouchement tel qu’il est pratiqué de nos jours ne me choquait pas. Puis j’y suis passée: 4h de travail en tout pour un premier bébé, 1h de vraie douleur, zéro péridurale, zéro injonction à pousser, je me suis débrouillée seule. Arrivée à la maternité, j’étais en fin de travail et ça n’a duré que 20 minutes sur place. Je suis certaine qu’avoir fait le gros du travail chez moi, au calme, en sécurité, a contribué à son étonnante rapidité. Je regrette que les salles natures, maisons de naissance, SF qui accouchement à domicile soient encore en marge. C’est tellement plus naturel et sain!

    • Maman chamboule tout

      Tu as vraiment eu un chouette accouchement ! J’ai eu l’impression que le mien allait vite, mais au final c’est surtout parce que j’ai attendu longtemps avant d’aller à la maternité. Je pense en effet que ce n’est pas sain de ne pas reconnaître aux femmes leur potentiel à accoucher seule, peut être qu’un jour les choses changeront… en tout cas j’espère que ton second accouchement se passera aussi bien que le premier !

  • petitsruisseauxgrandesrivieres

    Je partage ton avis au sujet de la surmédicalisation de l’accouchement. Cela dit, avant d’avoir accouché on ne peut jamais savoir comment on va réagir, et je crois que je serais morte de douleur si j’avais du accoucher chez moi. L’idéal pour moi serait des salles de naissance avec une ambiance comme à la maison, dans l’enceinte des maternités, et un transfert rapide possible en cas de péridurale ou souci médical.
    Une de mes amies a failli mourir après son premier accouchement (son utérus ne se rétractait pas et elle s’est vidée de son sang). Heureusement qu’elle accouchait en hôpital. Cela m’a rendu très prudente sur les AAD. Si tout va bien, c’est génial, si ça se passe mal, ça peut être très rapidement une catastrophe. Tout n’est pas prédictible durant la grossesse.

    • Maman chamboule tout

      Je comprends ton point de vu, on ne peut pas tout prévoir, on ne sait pas à l’avance comment se passera une grossesse ou un accouchement. Mais c’est le cas d’à peu près tout dans la vie, il y a toujours un risque et même à l’hôpital il est bien présent, même si j’ai l’impression qu’on chercher à nous le faire oublier…. je crois que l’idéal serait que toutes les possibilités soient prises en compte et que les couples puissent choisir en fonction bien entendu de leur état de santé également.

  • Constance

    Après une péri surdosée et une fin d’accouchement trop passive (et maivaise pour le bébé) pour mon premier, j’ai expérimenté un accouchement totalement physio (et rapide) pour mon 2e que j’ai adoré, au point d’envisager pour ma 3e grossesse actuelle un accouchement en maison de naissance, mais la tête de mon mari quand je l’ai évoqué m’a refroidie (il a quand même son mot à dire, il aura une situations tressante à gérer lui aussi). Finalement, je reste sur une maternité classique (mais « amie des bébés » quand même) pq je ne me voyais pas rentrer chez moi juste après la naissance, j’apprécie les quelques jours à la maternité pour fzire transition, surtout avec 2 enfants déjà à la maison et le quotidien qui va donc forcément vite reprendre le dessus!
    En tout cas vive les positions antalgiques naturelles, qui permettent à la maman d’être active comme tu le dis et de ressentir ce dont son corps a besoin!

    • Maman chamboule tout

      En effet, je comprends que le retour rapide à la maison puisse être un frein aux accouchements en maison de naissance, je ne l’avais pas envisagé. Je pense que les maternités amies des bébés sont déjà une très belle avancée en matière de respect de la mère, de l’enfant et de leurs besoins.

  • Maëliss Doula

    Merci beaucoup pour ton témoignage qui contribue vraiment à ce que je ressens comme nécéssaire: voire autrement la naissance! Allez, zou, je le partage avec plaisir! <3

    Et en plus, tu parles des doulas…. MERCI! 😀

    • Maman chamboule tout

      Oh merci beaucoup pour ce partage ! J’ai énormément de considération pour les doulas, je trouve ce métier magnifique ❤️

  • WorkingMutti

    Lors de ma première grossesse, pour moi l’accouchement devait absolument être hypermédicalisé. Les césariennes c’est cool, comme ça on a pas mal.

    Et puis, pour ma 2e grossesse, j’ai totalement changé d’avis, je voulais un accouchement naturel, si possible faire une grosse partie du travail à la maison. Sauf que … mon corps est incapable d’accoucher et on a tous fini en césarienne en grande urgence alors que l’équipe avait vraiment tout fait pour que la tentative de voie basse aboutisse.

    Pour cette dernière grossesse, je devrais, à moins d’un miracle, repasser sur le billard. Je rêve d’un accouchement inopiné, à la maison. Je supporte bien la douleur donc ce serait possible sans que je m’ouvre moi-même le bide avec un couteau de cuisine pour la faire sortir plus vite XD. Mais je sais que mon corps a été incapable d’accoucher. Dans la plupart des cas, le corps des femmes a cette puissance, mais malheureusement, pas toutes … Le problème, c’est que pour une première grossesse, on ne sait pas dans quel groupe on se place et ça peut rendre un peu dangereux un AAD .

    • Maman chamboule tout

      Je comprends ton point de vu et c’est vrai que ton cas est assez particulier. C’est bien pour éviter une grosse partie des risques que dans les pays où l’AAD est couramment pratiqué il l’est sous contrôle médical. Ma sage-femme m’a un jour raconté qu’aux Pays-Bas les sage-femmes prévenaient le SAMU à chaque début d’AAD pour qu’il se tienne prêt à intervenir en cas de soucis. Malgré tout je reste persuadé qu’être chez soi avec des gens qu’on aime et en qui on a confiance, si c’est l’accouchement dont on a envie bien entendu, peut-être bénéfique pour le bon déroulement de celui-ci.

  • Nanakie

    Je me reconnais dans la peur panique d’accoucher que j’avais, il y a fort longtemps!
    Durant ma grossesse je me suis préparée à écouter mon corps, rester longtemps à la maison, ne pas prendre la péri …. et et et …. mon corps n’a jamais voulu accoucher :/ J’ai donc été déclenchée, avec ce que ça entraîne de médicalisation…. une vraie déception.
    Aujourd’hui l’AAD est un rêve pour moi 😍 !

    • Maman chamboule tout

      Je comprends ta déception, quand on s’est préparé très fort à une situation et que la vie en décide autrement ce n’est pas toujours facile à accepter. Je te souhaite vraiment de le vivre un jour pour réaliser ce rêve, qui sait, il parait qu’en y croyant très fort on fait déjà la moitié du boulot !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *