P'tits bouts de vie

Et si tout n’était qu’une question de point de vu ?

C’est LA question que je me suis posée ce matin en me réveillant, oui parfois ça me prend, j’ai des interrogations existentielles…

J’ai regardé mon fils encore endormi contre son papa, ils étaient tellement beaux tous les deux comme ça… Et je me suis rappelée… je me suis rappelée qu’il y a moins de 2 ans je trouvais ça dingue les gens capables de tolérer que leurs enfants dorment avec eux. Quel laxisme, quel manque d’autorité ! Et les enfants qui ne mangent pas de tout, non mais franchement, on ne peut pas céder comme ça ! Et les enfants qui font des « caprices », et les enfants qui…

Et alors, j’ai réalisé qu’en fait tout (ou presque) dans la vie est une question de point de vu. Avant je voyais des problèmes là où, aujourd’hui, je vois des solutions.

Dormir avec son enfant m’apparaissait comme un problème à résoudre (et les parents incapables d’y remédier comme des parents laxistes). Maintenant je considère que dormir avec son enfant est une solution ! Une solution pour que tout le monde soit en forme et de bonne humeur le lendemain, pour que nos jolis moments en famille ne soient pas entachés par la fatigue et que nos journées de travail ne soient pas trop pénibles. Bien entendu je ne dis pas que c’est LA solution universelle mais ça en est une et elle nous convient.

 

Avant je pensais qu’un enfant devait manger de tout, proprement et sans râler.

diverisification alimentaire

Maintenant j’ai compris qu’un enfant n’a pas forcément faim lorsqu’on le met à table (un peu comme nous en fait). Ses goûts sont particulièrement fluctuant et on ne peut pas, de toute façon, le forcer à vider son assiette si il n’en a pas envie, à moins d’utiliser un entonoire spécial gavage d’oies. Alors je ne dis pas que c’est l’éclate d’avoir un enfant qui ne mange jamais les mêmes quantités et qui adore un aliment le lundi et le recrache le vendredi, mais je n’y peux rien, par conséquent ce n’est pas un problème si pour l’instant il n’y a pas de solution ! On tente de le faire goûter et tant pis si il ne finit pas son assiette. Et l’avantage des enfants toujours allaités c’est que je sais, de toute façon, qu’il aura les apports nécessaires, parce qu’il ne mange pas toujours « bien » mais niveau toutouille y’a pas de problème !

Avant je pensais qu’un enfant ne devait jamais faire de “caprice”.

Maintenant j’ai compris qu’un enfant est un enfant, qu’on ne peut pas lui demander d’agir comme un adulte. Il n’a pas encore la capacité de le faire, tout simplement. Son cerveau n’est pas prêt, il est en construction, et ce pour longtemps ! Comprendre cela m’a permis de réaliser qu’on a souvent des attentes en incohérence totale avec l’âge de nos enfants et donc qu’il n’y a pas spécialement de problème lorsque nos rejetons n’agissent pas comme on le souhaiterait.

Des “avant je pensais”, je pourrais vous en écrire des milliers mais ma fabuleuse évolution en matière d’éducation (j’ai bien le droit de me lancer des fleurs de temps en temps) n’est pas le sujet de ce petit billet. Ce que j’avais envie de mettre en lumière aujourd’hui c’est tout simplement qu’en matière de parentalité et d’éducation, comme dans beaucoup d’autres domaines, les choses sont souvent bien plus simples que ce qu’elles semblaient être au premier abord. Il suffit finalement, souvent, d’écouter son enfant et son instinct, de laisser tomber les principes qui ne nous tiennent pas vraiment à cœur mais qu’on avait juste parce que « c’est comme ça qu’on fait » a dit tatie Jeannine. Se concentrer sur l’essentiel et se demander si, finalement, ce que l’on considère comme un problème en est-il vraiment un ?

Et vous, avez-vous changez de point de vu ? Remarquez-vous qu’en changeant de point de vu on est souvent plus serein ?

 

Suivez maman chamboule tout !

12 commentaires

  • Charlotte - Enfance Joyeuse

    C’est un joli billet qui met en évidence tous les bouleversements que la maternité provoque… Des changements de point de vue j’en ai régulièrement : en observant les enfants, en lisant un livre, en discutant avec des parents… Ça provoque généralement des remises en question chez moi.. Et je me sens, en effet, bien plus sereine après… 🙂
    A bientôt,
    Charlotte.

    • Maman chamboule tout

      Tu as raison, la lecture peut aussi facilement provoquer des changements de point de vu… et comme tu le souligne si bien on est plus serein après !

  • 3 kleine grenouilles

    En devenant parents, on se rend compte que le quotidien peut être différent de ce à quoi on s’attendait. Je trouve que l’évolution est encore plus visible à chaque nouvel enfant dans la famille car on se rend compte qu’avec les mêmes parents et globalement les mêmes principes d’éducation, chacun a sa personnalité et ses goûts. Mon aîné adorait être dans le manducca, on l’a porté pendant des heures et des heures. Ma cadette et ma benjamine ont aimé les premiers mois mais à partir de six mois, ce n’était clairement plus du tout leur truc. L’aîné et la benjamine se calment très vite si on les prend dans notre lit, la cadette, par contre, ça lui donne envie de nous raconter sa vie, même s’il est 3h du mat’ et elle met ensuite au moins deux heures à se rendormir alors que si on s’allonge avec elle dans son lit, elle se rendort très vite. Etc. etc.

    • Maman chamboule tout

      Je ne sais pas ce que c’est que d’avoir plusieurs enfants mais ce que tu me dis me parle car je viens d’une famille nombreuse. En effet, nous avions tous eu une éducation similaire mais nous sommes tous différents !

  • Workingmutti

    La maman que je suis devenue aurait une grosse envie de mettre des baffes à la jeune femme que j’ai été sur ces questions XD. Je ne lancerais plus de regards noirs à la maman qui n’arrive plus à calmer bébé dans le train. Je ne dirais plus que les parents qui n’arrivent pas à faire finir leur assiette à leurs enfants sont laxistes. Il faut vraiment le vivre pour le comprendre je pense. Mais dans notre société, on se croit légitime à juger beaucoup de choses sur lesquelles finalement on y connaît pas grand chose.

    • Maman chamboule tout

      Ça me fait sourire de te lire car en effet j’aurais envie de secouer celle que j’étais ! Mais celle que j’étais n’était pas encore apte à comprendre celle que je suis devenue…

  • une mummy

    Tout pareil! J’étais très imprégnée par l’éducation que j’avais reçue: ferme, exigeante, peu empathique… Puis je suis devenue maman et me suis interrogée sur ce que je voulais vraiment pour ma fille. J’ai cessé tout jugement et me suis contentée de faire mes propres choix en mon âme et conscience, et d’essayer de comprendre ceux qui divergent des miens. J’ai lâché énormément de lest sur les pseudo « caprices » en lisant Guegen et le développement cérébral de l’enfant. J’ai lâché sur la nourriture en ayant une petite fille atteinte de SDS. J’ai lâché sur la fermeté en ayant une enfant hypersensible. J’ai écouté mon coeur et tout le monde s’en porte bien!

  • Nadine

    J’avoue moi aussi que j’ai beaucoup évolué. Celle que j’étais quand j’ai eu mon premier enfant n’est plus la même. J’ai souvent trébuché, je me suis relevée et de ces échecs j’en suis sortie grandie. Chaque enfant étant unique, il faut savoir s’adapter. Mes trois enfants m’en apprennent tous les jours. De la phase du jeune adulte, en passant par l’adolescente et en finissant par mon petit bonhomme de presque 7 ans, c’est pas souvent évident mais tellement enrichissant. Mais je suis fière de leur avoir donné la sécurité dont ils avaient besoin pour avancer.

    • Maman chamboule tout

      Tu as raison, on sort grandit de chaque difficultés rencontrées et on réalise aussi que même si ce n’est pas toujours simple on a parcouru du chemin !

Répondre à Maman chamboule tout Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *