cododo
P'tits bouts de vie

De l’importance du cododo en Occident

Le cododo est une pratique courante chez nous. Pour plein de raisons, principalement assouvir notre besoin de sommeil, notre fils finit sa nuit dans notre lit. je ne reviendrais pas sur les avantages de cette pratique et les raisons qui nous y ont poussé car j’avais déjà largement développé le sujet ici

cododo

En revanche, je n’avais pas spécialement abordée le côté affectif de cette pratique. 

Lorsqu’à l’âge d’environ 10-11 mois petit Lu s’est mis à finir presque systématiquement ses nuits dans notre lit, il s’est passé quelque chose de particulier pour lui mais également pour moi. Je ne l’ai pas réalisé de suite mais avec quelques semaines de recule j’ai remarqué qu’il m’était beaucoup moins difficile de le laisser à la crèche. Je culpabilisais moins de ne pas avoir pu prendre de congé parental, je passais des journées à peu près sereines au travail. Même si je pensais toujours beaucoup à mon bébé, je n’avais plus les larmes aux yeux à l’idée qu’il était à la crèche au lieu d’être avec moi. 

C’est, étrangement (ou pas), la période à laquelle mon fils s’est enfin adapté à la crèche. Il y a allait lui aussi avec le sourire et passait de bonnes journées. Je ne le récupérais plus en pleures le soir et comme tout bon cercle vertueux cela m’aidait aussi à aller mieux.

De ce constat de l’amélioration de notre bien être suite à ce changement dans notre mode de vie, une conclusion s’est imposée d’elle même :

le cododo nous permet, en quelque sorte, de compenser le manque ressenti dans la journée. 

 

Dans notre société occidentale où les deux parents travaillent généralement, combien de temps passe-t-on réellement avec nos enfants ? Si le sujet vous intéresse, To Be Mummy en parle très bien par ici.

Je commence à 8h30 (je pars de chez moi à très précisément 8h23) et je finis à 17h. Je suis devant la crèche à 17h20-25, le temps de laisser ma voiture à la maison et d’y aller à pieds afin qu’on puisse profiter du retour pour se promener et prendre notre temps. J’ai la chance d’avoir des horaires fixes assez agréables et très peu de temps de trajet. Malgré tout, je suis absente 5 jours par semaines, environ 9h par jour. Durant ces 9 heures la, mon fils grandit et évolue sans moi. Je ne partage pas ses progrès et ses acquisitions, ses joies et ses peines. Quand on fait le calcul il ne nous reste qu’environ 3 h le soir à passer ensemble. Et pourtant j’ai conscience d’être chanceuse de les avoir, ces 3 h. Que l’on puisse traîner au parc après la crèche au moindre rayon de soleil, que l’on prenne le temps de jouer dans le bain et de préparer le dîner ensemble. Que l’on prenne le temps tout court, durant ces 3 h. Et pourtant, je sais que ce n’est pas assez, quelque chose cloche dans le fait qu’il passe plus de temps sans moi qu’avec. En dormant ensemble une bonne partie de la nuit j’ai l’impression qu’on compense tous. Je sais que nous dormons et que ce n’est pas un moment de partage actif, mais on dort les uns contre les autres, c’est tout doux de sentir sa petite tête contre nous, même papa d’amour l’avoue… quand petit Lu s’installe carrément sur lui dans son sommeil il craque ! C’est vrai que parfois j’aimerais une nuit sans aucune interruption ni pieds dans figure, malgré tout je le sens, ce système nous est bénéfique.

Tout ce cheminement dans mon petit cerveau m’amène à me demander si, dans nos pays occidentaux où l’on vit à 100 à l’heure, le cododo ne serait pas encore plus important qu’ailleurs ?

 

Et de votre côté, des raisonnements similaires ? Racontez-nous tout en commentaire !

 

 

Suivez maman chamboule tout !

5 commentaires

  • 3 kleine grenouilles

    J’ai l’impression que le cododo avec un bébé (je dirais jusqu’à six mois) est assez institutionnalisé en Allemagne. Il facilite l’allaitement et est une façon de réduire le risque de mort subite du nourrisson. Mais ce n’est pas directement dans le lit des parents mais dans un petit lit (Beistellbett) que l’on fixe au lit des parents. Vers un an, nos enfants ont commencé à dormir dans leur chambre.
    Globalement, chacun dort dans son lit mais on a fréquemment un enfant qui débarque dans notre lit ou l’un de nous va voir un enfant qui pleure et… s’endort dans son lit en le consolant. On n’a pas vraiment de principe pour ou contre (même si on préfère que les enfants passent une bonne nuit dans leur lit sans nous réveiller), disons que maintenant qu’ils sont plus grands, le cododo est une solution pour quand même bien dormir.

  • Allegretto

    Pour ma part, je n’ai jamais été à l’aise avec l’idée de dormir avec mes enfants. Mon mari encore moins. Je trouve que l’intimité du couple est tout aussi importante. Mais ta vision des choses est intéressante, c’est vrai qu’on culpabilise beaucoup en tant que maman de laisser son bébé à quelqu’un d’autre.

  • une mummy

    Ici pas de cododo dans le même lit. On a tenté alors que La Bête était toute petite mais personne n’a aimé, ni elle, ni nous. Faute de place pour le moment, Numérobis partagera notre chambre et j’espère que tout ira bien. J’ai bien conscience des grandes vertus du cododo et ce nouveau regard que tu y apportes est très intéressant! 🙂
    Merci pour le clin d’oeil!

  • Nanakie

    J’ai évoqué récemment notre acceptation totale du cododo et combien j’en étais heureuse. Je ne l’ai pas dis mais mon Chéri m’a confirmé plusieurs fois que lui était égal que la Miss dorme avec nous, si ce n’était les coups de pieds dans les côtes dont on se passerai bien 😁 !
    C’est vrai que c’est si agréable et réconfortant pour toute la famille 💕

  • Charlotte - Enfance Joyeuse

    Merci de partager avec nous ta réflexion autour de cet aspect émotionnel du cododo ! Souvent, quand on parle de ce sujet, on souligne les aspects ‘pratiques’.
    Je pense aussi que ce fonctionnement vous convient à tous car il vous permet de recharger vos batteries et de profiter les uns des autres <3
    A très bientôt,
    Charlotte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *