gérer les crises de bébéEt oui, nous rentrons dans la phase ou bébé Lu a compris qu’il pouvait dire non. D’ailleurs il le dit même comme ça, sans raison, en souriant. Des jolies “non” ferment et définitifs sortent de sa bouche pendant qu’il fait tout à fait autre chose. Non, quand il joue à transvaser ses cailloux, non quand il se balance sur son cheval à bascule, non quand il casse mes jolies tours en Lego. Bref, tout est prétexte à dire non, même sans prétexte il le dit d’ailleurs. Mais lorsqu’il dit non pour une “vraie raison” et pas seulement pour le plaisir d’entendre ce doux mot franchir ses lèvres, les non s’accompagnent de crises. Pleurs et roulades sur le sol sont aux rendez-vous.

C’est là qu’il faut apprendre à garder son calme (quelques bases de yoga peuvent être utiles !). On respire un grand coup et on essaie de se détendre afin d’affronter la situation dans les meilleures conditions possibles. Chez nous les situations de crise interviennent principalement lorsqu’on empêche bébé Lu de faire ce dont il a envie. Frustration bonjour !

 

Première situation de crise : il adore arracher mes jolies fleurs !

Forcément je ne suis pas d’accord pour voir tous mes efforts en matière de jardinage réduit à néant. Je lui retient donc délicatement la main et lui explique que ses mains servent à faire des caresses et qu’il ne doit pas faire de mal aux jolies plantes, qu’elles sont vivantes et qu’il leur fait bobo. On fait ensemble quelques caresses à la plante meurtrie et il continue tout seul. Avouons que souvent, assez rapidement, c’est plus fort que lui et il en arrache un petit bout au passage mais au moins il essaie de caresser, c’est toujours ça de pris. Et puis, le moment trop craquant c’est quand il essaie, avec un air sérieux, de remettre la feuille dans le pot comme pour réparer ses méfaits. Dans ce cas, le plus difficile et de ne pas rire de la situation histoire qu’il ne recommence pas juste pour nous amuser.

 

Le deuxième cas de crise du moment c’est le changement de couche.

Dès qu’on installe bébé Lu sur sa table à langer il se tortille pour se remettre à 4 pattes et hop, sur le ventre. Pas évident de changer un bébé dans cette position, vous en conviendrez. Alors, à ce moment là, il faut déployer des trésors d’imagination pour trouver des petits objets du quotidien susceptibles de traîner dans la salle de bain. Si on a de la chance et qu’il s’intéresse à notre trouvaille on bénéficie de quelques secondes de répit et la on a sérieusement intérêt à carburer pour finir de le changer avant qu’il ne se désintéresse de la trouvail en question. Dans l’idéal, si c’est possible, le faire participer à l’activité en cour fait des miracles. Je lui donne le coton pour qu’il se débarbouille, je le laisse tenir le flacon de gouttes au dessus de sa bouche et je lui reprend délicatement une fois que les 4 gouttes sont tombées, … lui donner sa petite brosse à dent en plastique et lui demander de se laver les dents fonctionne bien aussi. Autant vous dire qu’il se les lave très souvent !

Il y a aussi la crise pour monter l’escalier et suivre sa soeur partie jouer dans sa chambre. La seule solution que j’ai trouvé dans ce cas là, c’est la diversion ! Je l’emmène vers un livre, un jouet ou encore mieux, si il fait beau on sort regarder si il y a des oiseaux et il oublie la crise. Les oiseaux ça marche pour à peu près tout d’ailleurs, cet enfant deviendra peut être ornithologue !

Il y a aussi une technique qui fonctionne bien pour calmer les cris et les pleurs, les chuchotements ! C’est une solution dont je dois l’idée à Charlotte du blog enfance joyeuse. Elle l’aborde dans cet article, que je vous invite à lire, sur l’accompagnement de la frustration des enfants. Donc, lorsque mon fils se met à crier je lui demande ce qu’il a en chuchotant. En général les cris s’arrêtent immédiatement et bébé Lu, interloqué, se demande ce qui se passe et se concentre pour entendre ce que je lui dit ! 

La situation qui me chagrine le plus en ce moment c’est qu’il essaie de nous taper. Il n’a jamais vu un geste de violence à la maison, ce n’est ni dans nos habitude ni dans notre caractère. Nous somme plutôt du genre très calme, on ne crie jamais et on ne se dispute pas. Il grandit dans une atmosphère que je trouve plutôt bienveillante mais malgré tout il essaye de taper. Lorsqu’il est frustré ou fâché mais également juste” pour voir”, il nous sourit et tape en même temps. Ça m’attriste et m’énerve mais malgré tout nous gardons notre calme. On retient ses gestes fermement en lui répétant, inlassablement, qu’il ne faut pas taper car ça fait mal, que les mains sont faites pour faire les caresses et on lui fait faire le geste en même temps qu’on prononce le mot. Je suis un peu désarçonné par cette attitude, beaucoup d’autres enfants le font à la crèche, c’est donc peut être du mimétisme. Pour l’instant notre méthode n’a pas l’air de trop fonctionner mais de toute façon je ne vois pas comment réagir autrement. Le taper ? Ça serait tellement ridicule de tenter de lui apprendre l’inverse de ce que l’on fait ! Crier ? Non, je n’ai pas envie qu’il cesse parce qu’il a peur, je veux qu’il comprenne que frapper est inutile et que la douceur est bien plus agréable. Nous allons donc prendre notre mal en patience et continuer à tenter de lui montrer le meilleur exemple possible !

Et vous, comment gérer vous les situations de crise ?

Crédit photo Pixabay (j’ai hésité à mettre une photo de bébé Lu en crise puis je me suis rappelée que j’étais une maman bienveillante 😉 )

Suivez maman chamboule tout !

5 thoughts on “Bonjour frustration, ou comment gérer les premières crises de bébé ?”

  1. Arf, je compatis! Ici ca a été la guerre de 14-18 (mois), quatre longs mois de non, pour rien, de crises pour des broutilles, de frustrations incessantes à gérer. J’ai géré comme toi, exactement les mêmes techniques (sauf le chuchotement que je ne connaissais pas), et ca a fini par passer, quasiment du jour au lendemain. Maintenant, elle utilise le non avec plus de discernement et les crises sont rares (sauf le changement de couche qui est identique en tout point à ta description). C’est une phase difficile à passer et le mieux à faire est de comprendre que c’est nécessaire à la construction de sa personnalité et pas facile pour lui non plus. Ce que tu fais. Courage!

  2. Le plus dur c’est clairement pour nous le fait que les aînés aient décidés de résoudre leurs conflits avec les mains .. Ils savent que ce n’est pas bien de taper car j’en ai toujours un pour dire « Isaac/Yoann m’a tapé. Pas bien de taper ». Ce qui ne l’empêche pas de le faire 2 secondes après.

    Pour le moment j’essaie la pédagogie par la répétition. Leur apprendre à savoir s’éloigner si on sent qu’on s’énerve.

    Mais on est sortis de la période « mordre » ouf !

    1. Ah nous on est pas encore passer par les morsures, j’espère que l’on évitera cette étape ! Ça me rassure en tout cas de ne pas être la seule à utiliser cette pédagogie de la répétition sans que ça ne fonctionne forcément du premier coup ! J’espère que bébé Lu sera comme la Bête et que ça lui passera comme c’est venu !

  3. Coucou !
    Je ne sais pas si ca peut te rassurer mais c’est une phase normale du développement d’un enfant et heureusement qu’il passe par là. Il grandit. Il s’affirme et OUF ! Même si c’est pas évident pour nous, adultes, je te l’accorde 😉
    Je trouve que tu as des propositions très justes et une réflexion très pertinente. Tu sais qu’il est en période de frustration, qu’il réagit comme il peut, avec ce qu’il a. Tu lui proposes des solutions alternatives. Tu restes bienveillante. Et franchement ce n’est pas évident alors chapeau ! Tu vas donner beaucoup d’idées à d’autres mamans avec cet article 😉
    Tu as toutes les clés pour l’accompagner dans cette période et bientot ca s’atténuera.
    Si je peux t’apporter quelque chose pour t’accompagner dans cette phase qui n’est pas évidente, je te dirai simplement que le fait qu’il tape est dans le même registre. Il a vu faire à la crèche peut être mais il essaie peut être simplement de s’exprimer avec son moyen d’expression le plus adapté à son âge : son corps. En voyant bien ce que tu lui montres de son corps, de ton corps, des mots que tu poses, il va vite associer la main à la caresse, ne t’en fais pas. Et bientot les mots seront salvateurs pour lui. Quand il pourra dire plus que le fameux ‘non’. 😉
    Plein de courage en tous cas mais je suis sure que ca va aller pour vous tous. Tu es l’experte de ton enfant. Tu as toutes les clés pour l’accompagner au mieux 😉
    Merci de m’avoir cité dans cet article, ca me fait chaud au coeur !!!
    A bientôt !

    1. Merci Charlotte ! Tu as raison, il n’a que son corps pour s’exprimer pour l’instant et il ne sait pas encore parler. Je pense en effet que lorsqu’il saura nous dire ce qu’il a et ce qu’il veut la frustration va nettement diminuer ! C’était normal de citer ton article, j’utilise tes conseils au quotidien et cela peut aider aussi d’autres parents !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *