autonomie allaitement

Cela fait déjà un certain temps que cette idée d’article me trotte dans la tête, avant même la création du blog. Je l’ai eu un jour ou j’avais emmené bébé Lu malade chez le médecin. Notre généraliste n’étant pas là nous avions eu affaire à une remplaçante. Elle me pose quelques questions sur mon fils et son alimentation et je lui répond qu’il est en cours de diversification et allaité, il devait avoir 7 mois à l’époque. Et là, elle me dit, “du point de vu de la santé c’est bien d’allaiter, mais les allaitements longs font des bébés collés à leur mère, vous ne pourrez plus vous en débarrasser !” Je me suis retrouvée comme deux ronds de flan ! D’abord, 7 mois me paraissait bien loin d’être un allaitement long, et ensuite, avais-je émis le désir de me débarrasser de mon bébé ? J’ai quand même eu la présence d’esprit, une fois remise du choc, de lui répondre que ma sœur avait été allaitée plus d’un an mais que notre mère avait finalement réussi à s’en débarrasser. Comme elle m’a bien énervé je lui ai même dit que j’allaiterai bébé Lu tant qu’il en aurait envie ! Et toc !

 

Mais qu’est-ce qu’un allaitement long ? 

Mais, malgré ma répartie, j’ai commencé à effectuer quelques recherches sur l’allaitement long et son impact sur l’autonomie des enfants. Il s’est avéré que déjà, la définition de celui-ci varie d’une culture à l’autre, et même d’une personne à l’autre ! D’après les recherches d’anthropologues sur le sujet, la “norme” se situerait entre deux et quatre années d’allaitement, toutes cultures et origines géographiques confondues. Chez les inuits, les enfants peuvent même être allaités jusqu’à 6 ans ! J’ai eu l’impression, d’après mes recherches et les discussions que j’ai pu avoir sur le sujet, que lorsque l’allaitement dépasse 6 mois, en France, il commence à être considéré comme long. J’ai moi-même ressentis ce “basculement” aux 6 mois de bébé Lu. Je suis passée de réflexions encourageantes du type “c’est bien, tu l’allaites, c’est bon pour sa santé” à des“tu l’allaites encore ? Mais tu comptes arrêter quand ?” Hummm… on est obligé de rester polie dans ce cas là ?

Malgré tout ce que j’aimerais répondre, en général je me contente d’expliquer que l’OMS, qui, contrairement à l’agence nationale de santé publique française, ne subit pas de lobbying pharmaceutiques, recommande d’allaiter jusqu’à 2 ans minimum, et ça, très peu de gens le savent !

Donc, nous sommes d’accord qu’il est impossible de définir ce qu’est un allaitement long. Je suis alors partie sur l’idée de 2 à 3 ans lorsque j’ai fait mes recherches. Tout d’abord, très peu d’études ont été menées afin de connaître les impacts de l’allaitement sur l’autonomie. J’en ai tout de même trouvé quelques unes et je suis aussi tombée sur quantité de témoignages.

 

Ce que les études disent à propos de l’autonomie des enfants allaités

Le peu d’études existantes sont toutes unanimes : l’allaitement long favorise l’autonomie de l’enfant. Après tout, puisque c’est bon pour la santé (et ça c’est prouvé !) et que la nature l’a prévu ainsi, il paraît assez normal que cela soit bon aussi pour l’évolution de l’enfant.

Mais alors pourquoi ? Tout simplement parce qu’un enfant dont tous les besoins sont satisfaits se sent assez en sécurité pour aller explorer le monde ! A travers l’allaitement, ce ne sont pas seulement les besoins alimentaires qui sont satisfaits, mais également ceux de proximité et de sécurité. Or, un enfant qui se sent en sécurité et dont les besoins affectifs sont comblés peut se détacher progressivement, à son rythme, de la dépendance maternelle. Ce processus prend du temps, plus que de se contenter de priver l’enfant de la sécurité dont il a besoin et de déclarer qu’il est autonome sans qu’il soit prêt, méthode que les pays occidentaux affectionnent particulièrement. L’allaitement contribuera donc à aider l’enfant à aller de lui-même vers l’autonomie, quand il le décidera.

Il s’agit, bien sûr, d’une synthèse des résultats d’études et de publications que j’ai trouvé, mais cela me paraît sensé et s’inscrit d’ailleurs dans la logique de l’éducation positive.

Je suis également tombée sur les propos de quelques psychologues jugeant l’allaitement au delà de 6 mois incestueux et malsain, mais cela m’a paru bien marginal. Et puis, il y a des cons partout, pas vrai ? Surtout que sur ce sujet là, des études existent et que, dans tous les cas, on remarque que plus l’allaitement maternel dure et plus les risques de mauvais traitement, qu’ils soient physiques ou psychologiques, diminuent.  

 

Et les témoignages dans tout ça…

Si il existe peu d’études, en revanche les témoignages foisonnent ! Énormément de sites et de livres relatent les histoires de mamans allaitantes ou ayant allaités qui racontent leur parcours. On ne peut pas leur prêter valeur d’étude puisqu’une expérience est toujours influencée par le ressenti de la personne qui la vit. Cependant, la plupart des récits dans lesquels le sujet de l’autonomie est abordé tirent la même conclusion : l’allaitement ne semble en aucun cas empêcher l’enfant de prendre son envol !

Ma propre expérience va dans le sens de tout ce que j’ai pu lire sur le sujet. Mon bébé est clairement un petit aventurier ! Depuis qu’il marche à 4 pattes il veut tout explorer ! Il se fiche bien que l’on soit derrière lui ou pas, si dans le parc il a envie d’aller voir des enfants qui jouent au ballon il s’en va tranquillement sur ses 4 petites pattes, verdissant à souhait son pantalon ! Parfois, je ne le vois presque plus, et c’est moi qui me rapproche de lui.

allaitement long et autonomie

Le matin, lorsque son papa le dépose à la crèche, il se tortille dans tous les sens pour descendre de ses bras et filer jouer avec ses copains (et les camions de pompier !). Le soir, lorsque je viens le chercher, il lui arrive de foncer vers moi en riant, mais d’autres fois, si il est occupé, c’est à peine si il lève les yeux vers moi (et là, j’ai tout de même un petit pincement au cœur).

 

Il y a une chose dont je suis certaine, c’est que mon fils développe son autonomie un peu plus chaque jour et qu’il est de moins en moins dépendant de moi. Certes, son évolution n’est pas dû seulement à l’allaitement. Chaque enfant à son caractère et certains seront plus téméraires que d’autres, auront plus de mal à aller vers les inconnus, etc… Mais ce qui est certain c’est que l’allaitement n’est pas un frein, bien au contraire. Parfois il est bougon, ne veut pas aller jouer, je lui propose une tétée et 5 minutes après c’est reparti ! Il avait juste besoin de remplir son réservoir d’amour pour repartir à la conquête de son petit monde !

Et vous, qu’avez-vous remarqué concernant l’autonomie de vos enfants allaités ?

Suivez maman chamboule tout !

4 thoughts on “Allaitement long et autonomie”

  1. Pour moi l’allaitement long c’est un allaitement qui se compte en années 😉.
    J’avoue que je trouve absurbe certaines idées sur l’allaitement long comme tu le dis dans ton article « malsain, incestueux, manque d’autonomie ». Pfff, la société a du progrès à faire !!

    1. Oui comme tu dis, un sacré progrès ! Mais peut être qu’à force d’écrire des articles sur le sujet et d’en parler les mœurs changerons… il faut y croire !

  2. Je n’en reviens pas du commentaire désobligeant que tu as eu de la remplaçante de ton médecin ! L’allaitement suscitera toujours le débat…
    Pour ma part je suis d’accord avec toi, l’allaitement favorise l’autonomie ! Et les arguments que tu avances sont très pertinents ! 😉
    Je te souhaite plein de belles choses dans la suite de votre aventure (qui ne vous regarde que vous au final, pourquoi les gens émettent des critiques?)
    A bientôt !

    1. Merci Charlotte ! Cela dit les arguments ne sont pas de moi 😉 mais c’est vrai que ça paraît tellement évident et logique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *