Accompagner les pleurs de bébé

accompagner les pleurs de bébéOui je sais, de manière générale, lorsque l’on essaie de pratiquer au maximum l’éducation bienveillante, laisser pleurer son enfant peut être particulièrement mal vu. Et pourtant, pleurer fait du bien. C’est un fait, j’ignore si il est prouvé scientifiquement mais lorsque l’on pleure un bon coup, ça soulage.

Même moi, du haut de mes 31 ans, je me sens mieux après avoir pleuré lorsque quelque chose ne va pas. Cela me permet d’évacuer des tensions, de décompresser. Alors pourquoi cela serait différent pour nos chérubins ?

Bien sûr, il y a laissé pleurer et laisser pleurer ! Par exemple, si j’ai un gros malheur, je préfère de loin pleurer dans les bras de papa d’amour en me mouchant dans son tee-shirt que dans mon coin en me sentant seule au monde. Je pense que c’est pareil pour tout le monde. Ainsi, laisser un bébé ou un enfant pleurer seul dans son lit me paraît violent et totalement inutile, il finira par s’arrêter, c’est certain, mais il se sentira incroyablement seul et s’endormira la boule au ventre.

 

Alors, où est-ce que je veux en venir ?

En général bébé Lu est plutôt facile à coucher le soir. On a notre petit rituel de câlins à toutes la famille, de coucou au chien, de tétée dans le lit et hop au dodo. Il s’installe confortablement sur le ventre et ne se retourne même pas lorsque je quitte la pièce. Oui mais, depuis deux semaines, peut-être trois, il se met très vite à pleurer. Je remonte donc, le remet au sein, mais rien à faire, il ne veut pas téter et il fait le fou sur le lit malgré la fatigue. Un soir, par dépit, j’ai essayé de le maintenir contre moi et s’est mis à hurler en se tortillant. Je l’ai reposé mais il pleurait toujours. Je l’ai donc serrer dans mes bras pendant qu’il pleurait (sans l’étouffer, ne contactez pas la DDAS tout de suite !), lui caressant les cheveux et lui murmurant des mots apaisant. Il a pleuré comme ça durant une dizaine de minutes, et puis, tout à coup, il a mis son pouce dans sa bouche. Il avait l’air calme et apaiser. J’ai continué à le câliner un peu, il a refait une petite tétée pour la route, finalement, et puis je l’ai remis au dodo. Il ne dormait pas mais semblait bien plus serein. Je lui ai dit bonne nuit en quittant la pièce et il on ne l’a plus entendu. La plupart des soirs suivants, les crises de pleurs dans les bras se sont réitérées avec toujours la même conclusion, une fois que bebe Lu semblait avoir évacué tout son stress par les larmes il se couchait tout calme et s’endormait rapidement.

Au début, j’ai eu beaucoup de mal à supporter de voir mon enfant pleurer tout en l’immobilisant de la sorte. Il gigotait beaucoup et hurlait à fendre le coeur. Mais après quelques soirs à procéder de cette manière, je me suis mise à ressentir, au fur et à mesure qu’il pleurait, hurlait, puis se calmait, à quel point cela lui faisait du bien. Au moment où, soulageait d’avoir pleuré tout son saoul, il met son pouce dans sa bouche et enfouit sa tête dans mon cou, je sens que j’ai réussi à l’aider à évacuer les tensions qui l’empêchent de s’endormir. L’ambiance de la chambre devient sereine, on ressent ce petit je ne sais quoi propice au sommeil, un mélange de quiétude et de torpeur.

j’ai conscience que cette façon de procéder sort un peu des sentiers battus, surtout que l’éducation bienveillante/positive recommande d’éviter au maximum de laisser pleurer les bébés. Mais mon cheminement de pensée me semble plutôt logique si l’on considère le bien que cela peut nous faire, à nous adulte, de pleurer.

Après coup, j’ai fait quelques recherches, puisque google est mon ami ! Et j’ai découvert que c’est une pratique sur laquelle des thérapeuthes se sont penchés. Il y a même des cours, animés par des psychologues, pour apprendre aux parents à accompagner les pleurs de leurs enfants. Donc, sur ce coup là, je ne suis peut-être pas totalement à côté de la plaque !

J’ai commencé à écrire cet article il ya une semaine et entre temps les tensions du soir de bébé Lu se sont envolées comme par magie ! Il y a quelques jours, je l’ai mis au lit sans problème, comme avant, et depuis les couchers sont redevenus sereins, comme ça, d’un coup ! je sais que rien n’est jamais acquis avec un enfant, peut être que cette phase reviendra. Mais si c’est le cas je continuerai à appliquer cette méthode si je sens que ça le soulage.

Et vous, avez-vous déjà accompagné les pleurs de vos bébés de cette façon ?

Crédit photo : pixabay

Suivez maman chamboule tout !

7 Comments

  1. Bonsoir,

    intéressant comme point de vue, de notre côté nous avons également eu beaucoup de mal à voir notre bébé pleurer mais en le rassurant et en le dorlotant ces petites terreurs se sont dissipés 🙂

    Au plaisir de lire votre prochain article

    Bonne soirée

    Monsieur Hibou

    • Maman chamboule tout

      13 juillet 2018 at 22 h 03 min

      On a toujours du mal à accepter comme nos bébés pleurent ! Comme tu dis, en les dorlotant et les rassurants les petites (et grosses terreurs) passent d’elles mêmes !

  2. J’ai la chance que les couchers de La Bête soient toujours aussi faciles. Néanmoins, j’ai été amenée à accompagner ses pleurs de décharge pendant ses trois premiers mois, quelle galère, ces pleurs systématiques! Et bien le plus efficace était de la mettre en écharpe bien serrée contre moi! Là, en vingt minutes, c’était terminé, contre deux heures dans n’importe quel autre contexte. La bienveillance ne consiste (selon moi) pas à empêcher les pleurs car, comme tu le dis, ils ont leur utilité! Tu es parfaitement bienveillante en accompagnant ton fils dans l’expression de ses émotions, justement! 😉

    • Maman chamboule tout

      13 juillet 2018 at 22 h 04 min

      Merci la mummy, ça me rassure de ne pas être la seule à penser qu’on peut laisser pleurer son enfant (en l’accompagnant bien entendu) tout en étant bienveillante puisque cela lui fait du bien ! Je suis tout de même très jalouse du sommeil de la Bête en général 😉

  3. Super partage d’expérience. Merci pour ton retour. Ici mon lait maternel apaise et calme à tout les coups ! Je me demande ce que ce sera lors du sevrage… affaire à suivre 0_0

  4. Merci de partager cela avec nous. Je trouve que ton attitude et analyse ont été super bienveillantes (comme toujours 😉 ) . Un bébé peut pleurer avant de s’endormir en effet car il décharge des tensions de la journée. Je pense aussi qu’il faut laisser aux bébés la possibilité de s’exprimer ainsi tout en les accompagnant face à ce flot d’émotions qui les envahit 🙂 Un bébé pleure car c’est également un moyen de communication pour lui qui n’a pas acquis la parole 😉 Je suis sure que tu as donné des pistes pour des mamans qui vivent cela avec leur enfant 😉
    A bientôt,
    Charlotte.

  5. Je suis tout à fait d’accord avec toi, les bébés ont besoin de pleurer pour se décharger. Ils n’ont pas vraiment d’autres moyens d’extérioriser leurs émotions, leur stress face à ses nouvelles découvertes.

    Avec Samuel nous redécouvrons les pleurs du soir. A 8 mois on pensait qu’on avait échappé à ça

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *